L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bureaucratie, administrateurs et administrés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 06 - 2022

Le président Tebboune vient encore une fois de pointer l'index sur un dossier aussi lourd qu'épineux. Réputé pour avoir comme crédo la lutte contre la corruption, il recommande vivement aux investisseurs potentiels bloqués par la bureaucratie d'alerter les walis pour lever les obstacles auxquels ils font face. La recommandation n'est pas nouvelle. De par les responsabilités qui lui incombent, le wali a été en permanence interpellé au cœur d'une culture néfaste dans la vie nationale où la bureaucratie et la corruption sont une donnée courante presque officialisée. Mais dans ce large phénomène social négatif, l'administration n'est plus seule en cause, l'administré a sa part de responsabilité car il a fini par s'impliquer totalement dans la règle des passe-droits basée sur une resquille générale qui l'oriente à s'adresser aux amitiés et aux connaissances pour acquérir un bien pourtant légitime.
Les procédures réglementaires fixant les convenances légales, au lieu d'être le socle essentiel entre l'administration et l'administré ne sont plus qu'une petite parallèle d'appoint pour qu'une démarche élémentaire soit satisfaite. Constat affligeant et pervers, les échanges ne relèvent plus des guichets officiels mais des contacts à l'ombre des couloirs des administrations. Cet état de fait, fortement installé, a inversé les rôles pour que le citoyen soit au service de l'agent administratif et non le contraire. La situation se transforme en dérive en élargissant un grand boulevard pour d'innombrables formes de corruption, dont la principale est celle des âmes et des esprits.
Il est alors difficile pour un wali d'interférer dans ce magma compact où les torts sont partagés, n'ayant pas entre ses mains les moyens nécessaires pour imposer, à ses administrateurs et aux administrés, les saines normes de la gestion.
Les actuelles grandes affaires traitées aujourd'hui par la justice illustrent au mieux l'ogre social malfaisant qui, peu à peu, a entraîné sur son passage une large frange de la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.