JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mort comme seul héritage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 10 - 2021

Finalement, la pandémie en embrasant la terre entière n'a été que le révélateur d'un mode d'existence humaine en disproportion avec le monde tel qu'il est devenu aujourd'hui. L'homme a beau se targuer de vouloir conquérir la Lune et s'attaquer aux astres, on voit bien qu'il ne réussit pas à dominer son environnement immédiat et qu'il a de sérieux problèmes avec son proche voisinage et souvent avec lui-même. De fait, un virus invisible s'est joué de toutes les théories existentielles pour que la vie humaine soit redéfinie avec modestie et humilité et pour que chacun comprenne la réelle nature de la planétaire douche froide qu'il subit régulièrement.
Aussi puérile prétexte qu'elle soit, même si ses méfaits ici et là sont poussés dans le domaine des inévidences, l'épidémie par l'ensemble de son rendu est une alerte et un constat. Elle met le doigt sur le détail et sur le global de l'inconsistance des êtres pour leur souligner leur permanente fragilité et leur rappeler qu'ils ne sont que passagers dans ce monde.
Tour à tour, au fil du temps et des âges, l'espèce humaine s'abreuve des vérités contraires pour perpétuer l'effacé des croyances adoptant tantôt des vérités manifestes pour les balayer ensuite et s'agripper à la primaire réalité et rester prisonnière de la loi des sorts et des destinées.
Cotations boursières, ogresses bancaires au sommet des pays puissants, grèves denses en tous lieux, immigration condensée avec leur invitation à la mort, famines étendues, le lexique des temps présents n'est que noirceur et affliction pour que les quatre points cardinaux perdent leur sens et abandonner l'homme sans horizons.
Le présent a tendance à mal se confondre avec le passé et le futur en ne gardant que la carapace du rêve. La similitude est frappante. Dans son désespoir, ses regrets, ses espoirs et ses attentes, l'être ne sait jamais ce qu'il acquiert et ce qu'il transmet. La nature insiste toujours que la mort est son seul héritage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.