Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la transfiguration du peuple algérien s'opéra par le Hirak
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 10 - 2021

Dès le 22 février 2019, des mois durant, l'Algérie était devenue La Mecque de la contestation. Tous les humbles regards prolétaires du monde entier se tournaient vers l'Algérie, secouée par l'irruption inattendue des forces telluriques populaires, pour prier en chœur à la victoire du peuple algérien en lutte contre le système, l'injustice sociale, le despotisme politique, la dictature de l'argent, l'omnipotence de l'oligarchie prédatrice des deniers publics. Chaque mardi et vendredi, sur leur écran, ils dirigeaient leurs espoirs sur cette Algérie revigorée, rénovée, portée par une jeunesse avide de liberté et d'égalité sociale. Chaque vendredi, les Algériens troquaient le tapis contre l'asphalte pour faire vibrer la rue de leurs cris de révolte entonnés en chœur contre le système. Les Algériens troquaient la prosternation religieuse contre la protestation politique. La soumission au Ciel contre le soulèvement contre les cimes du pouvoir du pharaon Bouteflika qui avait momifié l'Algérie par la dévitalisation des forces sociales et intellectuelles du pays, réduit à l'état de cadavre économique à force d'éviscérations financières opérées sur les richesses de la nation par les équarisseurs de la République. Les Algériens troquaient le silence étouffant des salles de prière contre le grondement expressif de la révolte joyeuse piétonnière.
Le paradis céleste hypothétique impalpable contre l'Eden terrestre, réellement authentique à portée de main. La discrimination sexuelle des lieux de prière contre la mixité égalitaire humaine dans les espaces publics de liberté en lutte. Les Algériens troquaient la peur individuelle des autorités divine et étatique contre l'assurance téméraire collective du peuple désormais confiant en sa force combative inébranlable et invincible. Troquaient la résignation religieuse au sort de l'homme contre l'indignation politique pour révolutionner la vie de l'Algérien. Troquaient la controverse stérile religieuse, vectrice de division, contre le débat politique fécond ferment d'union nationale. Les discussions irrationnelles sur la taille de la barbe et la longueur du hijab contre le débat rigoureux portant sur la forme de gouvernement démocratique à établir collectivement et sur le projet de société égalitaire à instaurer en Algérie. Troquaient la tristesse déprimante d'une vie studieuse écrasée par la misère contre l'enchantement galvanisant de la nouvelle existence séditieuse, animée d'une intrépide volonté de transformer la société algérienne pour une vie sociale meilleure, une scène politique assainie, une économie purifiée mise au service des besoins sociaux et non du profit, encore moins d'une caste gouvernementale. Troquaient les dommageables dissensions ethniques et religieuses préjudiciables au pays contre l'union du peuple laborieux algérien, édifiée au-delà de ses artificiels clivages archaïques et crispations identitaires souvent actionnés par un clan du pouvoir aux fins de cultiver et de fomenter la pernicieuse division, profitable qu'aux oligarques maffieux du régime pharaonique de Bouteflika. Les Algériens troquaient l'illusoire croyance en tous les partis d'opposition affidés contre l'affirmation du peuple laborieux algérien d'être l'unique véridique et probe représentant collectif oppositionnel, apte à apporter le changement, agent de la transformation socioéconomique et politique authentiquement révolutionnaire. Troquaient la focalisation du regard vers l'Orient féodal contre l'orientation de la vision sur des optiques culturelles et cultuelles nationales conformes aux valeurs algériennes contemporaines et à la modernité universelle progressiste. Troquaient la propension renégate de la fuite vers l'Occident décadent, notamment la France raciste, contre la proclamation patriotique de bâtir leur destin hic et nunc dans leur propre pays révolutionné. Troquaient la mentalité du colonisé instillé et entretenu par les pouvoirs dominants locaux vassalisés contre l'esprit révolutionnaire déterminé à rendre gorge aux exploiteurs autochtones, et résolu à combattre les impérialistes de tous bords convoitant les richesses de l'Algérie ou animés par des velléités de déstabilisation du pays. Troquaient la posture de pions sur l'échiquier national manœuvré par des imposteurs révolutionnaires des frontières contre la fonction de maîtres des enjeux politiques de la nation, résolus à se réapproprier les règles du jeu du sort du pays depuis 1962 écrasé par la loi du plus fort, parasité par l'esprit gouvernemental retors. Troquaient les mœurs patriarcales discriminatoires perpétuées perversement par les islamistes contre l'esprit d'égalité des sexes, catalyseur d'une nouvelle société algérienne fondée sur des rapports égalitaires authentiquement humains entre hommes et femmes. Troquaient la mentalité archaïque fossilisée prisonnière de traditions tribales, sous couleur berbéristes kabyles, contre l'esprit rationnel enfin mûr pour se mettre en phase avec notre époque scientifique, servant de tremplin au développement de la critique radicale, à l'épanouissement de controverses philosophiques et politiques fructueuses, vectrices de projets d'émancipation et d'égalisation sociale, de programmes économiques aptes à opérer hic et nunc l'industrialisation et la modernisation de l'Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.