Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sans électricité, gaz, école, routes...: Des habitants des zones d'ombre de Tafraoui revendiquent des projets
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 07 - 2021

  Après avoir sollicité les responsables de la commune à maintes reprises, les habitants de la localité de Graidia dans la commune de Tafraoui viennent d'adresser une correspondance au wali d'Oran lui demandant d'intervenir pour mettre fin à leur calvaire qui dure depuis plusieurs années. Privés de toutes commodités, les habitants affirment que malgré les incessants appels en direction des responsables de la commune et de la daïra de Oued Tlélat, rien n'a été fait. « Nous disposons d'une lettre émanant du wali d'Oran, adressée à la daïra pour la prise en charge de nos doléances, mais jusqu'à présent personne ne veut nous recevoir », affirme un des représentant des habitants. En effet, dans une correspondance adressée par le SG de la wilaya à la daïra de Oued Tlélat, dont une copie nous a été remise, le wali d'Oran insiste sur la prise en charge des revendications des habitants de cette localité considérée comme une zone d'ombre.
La localité de Graidia 1, communément appelée «Graidia Fouaga», un hameau situé dans la commune de Tafraoui est l'exemple vivant de la réalité amère, vécue par bon nombre de citoyens dans certains sites isolés. Une localité où la misère et la dégradation du cadre de vie sont le vécu quotidien des habitants. Devant les discours lénifiants chargés de promesses creuses des responsables, les revendications sont les mêmes depuis des décennies, manque d'infrastructures scolaires, d'aires de jeux, d'aménagements, de gaz de ville et la liste est longue. Les habitants de cette localité souffrent quotidiennement et à longueur d'année de ces problèmes. Concernant le réseau routier, il est quasiment impraticable. Il suffit de quelques gouttes de pluie pour transformer toute la zone en un vrai bourbier. Selon des habitants des 40 logements ruraux de la localité de Graidia, le plus grand problème réside dans l'absence d'infrastructures scolaires et la dégradation du réseau de voirie, le raccordement au réseau du gaz de ville et d'électricité et la réalisation d'espaces de jeux pour les enfants.
«Nos enfants sont contraints d'effectuer un parcours du combattant pour rallier leurs établissements scolaires et doivent parcourir quotidiennement près de 6 km», assure un habitant. Sur ce point précis, nos interlocuteurs signalent le manque latent de transport. « De retour de l'école, ou les week-ends, nos enfants n'ont pas où aller, aucune aire de jeux n'existe contrairement à d'autres localités, et pourtant ce ne sont pas les espaces qui manquent », ajoute la même source. Ce dernier a tenu à rappeler qu'à maintes reprises des appels ont été lancés pour raccorder les habitants des 40 logements ruraux au réseau du gaz, mais rien n'a été fait, alors que la canalisation passe à 10 m de leurs lieux de résidence. « Des travaux de réhabilitation de la voirie ont été lancés avant le raccordement au réseau du gaz. C'est inconcevable, puisque les services concernés seront obligés de refaire tout le travail en cas de raccordement des habitants au réseau du gaz », assure un des habitants du site.
Les habitants de cette agglomération sont montés au créneau pour dénoncer, selon leurs propos, la dégradation de leur cadre de vie. La vie dans cette localité est devenue quasiment insupportable pour nombre de riverains. «Nos préoccupations ont été maintes fois présentées aux élus qui nous ont promis de régler nos problèmes, mais à ce jour rien n'a été fait », assurent les habitants qui signalent, au passage, qu'aujourd'hui l'autre problème qui inquiète les habitants est celui de l'oued Graidia qui passe près des habitations et qui constitue une sérieuse menace notamment lors des fortes précipitations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.