Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Légumes, fruits, viandes et la sardine: Baisse sensible des prix après la hausse vertigineuse du Ramadhan
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 05 - 2022

Les citoyens et les ménagères ont été agréablement surpris en faisant leur marché ces derniers jours. Ils ont découvert des prix qu'ils pensaient d'une autre ère. Ces derniers ont connu une baisse vertigineuse. La baisse a touché les légumes, les fruits et surtout toutes les viandes ainsi que la sardine. Des baisses atteignant jusqu'à plus de 50% pour certains produits.
Parmi les exemples les plus frappants sont la salade verte et les tomates qui sont passés respectivement de 200 et 160 dinars il y a de cela quelques jours, à 80 et 90 DA hier matin dans beaucoup de marchés d'El Bahia comme celui d'El Hamri.
La bonne et belle pomme de terre se négociait au détail entre 70 et 80 dinars contre 150 dinars la dernière semaine du mois de Ramadhan. Les carottes, les navets et les courgettes étaient cédés à 70 dinars alors que les aubergines étaient proposées à 100 dinars. Les petits pois et les artichauts qui seront bientôt en fin de saison se vendaient respectivement à 100 dinars et 80 dinars le kilogramme. Les poivrons verts, légumes par excellence en été, étaient à 130 dinars au lieu de 250 dinars il y a quelques jours.
L'entrée d'une production de récolte saisonnière y est peut-être pour quelque chose. Selon un marchand installé à Maraval, les prix des fruits saisonniers connaîtront encore une baisse significative d'ici le début de l'été. Mais la surprise qui a fait plus de plaisir est la chute du prix de la sardine et du poulet. La sardine qui avait atteint durant le mois de Ramadhan 1.200 dinars, était proposée jeudi dernier à 400 dinars le kilo. Selon Khadir, vendeur de poissons ambulant, «certains de mes clients ne m'avaient pas cru quand je leur ai annoncé le nouveau prix». Amina, mère de famille et chargée des courses dans sa petite famille : «Ça fait longtemps que je n'ai pas vu des prix pareils. Je vais en prendre deux kilos, je consommerai une partie ce soir et je vais mettre au congélateur le reste pour de futurs repas. Et surtout, j'ai peur que la flambée reprenne».
Pour le poulet, le prix varie désormais entre 220 et 250 dinars alors que son prix oscillait entre 420 et 450 dinars algériens il y a quelques jours. Cette baisse a fait ruer les citoyens qui se sont donné à cœur joie à en acheter. «Au lieu d'acheter un poulet pour le couscous du vendredi, j'ai acheté deux», dira Abdelkader, agent de sécurité dans une entreprise privée. Pour ce qui est des viandes rouges, le veau est actuellement à 1.600 au lieu des 2.000 dinars lors du mois du Ramadhan et la viande ovine est entre 1.500 et 1.700 dinars pour toutes les parties. Du côté des fruits, la fraise vaut en ce moment 200 dinars au lieu des 300, une baisse expliquée par la montée de la température, la pastèque est à 70 dinars, le cantaloup à 140 dinars et enfin la banane à 380 avec une petite hausse mais d'une qualité qui peut faire face à cette subite canicule.
Pour ce qui est des primeurs de l'été, les nèfles étaient cédées à 200 dinars et les premières pêches valaient 300 dinars avec une petite taille et sans jus qui les caractérisent. Les ménagères qui ont exprimé satisfaction souhaitent que cette tendance baissière perdure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.