Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Le nouveau directeur de l'éducation installé    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Nouvelle vague de gros procès en février    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A 2 JOURS DE LA PRESIDENTIELLE : Des personnalités appellent au calme
Publié dans Réflexion le 10 - 12 - 2019


A la veille de l'élection présidentielle du 12 décembre, dix-neuf (19) personnalités nationales ont lancé, ce mardi, un appel au calme et à la retenue « pour préserver la communion dans cette épopée rassembleuse par son pacifisme et son prestige large et avéré. » Parmi les signataires figurent : l'ancien ministre des affaires étrangères Ahmed Taleb Ibrahimi, l'ancien chef du gouvernement Ahmed Benbitour, l'ancien ministre de la communication Abdelaziz Rahabi et l'avocat et militant des droits humains Me Mostefa Bouchachi… « De larges couches du peuple algérien continuent de refuser le déroulement d'élections dans les circonstances actuelles marquées par de vives tensions. Les grandioses marches hebdomadaires des mardis et vendredis, en sont la démonstration tout comme elles portent de façon réitérée des messages contre la monopolisation du pouvoir et l'autoritarisme imposé à la vie politique. La démarche du pouvoir marquée par la fermeture d'espaces de libre expression, les entraves à l'exercice des libertés, l'arrestation et l'incarcération d'activistes politiques et de manifestants pacifiques, la dénaturation des réalités et des évidences n'a pas suscité d'adhésion populaire à cette politique'', ont-il affirmé. Dans notre déclaration du 15 octobre 2019, ont-ils ajouté, nous avions exposé notre vision de l'approche de la solution politique consensuelle. Celle-ci, faut-il le rappeler, doit impérativement passer par des mesures d'apaisement de nature à favoriser un dialogue national, sérieux et global afin d'aboutir à un consensus de nature à mettre fin à l'ère des désignations et des cooptations. Il est regrettable de constater que notre déclaration, tout comme les initiatives précédentes de personnalités nationales, de forces politiques et sociales, n'a pas trouvé d'écho auprès des tenants du pouvoir. En dépit de tout cela, notre sens patriotique et notre attachement profond à notre grand peuple nous appellent à rester engagés à ses côtés dans l'expression de nos positions de soutien à ses aspirations et à ses préoccupations.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.