Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Profil bas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 12 - 2021

La création de l'Etat palestinien a été annoncée, en 1988, à partir d'Alger, et l'appel à la relance de la cause palestinienne ou à une reprise du processus de paix avec Israël, pour aboutir à la solution de deux Etats, ne serait mieux entendu qu'à partir d'Alger.
La question de la mobilisation de la nation arabe et de la communauté internationale en général, pour le couronnement des droits du peuple palestinien à travers l'édification de son Etat indépendant, avec El Qods pour capitale, sera certainement au centre des discussions entre le président Tebboune et le président palestinien Mahmoud Abbas, lors de sa visite d'Etat en Algérie entamée dimanche 5 décembre et qui devrait se prolonger jusqu'au 7 décembre.
Le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra a confié dans un récent entretien au journal Al Qods Al Arabi que l'Algérie recevra le président palestinien Mahmoud Abbas avant le fin de l'année afin de « confirmer nos positions historiques en faveur de la cause palestinienne ». Et, il n'y aurait pas meilleure occasion, pour remettre sérieusement cette cause à l'ordre du jour, que le prochain Sommet arabe, prévu à Alger au mois de mars 2022.
Les derniers développements intervenus sur la scène locale et plusieurs autres dossiers importants tiendront également une bonne place dans les discussions entre les deux présidents, dont les violations répétitives de l'enceinte de la mosquée Al Aqsa par l'occupant israélien et le problème des colonies, ainsi que la normalisation des relations diplomatiques entre certains pays arabes (Emirats Arabes Unis, Bahreïn et Maroc) et Israël. Peut-on lors du prochain Sommet arabe d'Alger fermer l'œil sur cette normalisation, en faisant valoir dans ce cadre la souveraineté de la décision de ces Etats arabes ? Ces pays ont offensé un principe moral liant les pays arabes à la cause palestinienne, qui veut que la normalisation des relations avec Israël doit intervenir en caution à la création d'un Etat palestinien libre et souverain, mais le fait est là, et on aurait décidé de faire avec au prochain Sommet arabe. Mais de là à tenter de faire valoir cette relation avec Israël pour jouer les intermédiaires entre Israéliens et Palestinien afin de favoriser la reprise du processus de paix, le pas serait grossier, voire éhonté.
Faut-il dans ce sens s'attendre, lors de cette visite du président de l'Autorité palestinienne à Alger, à une réponse au roi du Maroc qui a annoncé le 29 novembre dernier, à l'occasion de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, qu'il « mettra à profit sa position et ses relations privilégiées avec toutes les parties et les puissances internationales agissantes afin de réunir les conditions propices à un retour des parties à la table des négociations » ? Bien avant, une première réponse a été donnée par le président de l'Autorité palestinienne qui a qualifié, le jour même de l'annonce en question par le roi du Maroc, de « coup de poignard dans le dos de Jérusalem » l'alliance sécuritaire maroco-israélienne. Cela appelle franchement le Maroc à faire profil bas quand il s'agit de parler de la défense de la cause palestinienne. Pourrait-on jamais être un ami de l'oppresseur et défendre sa victime ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.