JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Selon l'ambassadeur d'Algérie à Rome: L'Algérie pourrait cesser d'alimenter l'Espagne en gaz
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 05 - 2022

L'Algérie respecte ses engagements en matière d'approvisionnement en gaz naturel de l'Espagne, mais à condition que les termes du contrat soient également scrupuleusement respectés par l'Espagne.
Tout marchait comme sur des roulettes entre les deux pays, et l'Algérie a toujours affiché toute sa bonne volonté pour assurer l'approvisionnement de l'Espagne en gaz naturel, jusqu'au jour où l'Espagne a décidé d'aider le Maroc à s'approvisionner en gaz naturel en inversant le flux du Gazoduc Maghreb-Europe (GME), à l'arrêt depuis novembre 2021 suite à la fermeture des vannes par Alger.
Dès lors, le doute s'est installé sur l'origine de ce gaz naturel qui sera exporté vers le Maroc. L'Algérie, soupçonnant que les quantités de gaz naturel algérien livrées en Espagne prennent une destination autre que celle prévue dans les contrats, a averti les autorités espagnoles que si les engagements contractuels sur ce plan ne sont pas respectés, cela pourrait entraîner une rupture du contrat liant Sonatrach à ses clients espagnols.
Depuis, la pression continue à monter. Dans une interview à l'agence italienne Nova, qui sera publiée dans son intégralité lundi, l'ambassadeur d'Algérie à Rome, Abdelkrim Touahria, a confirmé que l'Algérie était prête à couper l'approvisionnement de l'Espagne en gaz naturel si celle-ci ne respectait pas ses accords. «Si l'Espagne décide de réexporter le gaz qu'elle achète de l'Algérie vers des pays tiers, l'Algérie pourrait cesser d'approvisionner Madrid», a clairement laissé entendre l'ambassadeur Touahria.
Rappelons dans ce sens que l'Algérie a publié une déclaration officielle indiquant que si l'Espagne réexporte du gaz vers d'autres pays, l'Algérie ne respectera pas ses obligations, car l'Espagne sera la première à choisir de ne pas le respecter. Le 27 avril, le ministère de l'Energie a, en effet, annoncé que « toute quantité de gaz algérien exportée d'Espagne vers des entités autres que celles mentionnées dans les contrats serait considérée comme une violation des obligations contractuelles et pourrait donc conduire à une résiliation unilatérale des accords précédents ». Sans jamais le citer, mais le « pays tiers » en question pourrait être le Maroc, avec lequel l'Algérie a rompu ses relations diplomatiques. L'Espagne, en revanche, a récemment repris contact avec Rabat, en particulier après que le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a reconnu le plan d'autonomie du Maroc pour le Sahara occidental comme «la base la plus sérieuse, crédible et réaliste» pour résoudre le conflit. L'ambassadeur est revenu sur la question en soulignant que «le Premier ministre espagnol a changé la position traditionnelle de l'Espagne (sur le Sahara occidental), nous ne savons pas pourquoi, mais nous pouvons l'imaginer. Je tiens à dire que nous n'avons aucun problème avec le peuple espagnol».
Avant-hier, la troisième vice-Première ministre espagnole et ministre de la Transformation environnementale, Teresa Ribera Rodríguez, a déclaré dans une interview accordée à Nova en marge de la 12e édition de la conférence sur l'état de l'Union dans la ville italienne de Fiesole que son pays ne craint pas un arrêt de l'approvisionnement en gaz de l'Algérie. Ajoutant que «nous aimerions avoir de meilleures relations que les relations actuelles. Nous n'avons pas peur que le gaz soit coupé, mais nous espérons certainement que les choses s'amélioreront.»
L'Espagne cherche à rassurer
Notons dans ce contexte que le gouvernement espagnol a reporté le pompage inverse du gaz vers le Maroc jusqu'à ce qu'un nouveau système de surveillance soit mis en place, après que l'Algérie ait menacé de résilier le contrat au cas où des quantités de ses exportations seraient transférées à Rabat. La ministre de la Transition écologique et du Défi démographique espagnol a demandé à Enagás, en sa qualité d'opérateur et gestionnaire du système gazier espagnol, de mettre en place un système permettant de garantir l'origine du gaz arrivant en Espagne afin que le gaz exporté vers le Maroc ne soit pas d'origine algérienne. Elle a expliqué à ce propos que l'objectif est de donner des assurances sur la source et la destination du gaz naturel liquéfié que le Maroc importe des marchés internationaux. Le gouvernement espagnol a ordonné à Enagas de travailler au plus vite sur le système des garanties d'origine pour en faire prendre connaissance à l'Algérie.
Des sources d'Enagás confirment de leur côté qu'elles travaillent déjà sur la nouvelle procédure afin que le gaz naturel liquéfié acheté par le Maroc puisse être injecté dans le réseau gazier espagnol, puis exporté vers le Maroc via le gazoduc Maghreb-Europe, sans interférence avec le gaz venu d'Algérie. Malgré sa capacité à inverser la pompe de l'Espagne vers le Maroc, Madrid n'a pour l'instant envoyé aucune goutte de gaz vers Tanger. L'Espagne attend d'obtenir les factures d'achat de gaz du Maroc sur les marchés internationaux et transfère des copies des factures à l'Algérie pour prouver que le gaz envoyé à son voisin n'est pas le sien. L'agence de presse espagnole cite des sources gouvernementales confirmant que ce qui a été fait répondait à une demande marocaine, dans un cadre purement commercial, afin de l'aider à couvrir ses besoins énergétiques en repompant le gaz qu'il achète sur le marché international. Les mêmes sources ont indiqué qu'en aucun cas le gaz algérien ne sera transféré au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.