Forum d'affaires algéro-égyptien: Rezig visite les stands de l'exposition des produits nationaux destinés à l'exportation    JM / Judo : l'Algérien Driss Messaoud en Or chez les -73 kg    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Le Président Tebboune reçoit le Premier ministre égyptien    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Migrants tués par la police marocaine : le Kenya appelle à une enquête "approfondie"    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    APN: le projet de loi sur la réserve militaire devant la Commission de la défense nationale    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'AUBAINE DU GAZ    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    M. Goudjil appelle le nouveau président du Parlement panafricain à consolider l'action parlementaire africaine commune    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Kessié en salle d'attente    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Une autre victoire pour l'Algérie    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Les contractuels maintiennent la pression    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    Alger rebat les cartes    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Facteurs défavorables    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 09 - 2021

Le Tribunal criminel de Dar El Beida a rendu son verdict, jeudi, et condamné l'ancien Général-major, Ali Ghediri, à la peine de 4 ans de prison ferme, pour le chef d'inculpation de «participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée nationale populaire (ANP)».
Outre cette peine, 10 ans de prison ferme ont également été requis à l'encontre de Hocine Guasmi, comparaissant dans la même affaire et poursuivi pour «faux et usage de faux», «usurpation d'identité», «intelligence avec l'étranger» et «fragilisation du moral de l'Armée nationale populaire (ANP)». En sus de la réclusion criminelle, ce dernier sera également privé de «ses droits civiques».
Plus tôt dans la journée, le représentant du parquet avait requis une peine de 7 ans de prison ferme à l'encontre de Ali Ghediri et 20 ans de prison ferme à l'encontre de Hocine Guasmi, arguant de «la gravité» des faits reprochés aux accusés et exprimant son souhait que ces peines «sévères» puissent «servir d'exemples» à l'avenir. Les avocats de la défense, ayant plaidé «l'acquittement» pour Ali Ghediri lors de leurs plaidoiries, envisagent de faire appel «dés ce jour», ayant considéré notamment «infondés» les faits reprochés à leur client et souligné, dans leurs respectifs plaidoyers, «son sens patriotique et son abnégation» au service du pays durant toute sa carrière militaire au sein de l'ANP.
Tour à tour, le collectif des avocats avait souligné que le délit de «fragilisation du moral de l'ANP» n'est pas «matériellement explicite» dans l'article 75 du Code pénal, Me Miloud Brahimi s'interrogeant «de quelle entreprise, pour laquelle est accusé l'ancien général-major de participation, s'agit-il exactement», et estimant que ce dernier «n'a fait qu'exprimer une opinion concernant la situation prévalant dans le pays».
Ce qui, relève, pour sa part, Me Zoubida Assoul «est un droit garanti par la Constitution pour tout citoyen et qui ne s'oppose aucunement au fait que A. Ghediri ait mené une carrière militaire, dés lors qu'il ne fait plus partie de l'institution militaire», se demandant également «en quoi, les écrits du prévenu ont pu causer un quelconque préjudice» à cette dernière.
Allant dans ce sens, Me Mustapha Bouchachi a relevé que le mis en cause «n'a pas enfreint l'obligation de réserve ni divulgué une information d'ordre du secret professionnel», au moment ou certains avocats ont plaidé pour que l'affaire de A. Ghediri soit «dissociée» de celle du second prévenu, au motif qu'elle a été «sciemment greffée» pour faire inculper l'ancien haut gradé de l'Armée, selon l'argumentaire de Me Assoul.
Le procès de Ali Ghediri, ancien candidat à la présidentielle avortée d'avril 2019 et en détention depuis juin 2019, s'est ouvert mercredi matin dans la même juridiction, et a été entamé par son audition au sujet, notamment, de ses sorties médiatiques, entre 2015 (année de son départ à la retraite) et 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.