Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Feuille de route admissible ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 07 - 2022

A quand le retour des civils aux commandes dans les pays africains qui ont été, ces toutes dernières années, théâtres de coups d'Etat, en l'occurrence le Mali, la Guinée et le Burkina Faso ? C'est la réponse exigée par les leaders ouest-africains, regroupés au sein de la Cédéao, qui se réunissent, ce dimanche 3 juillet à Accra, la capitale ghanéenne, pour juger si les militaires au pouvoir dans ces pays entendent bien quitter la scène en organisant des élections dans des délais relativement courts, l'issue recommandée ou s'accrocher plus longtemps et exposer leurs pays aux sanctions commerciales et financières. Il y a un mois, les leaders de la Cédéao se sont quittés, à l'issue d'un sommet, tenu le 4 juin, à Accra, sans prendre aucune décision au sujet des sanctions à l'encontre des régimes putschistes.
Et le mois qu'on s'est donné comme délai, lors de ce sommet, pour négocier un retour des civils au pouvoir et s'entendre sur une levée ou un maintien des sanctions, selon les échos des autorités au pouvoir au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, arrive à terme aujourd'hui. Le Burkina Faso et la Guinée n'étant que suspendus de la Cédéao, jusqu'à présent, le sommet de ce dimanche intéresse plus les Maliens, qui subissent depuis janvier de dures mesures de rétorsion commerciales et financières.
Les autorités ont dans ce sens lâché du lest, réduisant la période de transition de 5 à 3 ans et, en sus de l'adoption, le 17 juin, d'une nouvelle loi électorale, un calendrier électoral a été annoncé pour les présidentielles (février 2024), le référendum Constitutionnel (mars 2023) et les législatives (entre octobre et novembre 2023). On voit plus clair, certes, mais on ne sait pas si cela conviendrait aux visées des leaders de la Cédéao ?
Au Mali, l'espoir de la population est grand quant à une levée des sanctions. Un espoir également partagé à travers les déclarations des membres proches du médiateur de la Cédéao auprès du Mali, l'ex-président nigérian, Goodluck Jonathan, soutenant que le Mali a fait d'énormes progrès, et qu'il ne reste que quelques points à régler pour remplir les obligations édictées par la Cédéao.
Mais, les sanctions économiques ne sont pas les seules préoccupations des autorités maliennes, car le dossier sécuritaire est dominant sur la scène interne, régionale et internationale. Après le retrait de la force française «Barkhane», suivi ces deux derniers jours par la force européenne «Takuba», il ne reste pratiquement sur le terrain que la mission de paix «MINUSMA», dont le mandat a été prolongé par le Conseil de sécurité de l'ONU, jeudi dernier, d'une année (30 juin 2023), et ce malgré les réserves du Mali, ainsi que la Russie et la Chine, qui se sont abstenues lors du vote de la résolution de prolongation du mandat en question, à cause des « formulations intrusives » du texte en matière de droits humains qui s'opposeraient à la souveraineté malienne. Outre la protection des civils et des droits humains, le document demande aux ‘Casques bleus' de la MINUSMA de soutenir l'application de l'Accord de paix d'Alger, signé en 2015, et une transition politique. Une feuille de route admissible?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.