Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ESPOIR ILLUSOIRE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2021

Les nouvelles inquiétantes qui parviennent de la Tunisie très voisine sont à la limite de la tragédie. Déjà empêtrés dans une mélasse politico-sociale, les Tunisiens n'avaient pas besoin de l'épreuve insoutenable que leur impose la maléfique pandémie poursuiteuse à l'extrême jusqu'à obliger des pans entiers de la population à gîter par terre dans les rues. Le sombre bilan avoisine les 15 000 morts et près de 500 000 âmes ont été victimes du corona pour attester d'un drame hérité par un petit pays qui ne sait plus où donner de la tête.
Il sera à l'évidence inutile de garder encore un espoir pour revivifier un tourisme branlant. Il demeure certain que ceux qui avaient pris pour habitude, le temps d'un congé estival, de prendre la tangente tunisienne pour changer d'air ne seront pas disposés à affronter un pays pris en étau entre un profond malaise social et une tueuse qui racle des vies à tour de bras. Les Algériens seraient les premiers à s'attacher à cette réticence bien qu'il ne soit pas dit qu'ils sont à l'abri des méfaits du rebond d'une épidémie qui ne veut pas lâcher prise et dont l'affreux retour ne semblait pas inquiéter. C'est finalement le coronavirus qui s'accapare en touriste de luxe une expédition touristique continuelle. Les signes néfastes de l'omniprésence du virus réapparaissent au sein des grandes villes algériennes et la plupart des initiés à la question multiplient et accentuent les alertes jusqu'à réclamer un retour au confinement complet.
Les prétendues théories sur une évasive immunisation offerte par le ciel pour les Maghrébins et les Africains en général s'avèrent être blague et chimère car la pandémie prouve chaque jour, avec un décompte morbide, qu'elle se joue des idées arrêtées.
Encore une fois ce sont les pays vulnérables qui peinent à échapper à la misère qui paieront la lourde et longue facture que leur imposera le virus. Engloutis dans des difficultés économiques et sociales permanentes, ils n'échappent pas au néfaste virus qui décuplera leurs maux et rendra illusoire l'espoir d'une meilleure vie.
En affrontant leurs terribles déconvenues, les Tunisiens sont en passe d'en être un des meilleurs exemples.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.