Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UN INCENDIE AU CIMETIERE DE SIDI BENHAOUA A MOSTAGANEM : Au moins respectez nos morts !
Publié dans Réflexion le 03 - 07 - 2015

Quel choc et quel chagrin pour ce musulman ou cette musulmane venus se recueillir sur la tombe de son fils unique, de sa mère ou de son père, en découvrant sur les lieux...un incendie en plein jour en train de ravager les tombes de leurs chers défunts. Un cimetière à l'abandon, tombes recouvertes de broussailles, entourées d'ordures nauséabondes ... Faut-il rappeler que le cimetière est un lieu de respect pour ceux qui y sont enterrés ainsi que pour leurs familles et leurs amis ? Ne pas respecter nos morts, c'est aussi manquer de respect, d'estime et d'empathie pour les vivants.
En effet, hier vendredi, nous avons appris qu'un incendie s'est déclaré au cimetière de Sidi Benhaoua au moment précis d'une cérémonie d'enterrement, où une foule considérable s'apprêtait à accomplir la prière d'un défunt (djanaza), juste après la prière de la ‘'djamouaâ''. Le sinistre fut maîtrisé rapidement par les éléments de la Protection Civile avertis par l'appel d'un citoyen présent sur les lieux. En ces journées caniculaires où le soleil tape fort, le risque d'incendie est majeur dans les endroits boisés et notamment dans les monts, jardins publics et cimetières communaux, où les ronces et les épines couvrent tous les sentiers, des herbes sauvages très hautes, foisonnantes, couvrant partiellement les sépultures et rendant les allées à peine visibles et des tas d'immondices et des canettes de bières vides jonchent le sol très facilement inflammable...sans oublier les détritus et ordures jetées pèle mêle un peu partout ornant d'une façon malsaine des lieux sacrés. Un décor aberrant du cimetière de Sidi Benhaoua à Mostaganem où reposent nos ancêtres et proches, où un manque d'entretien flagrant. Et c'est essentiellement ce délaissement qui est l'une des causes principales qui a provoqué un tel incendie qui demeure au moment où nous mettons sous presse assez flou. Ce sera aux services compétents de déterminer les circonstances exactes ayant provoqué ce sinistre. Une conséquence d'une négligence qui fait toujours polémique et dont les causes seraient controversées et chacun va de son point de vue et analyse sur l'état lamentable de cet endroit sacré qui est le cimetière. D'après des témoins oculaires, les flammes se sont vite propagées le long d'un buisson mitoyen du mur d'enceinte séparant le cimetière du centre principal de distribution de la ville de Mostaganem appartenant à la SONELGAZ, alimentant la majorité des foyers de la commune. Rappelons qu'un incendie similaire a eu lieu dans un cimetière,situé à Kheir Eddine au Douar Allaoucha en novembre 2013 ..! Qualifié de massacre, ce genre de violations et de profanations de cimetières musulmans se traduit par une atteinte grave aux âmes des morts et un trouble à leur repos éternel qui ne peuvent que témoigner de la négligence des responsables des communes et l'incivisme des citoyens. Le phénomène d'abandon et de mauvais entretien des cimetières n'est pas spécifique à Mostaganem mais, il est constaté un peu partout au niveau national, malgré les efforts consentis par des associations citoyennes qui ont pris conscience de la gravité du problème d'image que pose ce type de situation, surtout dans un pays musulman. La presse nationale et locale a tiré la sonnette d'alarme en dénonçant à maintes reprises ces abandons qui nuisent à la réputation des communes concernées par le phénomène. En ce sens, il est fort regrettable de constater que les morts n'échappent pas à l'incivisme d'une société qui a perdu tous ses repères. Il fut un temps où ce lieu de repos éternel était respecté et bien entretenu. Malheureusement, aujourd'hui ce n'est pas le cas ; la situation est toute autre : autres temps, autres mœurs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.