Enseignement supérieur: renforcer la contribution des étudiants à leur formation universitaire à la faveur d'un modèle national en 5 phases    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    La Côte d'Ivoire veut récupérer Fofana    La tension monte d'un cran au Maroc    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    La chine donne son quitus    Un Palestinien assassiné par les forces d'occupation sionistes    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine    Borne et les préoccupations de l'heure    Absurdité    «L'Algérie doit être construite par les algériens»    Que va faire l'Opep+?    Développement régional: La décentralisation comme clé de voûte    Industries: Priorité aux filières de substitution des importations    L'ESS sombre    Grosse inquiétude au Barça    On a évité le pire à El Bayadh    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    Efficacité des ressources et réduction de coûts de production: L'expertise allemande pour les PME algériennes    Démarrage timide dans la capitale    El Bayadh: Des tablettes pour 900 élèves du primaire    Cap Falcon : une femme morte et deux blessés graves dans une collision entre deux voitures    Campagne de dépistage à El Flay    El-Bayadh: Trois morts et un blessé grave dans un accident de la route    Onze ans de retard    De la marijuana à Zéralda    Le président Tebboune présente ses condoléances    Presse, amour et pouvoir    La pièce « Hna ou Lhih » participe    «C'est formidable d'échanger avec les lecteurs»    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Origine à déterminer
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 08 - 2022

Quel bilan faire d'un côté et de l'autre de la Méditerranée après bientôt une année depuis la décision de durcissement par la France des conditions d'obtention des visas Schengen à l'égard du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie ? Selon les autorités françaises, pour mémoire, la décision a été prise suite au refus des pays concernés « de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France ». Ce qui conduit à s'interroger si on a bien avancé dans ce dossier et que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie sont devenus plus coopératifs sur ce plan suite à la « pression » exercée par le biais du refus d'octroi des visas à leurs citoyens ?
Le résultat recherché en matière d'application des reconduites à la frontière après la délivrance des obligations de quitter le territoire français (OQTF), ou plus simplement des expulsions, contre les étrangers « indésirables », identifiés comme maghrébins, n'est pas plus efficace aujourd'hui qu'hier.
Car, les mêmes arguments valables hier le sont aujourd'hui quand ces trois pays refusent d'accueillir des personnes expulsées de France et identifiées comme étant de nationalité algérienne, marocaine ou tunisienne.
Des nationalités autour desquelles les trois pays émettent des doutes, à 99% à l'origine du refus de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France, car ces personnes frappées d'une OQTF, particulièrement les sans-papiers et les immigrants clandestins, sont en majorité, pour ne pas dire dans leur ensemble, des personnes qui n'ont aucun document administratif prouvant leur origine. Comment la France peut-elle affirmer que tel ou tel étranger est algérien, marocain ou tunisien, quand le concerné n'a aucun document administratif de voyage ? Souvent, les services d'immigration en France, et en Europe, ont recours à des interrogatoires par des agents d'origine des pays concernés pour juger de la nationalité des étrangers arrêtés sans papiers.
Un jugement qui reste contestable tant que le refoulé, dont on ne connait pas les motivations réelles, ne peut pas prouver par des documents contrôlés et vérifiés par la partie concernée du sujet qu'il est algérien, marocain ou tunisien. La question relève de la sécurité nationale du pays concerné. Ce dossier n'avance pas, vu que les restrictions restent en l'état. Y aura-t-il un changement dans le proche avenir ?
S'il s'avère que la décision de réduire les visas pour faire pression sur les pays maghrébins est beaucoup plus à caractère électoraliste, pour plaire aux extrémistes, elle n'a plus maintenant sa raison d'être après les élections présidentielles et les législatives en France.
Dans les pays maghrébins, des gens bien sous tous rapports, qui souhaitent seulement se rendre en France pour des raisons familiales ou touristiques, expriment leur colère face à cette décision qu'ils jugent, eux, incohérente. Pourquoi doivent-ils payer pour ceux qui ne sont acceptés ni en France ni dans leurs pays supposés d'origine ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.