Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 09 - 2021

Le Tribunal criminel de Dar El Beida a rendu son verdict, jeudi, et condamné l'ancien Général-major, Ali Ghediri, à la peine de 4 ans de prison ferme, pour le chef d'inculpation de «participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée nationale populaire (ANP)».
Outre cette peine, 10 ans de prison ferme ont également été requis à l'encontre de Hocine Guasmi, comparaissant dans la même affaire et poursuivi pour «faux et usage de faux», «usurpation d'identité», «intelligence avec l'étranger» et «fragilisation du moral de l'Armée nationale populaire (ANP)». En sus de la réclusion criminelle, ce dernier sera également privé de «ses droits civiques».
Plus tôt dans la journée, le représentant du parquet avait requis une peine de 7 ans de prison ferme à l'encontre de Ali Ghediri et 20 ans de prison ferme à l'encontre de Hocine Guasmi, arguant de «la gravité» des faits reprochés aux accusés et exprimant son souhait que ces peines «sévères» puissent «servir d'exemples» à l'avenir. Les avocats de la défense, ayant plaidé «l'acquittement» pour Ali Ghediri lors de leurs plaidoiries, envisagent de faire appel «dés ce jour», ayant considéré notamment «infondés» les faits reprochés à leur client et souligné, dans leurs respectifs plaidoyers, «son sens patriotique et son abnégation» au service du pays durant toute sa carrière militaire au sein de l'ANP.
Tour à tour, le collectif des avocats avait souligné que le délit de «fragilisation du moral de l'ANP» n'est pas «matériellement explicite» dans l'article 75 du Code pénal, Me Miloud Brahimi s'interrogeant «de quelle entreprise, pour laquelle est accusé l'ancien général-major de participation, s'agit-il exactement», et estimant que ce dernier «n'a fait qu'exprimer une opinion concernant la situation prévalant dans le pays».
Ce qui, relève, pour sa part, Me Zoubida Assoul «est un droit garanti par la Constitution pour tout citoyen et qui ne s'oppose aucunement au fait que A. Ghediri ait mené une carrière militaire, dés lors qu'il ne fait plus partie de l'institution militaire», se demandant également «en quoi, les écrits du prévenu ont pu causer un quelconque préjudice» à cette dernière.
Allant dans ce sens, Me Mustapha Bouchachi a relevé que le mis en cause «n'a pas enfreint l'obligation de réserve ni divulgué une information d'ordre du secret professionnel», au moment ou certains avocats ont plaidé pour que l'affaire de A. Ghediri soit «dissociée» de celle du second prévenu, au motif qu'elle a été «sciemment greffée» pour faire inculper l'ancien haut gradé de l'Armée, selon l'argumentaire de Me Assoul.
Le procès de Ali Ghediri, ancien candidat à la présidentielle avortée d'avril 2019 et en détention depuis juin 2019, s'est ouvert mercredi matin dans la même juridiction, et a été entamé par son audition au sujet, notamment, de ses sorties médiatiques, entre 2015 (année de son départ à la retraite) et 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.