Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quand «la ruée vers l'or» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2021

Le déclic qui devait provoquer « la ruée vers l'or » n'a pas encore eu lieu. Les pouvoirs publics ont vraisemblablement mis en œuvre les conditions, ou s'attellent à le faire, pour attirer les opérateurs économiques vers ce créneau de l'investissement dans le domaine minier, en l'occurrence l'exploration et exploitation des richesses minières (phosphate, zinc, plomb, fer, lithium, diamant et or), mais le secteur reste étrangement à ses premiers balbutiements depuis son ouverture aux investissements publics et privés, et sa contribution à l'économie nationale reste très modeste en dépit des énormes potentialités du pays, selon l'aveu des responsables du secteur. Y a-t-il eu mauvaise appréciation dans l'attelage de l'arsenal juridique d'accompagnement des investisseurs, une communication modeste par rapport à l'effet recherché, imposant, en l'occurrence la relance et la diversification de l'économie nationale, ou encore d'autres motifs qui ont freiné le départ d'une ruée vers l'or escomptée ? De toute évidence, la crise sanitaire a eu son mot dans le freinage de l'appareil économique, ici et ailleurs, mais les derniers efforts déployés par le ministère de tutelle montre également que l'accompagnement réglementaire souffrait d'un manque de lucidité. Faisant réagir les responsables à introduire des amendements dans le nouveau projet de loi minière afin de stimuler l'investissement et simplifier les procédures relatives aux autorisations d'exploration et d'exploitation des ressources minières en Algérie. La nouvelle loi minière prévoit, en sus, «plusieurs incitations financières et fiscales, ainsi que des mesures attractives au profit des investisseurs tant algériens qu'étrangers». D'autres mesures renseignent sur le rattrapage des lacunes réglementaires à travers la révision de ce texte de loi, et ce n'est que maintenant qu'on a pensé à élargir les prérogatives de l'Agence nationale des activités minières et à avoir une vision «claire» sur tous les projets que compte concrétiser le pays.
Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab a estimé dans le sillage de cet enrichissement de la loi minière que «toutes les conditions sont réunies aujourd'hui pour encourager les opérateurs économiques à investir dans le secteur». Avec des prévisions d'exportation de phosphate, zinc, plomb, fer et or, qui se chiffrent à 4 milliards de dollars, on serait tout simplement sous le choc d'une forte désillusion qu'il n'y ait pas de candidats à l'investissement dans le créneau.
Et le partenaire étranger, indispensable si on veut sérieusement développer le secteur minier, a-t-on pensé comment le convaincre de s'installer en Algérie ? Le ministre de l'Energie et des Mines a indiqué sur ce registre que son département était sur le point de lancer un deuxième appel d'offre pour chercher des partenaires ayant la technologie d'exploration d'orpaillage dans une profondeur de 400 mètres, ainsi que les outils nécessaires pour la transformation de cet métal précieux, mais il reste encore à sonder en parallèle le partenariat étranger dans d'autres filières minières comme l'exploration et l'exploitation du zinc, du plomb et pourquoi pas le diamant.
Le secteur d'exploitation minière dépend étroitement des échanges avec les partenaires étrangers, reconnaît le ministre de l'Energie et des Mines, alors pourquoi ne pas organiser une vaste opération de charme pour les inciter à investir en Algérie ? On serait bien avisé d'éviter sur ce plan le même long cheminement de la loi sur les hydrocarbures pour, finalement, l'adapter à la réalité et au contexte économique mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.