Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Il y a 2 ans, les crânes des symboles de la résistance algérienne retrouvaient leur terre natale    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hausse sur les hausses !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 04 - 2022


Encore une bataille contre la hausse des prix durant le ramadhan perdue par le gouvernement. Tout ce qu'on a engagé comme mesures pour juguler les augmentations des prix, tous azimuts, durant cette période de pic de consommation, s'est avéré inefficace. Comme tous les ans, les prix tiennent la dragée haute au gouvernement. Est-ce une fatalité ? Tant qu'on n'a jamais pu stabiliser les prix au mois de ramadhan, il faut bien croire qu'il s'agit d'un phénomène prédéterminé par de nombreux facteurs, persistants, dont le comportement des consommateurs eux-mêmes, qui sont pris par une frénésie «saisonnière», ne pouvant que conduire au bout de la chaîne qu'à un déséquilibre entre l'offre et la demande, dû essentiellement à un dérèglement des circuits des approvisionnements qui n'arrivent plus à assurer leur rôle suite à une rupture des stocks rapide. Chose qui exige beaucoup de moyens de transport et un soutien à la production pour fournir aux commerces les produits qui sont épuisés en rien de temps par les consommateurs. Et, Il y a bien sûr l'avidité de certains commerçants et les spéculateurs qui ne sont jamais loin de cette effervescence, dans les marchés, et qui dopent les prix à la consommation. Les premiers n'hésitent pas à profiter de cette forte demande pour augmenter les prix d'une manière outrageuse, hors du spectre des produits subventionnés, et les seconds, même si l'on dit que leur nombre a baissé depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi contre la spéculation, qui punit sévèrement ces pratiques, avec des peines qui peuvent aller jusqu'à 30 ans d'emprisonnement, demeurent très actifs en pareille période. Quant aux 1.200 marchés de la « rahma », créés pour la circonstance, qui sont d'une aide certaine pour les ménages, leur effet reste limité tant que cela n'influe pas sur les prix dans les marchés d'une manière générale. Cependant, ce n'est pas tout ce qui se tient derrière les causes de l'échec du gouvernement à faire face à la hausse des prix durant ce mois de ramadhan. Un ramadhan qui a la particularité de coïncider avec la crise en Ukraine, qui fait planer son ombre sur la disponibilité de plusieurs matières alimentaires essentielles, provoquant une explosion des cours mondiaux des matières premières. Ainsi qu'une inflation galopante. Car, faut-il le noter, ces augmentations traditionnelles des prix au mois de ramadhan ont été précédées par une hausse des prix à la consommation de plus de 9% en janvier 2022, par rapport à janvier 2021, selon les données de l'Office national des Statistiques (ONS). Et cette réalité n'a pas du tout arrangé les bourses des ménages, qui ont de la sorte vécu une vertigineuse hausse sur les hausses amorcées depuis quelques mois, déjà. Les autorités compétentes dans ce domaine doivent, normalement, se projeter dans l'après ramadhan pour livrer une autre bataille contre les prix, puisque la tendance à la hausse ne va pas s'arrêter, pour ne pas dire que la situation risque de se compliquer davantage tant que durera le conflit ukrainien. Seul point satisfaisant, la disponibilité de tous les produits en quantités suffisantes dans les marchés, comme promis avant le ramadhan. Il n'y a pratiquement aucune pénurie enregistrée depuis le début du mois de ramadhan. On peut acheter tout ce qu'on souhaite, il suffit seulement d'y mettre le prix. Mais à quoi sert toute cette disponibilité des marchandises s'il n'y pas de consommateur ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.