Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Loin d'être un discours de consommation    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    L'heure de la convergence patriotique    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Drame de Melilla: Le Premier ministre espagnol charge le Maroc
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 07 - 2022

La question de la violation des Droits de l'Homme dans la tragédie de Melilla, qui a coûté la vie à une trentaine de migrants le 24 juin, « doit être posée à Rabat », a estimé, hier dimanche, le Premier ministre espagnol dans un entretien au quotidien «El Pais».
Interrogé sur les images de la tragédie qu'il disait n'avoir pas vues lors de sa dernière intervention, mercredi, sur le sujet, et sur le «respect des Droits de l'Homme dans pareille situation», Pedro Sanchez a affirmé que « c'est le gouvernement du Maroc qui devrait répondre à cette question». « Nous devons, nous, parler de ce que l'on fait en Espagne », a poursuivi Pedro Sanchez.
Le 24 juin, une trentaine de migrants africains ont péri lors de la tentative d'environ 2.000 personnes d'entrer par la force dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc. Des images diffusées plusieurs heures après ont mis au jour des actes de brutalité, avec des corps jonchant le sol, des policiers marocains assénant des coups et les forces de l'ordre espagnoles tirant des gaz lacrymogènes sur des hommes accrochés à des grillages, selon l'ONG «Human Rights Watch» (HRW). Pour le Premier ministre, Melilla est « le dernier épisode d'une tragédie qui a commencé bien avant, à plusieurs kilomètres de là », parlant de nouveau d'une attaque violente, avec des hommes « armés », et d'un évènement orchestré par les « mafias », un argument que le gouvernement espagnol ne cesse de brandir depuis cette affaire.
Le bilan humain du drame n'est pas encore officiellement connu et pour le moment, les autorités évoquant une « trentaine » de décès, soit le plus lourd jamais enregistré aux frontières entre le Maroc et les deux enclaves. Il a provoqué l'indignation internationale, avec notamment des propos d'une sévérité rare de la part de l'ONU, ainsi que l'ouverture de deux enquêtes en Espagne et une mission d'information au Maroc.
De son côté, l'envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Ammar Belani, a confirmé, dans une déclaration à «Echorouk Online», que la « majorité des migrants qui ont été tués de sang-froid en tentant de franchir la clôture de l'enclave de Melilla, sont arrivés au Maroc à bord des avions de la compagnie marocaine, Royal Air Maroc ». Le représentant du ministère algérien des Affaires étrangères, a également indiqué que face au « carnage commis de sang-froid de près d'une centaine de migrants par les forces de sécurité du Makhzen, selon les propres propos d'un ancien haut responsable marocain, les responsables marocains « font preuve d'un autisme effrayant en continuant à s'accrocher désespérément au disque rayé de la gestion humanitaire du dossier migratoire, et faire la part belle aux mensonges au sujet de l'Algérie, malgré la présence d'indices clairs que la grande majorité de ces migrants sont arrivés dans le royaume à bord de vols de Royal Air Maroc ». Amar Belani a également expliqué que « cette diversion et falsification éhontée des faits n'aura pas fait long feu face à des dizaines de vives réactions à travers le monde (et au Maroc) qui ont condamné la violation odieuse, planifiée et systématique des droits fondamentaux de ces migrants qui ont été soumis à un châtiment collectif qui restera gravé dans la mémoire de tous les Africains du continent et de la diaspora », a-t-il affirmé.
Toujours selon l'envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, « ce lynchage sauvage de migrants, au mépris des clauses les plus élémentaires du droit international humanitaire, restera marqué au fer rouge dans la conscience de ceux qui souhaitent jouer le rôle des gendarmes et de ceux qui les soutiennent de l'autre côté de la Méditerranée, dans l'accomplissement de cette sale et indescriptible besogne».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.