7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour reconstituer les stocks de sécurité: Enième appel au don du sang
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2021

Un appel au don de sang urgent a été encore une fois lancé par les associations de malades et les malades eux-mêmes. Tous les groupes sont concernés par la pénurie. Face à la baisse inquiétante des stocks au niveau des centres de transfusion sanguine des hôpitaux, une campagne de don de sang sera organisée samedi 10 juillet à Oran. Cette opération qui sera chapeautée par les équipes de l'établissement hospitalier universitaire d'Oran 1er Novembre, aura lieu au niveau du centre El Bahia Fernand-ville. Pour motiver les donneurs, une séance de natation est offerte pour chaque don. L'offre est valable jusqu'au 31 août. Cet appel « pressant », motivé par l'amenuisement des stocks des CTS, vise à récolter des poches de sang pour reconstituer rapidement le stock de sécurité et couvrir les besoins les plus urgents. Les CTS déplorent la pénurie de sang au niveau des hôpitaux en raison du manque de donneurs.
Pour les malades en général et les malades chroniques, la maladie n'a pas de repos. Les enfants atteints du cancer pris en charge au niveau du centre anticancéreux Emir Khaled à Haï Bouamama souffrent énormément ces derniers jours du problème de pénurie de sang. Les donneurs de sang se font rares durant cette période de crise sanitaire due au coronavirus. Le manque de sang et en particulier les plaquettes de sang a été décrié plusieurs fois par les malades et leurs parents d'autant qu'il touche une catégorie de malades vulnérables et nécessitant un suivi médical rigoureux car toute interruption de la thérapie peut être fatale. Perdre un malade, c'est toujours pénible pour un médecin, mais le voir mourir par manque de donneur de sang compatible est tragique. C'est la situation que redoutent le plus le personnel médical, ainsi que les parents et les proches des malades. Les âmes charitables sont appelées à se déplacer au centre El Bahia pour perpétuer ce geste vital car il n'existe pas aujourd'hui de produit capable de se substituer au sang humain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.