Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    Forum Euromed: vers la prospection des nouvelles opportunités d'affaires en région euro-méditerranéenne    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Coronavirus: 1855 nouveaux cas, 769 guérisons et 15 décès    Le Maroc ouvre son espace aérien aux "riches" et propriétaires d'avions privés    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    CAN-2021 : Belmadi prend la défense de Mahrez    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Plusieurs personnes arrêtées    "Nous avons toujours su rebondir"    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Le virus de la Covid-19 se propage dans les écoles à Boumerdès    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Le débat plus que jamais relancé    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Fuite des (futurs) cerveaux et contribution des scientifiques algériens de l'étranger au développement du pays    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La question sahraouie a fait son entrée à l'Assemblée nationale    La grève des avocats paralyse les tribunaux    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sommet de la Ligue arabe à Alger: «Faire avancer les choses de façon positive»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 09 - 2021

Ramtane Lamamra veut remettre les compteurs de la Ligue arabe à zéro pour redémarrer l'action commune de ses Etats membres sur des bases saines, solides et efficaces.
«La tenue du sommet arabe en Algérie se veut un droit et un devoir, un droit parce que l'Algérie est un pays arabe pivot et influent, en ce sens qu'il a prouvé à travers l'histoire qu'il était capable en menant des initiatives et en conduisant l'action arabe commune, de faire avancer les choses de façon positive».
Le MAE le dit sans ambages dans l'interview qu'il a accordée à un média étranger. Il affirme ainsi que "l'Algérie est habilitée à opérer un bond qualitatif dans l'action arabe commune et faire en sorte que les aspects positifs prennent le dessus sur les points négatifs". A ce propos, rapporte l'APS, le chef de la diplomatie algérienne a mis en avant l'impératif de "classer les priorités pour pouvoir se concentrer sur les éléments permettant aux pays arabes de parler d'une seule voix et de déployer les énergies de manière à réserver une place prépondérante aux Arabes et de servir leurs intérêts sur tous les plans". Il a noté à propos de la Libye que «la réunion des pays du voisinage avait eu lieu pour écouter l'avis du gouvernement libyen frère et conjuguer les efforts en appui au gouvernement d'Union nationale". Il a réaffirmé « le retrait impératif de toutes les forces de la Libye y compris des mercenaires, de manière organisée et sous une supervision internationale ». Ce qui l'a laissé préciser que « ce retrait ne doit pas être désordonné pour ne pas impacter la stabilité des pays voisins ». Il a ajouté dans ce sens que "Nous souhaitons faire sortir ces forces de la Libye pour s'assurer que les élections se dérouleront sans influence étrangère et que la Libye jouisse de son indépendance et sa souveraineté". "Nous ne souhaitons pas que les tensions en Libye passent à d'autres pays comme ce fut le cas au Tchad". Interrogé sur la situation en Tunisie, il a répondu que "l'Algérie et la Tunisie sont intimement liées et leur sécurité et stabilité sont interdépendantes". Concernant la médiation de l'Algérie dans le dossier du Barrage de la Renaissance, il a déclaré que "les pays concernés (l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan) ont accueilli favorablement les bonnes offices de l'Algérie, à savoir sa diplomatie apaisante (...) ».
Quand Lamamra dit «non !»
Des indiscrétions diplomatiques distillées vendredi en fin d'après-midi à partir du Caire, l'on a retenu une importante qui n'a pas été publiée dans l'édition du samedi pour des contraintes de bouclage. Les coulisses du Conseil ministériel se sont fait l'écho d'un refus catégorique de Lamamra d'une médiation entre l'Algérie et le Maroc, que lui ont proposé ses pairs en marge de la tenue de la réunion. « La rupture des relations diplomatiques ne sera pas inscrite à l'ordre du jour et ne doit pas faire l'objet de débat parce que c'est une décision souveraine et définitive bien réfléchie sur laquelle l'Algérie ne reviendra pas ». Tout en rappelant « les dangereuses et récurrentes violations par le Maroc des engagements fondamentaux qui régissent les relations entre les deux pays (...) , ses atteintes à l'unité nationale en plus des menaces de l'ennemi historique à nos frontières », le MAE souligne que « le fait de réfléchir à toute initiative quelle que soit sa nature, signifie ignorer la totale responsabilité du Maroc dans la détérioration des relations bilatérales et voile le préjudice politique et moral engendré par les faits et les méfaits soutenus par les milieux marocains ». L'Algérie, a-t-il répondu aux responsables arabes qui appellent à une médiation », a pendant longtemps fait valoir les valeurs fraternelles et de bon voisinage et la non ingérence dans les affaires internes face aux actes d' hostilité répétitifs du Maroc(...) ».
Le MAE a fait escale, hier, à Kinshasa et à Brazzavile où «les discussions ont porté sur l'état des relations bilatérales et les perspectives de leur renforcement, ainsi que sur les principales questions inscrites sur l'agenda de l'Union Africaine en prévision des prochaines échéances aux niveaux continental et international ». Lamamra était porteur d'un message du président qui dit un communiqué du ministère des AE «s'inscrit dans le cadre de l'exercice par l'Algérie de son mandat de Coordonnateur de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique, mandat qui lui a été confié par la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine. Il porte sur la recrudescence de la menace terroriste en Afrique, en particulier dans la région sahélo-saharienne, et comporte des propositions concrètes susceptibles de stimuler l'action des institutions et de renforcer les mécanismes mis en place par l'Union Africaine dans le cadre de la lutte contre ce phénomène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.