Ligue 1: le CR Belouizdad tient bon, le RC Arba respire mieux    Serie A : Bennacer champion avec le Milan AC !    Météo: des températures au-dessus des moyennes saisonnières    L'actrice Chafia Boudrâa s'est éteinte à l'âge de 92 ans    Hausse des températures: le ministère de la Santé prodigue des conseils préventifs    Le Mouvement El-Islah affirme adhérer à l'initiative de rassemblement initiée par le Président Tebboune    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Benbouzid préside les travaux de la 57e session ordinaire du Conseil des ministres arabes de la Santé    Sahara occidental: le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Industrie: prioriser le rendement économique lors de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans le secteur de Smara    "Andaloussiates El Djazair" : prestation de l'association "Mezghenna" d'Alger    Football - Ligue 2: Le MCEB et l'USMK champions, le MOB, la JSMB et le CRBAO rétrogradent    ES Sétif: Une lacune impardonnable    LIRF - Inter-régions: Une fin de saison entachée par la violence    Fertial: Asmidal reprend les 17% du groupe «ETRHB Haddad»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Tlemcen: Quatre morts par noyade sur les plages de Bider et Moscarda    Pour la quatrième année consécutive: Mort massive de poissons au lac Oum Ghellaz    A quelques semaines des jeux Méditerranéens: Des invasions de moustiques enveniment le quotidien des Oranais    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Réfugiés climatiques    La pression jusqu'en 2023 ?    15 hôtels réservés aux journalistes    La FSF épingle la FFF    Accord avec Mbappé?    «L'heure de l'unification arabe a sonné»    Dialogue national sans partis politiques    Les forces sionistes ont tué un jeune de 17 ans    La déclaration devant l'APN en septembre    Quelle place pour les partis?    Comment sauver les récoltes?    Les recasés de Saket s'impatientent    La grande inquiétude!    Les serments de Belaribi aux ingénieurs    34 milliards pour la zone d'activité    Le pari vital de Tebboune    Un grand homme s'en va!    Formation au ciné-concert    «Nous sommes ouverts à tous les Algériens»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    Une manœuvre dissuasive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Dhakhira» Implosée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2022

Savez-vous ce qu'est le projet arabe «Dhakhira» («Mémoire») ? Entre parenthèses, je ne m'y connais pas trop en arabe mais Dhakira aurait été plus juste. Un h de trop ? C'est donc une «banque de données» numérique, un «internet arabe», une «banque de données scientifiques et culturelles interactive», une «organisation suprême» créée par le monde arabe et dont le siège est à Alger. Le texte fondateur a été adopté en septembre 2010 par la Ligue des Etats arabes (134ème session au Caire). Il a été ratifié par l'Algérie en 2011 (toujours la première !) à travers le décret présidentiel 11/247 (Joradp n° 45 du 14 août 2011). Et, elle est restée dirigée depuis sa création et ce, jusqu'à son décès (2020) par le linguiste Abderrahmane Hadj Salah : Bien sûr, il y a un site web (www.cndhakhira-alarabiyya.dz, mais, svp, évitez de lire sa traduction Google en français) : 7 objectifs, 13 missions, tous ambitieux ! Mais, globalement, on en a peu entendu parler d'elle, sauf lors d'une session en date du 19/9/2011, pour l'installation d'une commission nationale de 12 membres et sauf, il y a peu, fin-décembre 2021, lors d'une rencontre organisée par le Centre culturel islamique de Jijel. Pour la petite histoire, on y a appris, par un conférencier, que lors d'une rencontre organisée en Algérie, un pays arabe avait dépêché un officier de l'armée, croyant qu'il s'agissait de « munitions arabes» («dakhira»). C'est dire l'intérêt porté à la chose régionale ainsi qu'aux efforts entrepris par les administrateurs de l'organisation. Cela m'a rappelé l'histoire de la création, en août 1986, de l'«Académie Algérienne de langue Arabe» dont aucun membre n'avait été désigné (mis à part son président et, aussi, feu Merzac Bagtache - et quelques autres- qui n'y avait jamais siégé) et dont a même précisé par un arrêté interministériel le nombre d'emplois et la classification en avril 2021 (sic !).
Pour notre «Dhakhira», on a donc appris, à travers la récente rencontre à Jijel qu'il y a encore loin de la coupe aux lèvres. On a même deviné l'existence de pôles de résistance ou de concurrence, certains pays voulant développer leur propre approche de la pratique académique et scientifique de la langue arabe dont le développement est objectivement lié à la maîtrise des outils technologiques de pointe, ce qui n'est pas une mince affaire. On le remarque d'ailleurs lors de la numérisation des textes avec une reconnaissance des caractères se soldant par beaucoup de fautes sur les mots en arabe. D'autant qu‘il ne faut pas se faire trop d'illusions sur la recherche informatique occidentale, laquelle braquée sur le caractère latin ou ceux assez proches, malgré les immenses avancées de la langue arabe, visibles sur la Toile, continue d'exploiter (ou d'ignorer) un immense déficit en matière de traduction de l'arabe vers les langues latines. Cela verse même dans un certain ridicule tant les erreurs sont incompréhensibles et même grossières et ridicules. Il est vrai qu'en dehors des élites qui pratiquent une langue à la grammaire commune, les peuples sont légèrement parfois , mais divergents souvent, dans leurs langages…le tout demandant toujours un temps d'adaptation bien plus long que celui que met un Algérois pour saisir les nuances oranaises ou skikdies. C'est désormais assez clair, la maîtrise et la généralisation, tout particulièrement à travers, entre autres, un Dictionnaire unifié généralisé dans son utilisation au sein des Universités et dans tous les domaines de la Recherche scientifique, sont devenues un enjeu politique majeur que, peut-être, nous avons perdu de vue à cause de nos querelles culturo-cultuels parfois sans queue ni tête et sans fin. Entre-temps qui c'est qui en profite ? Suivez mon regard ! A noter qu'à Jijel, Said Boutadjine , universitaire, écrivain et traducteur a évoqué le pôle marocain, un autre au Moyen-Orient et enfin un troisième dans les pays du Golfe.
Ps : La transcription généralisée (sous le contrôle du Hca afin d'éviter les erreurs) en caractères tifinagh des dénominations des édifices publics est une très bonne chose, mais attention, ne pas oublier que l'Algérie a des ambitions touristiques et attire de ce fait pas mal d'étrangers. Donc, rester ouverts sur les autres langues étrangères, tout particulièrement celles en caractères latins. Français, anglais ou/et turc, on s'en fout, l'essentiel c'est qu'elles soient correctement écrites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.