Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    D'importants dégâts matériels enregistrés    L'alimentation en eau potable perturbée    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Réouverture de la promenade des Sabelettes : Campagne de désinfection    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sénat est budgétivore et inutile
Publié dans Réflexion le 12 - 07 - 2020


L'ancien ministre Abdelaziz Rahabi apporte quelques remarques critiques quant à la mouture du projet de révision de la Constitution qui devrait être soumis à un référendum d'ici octobre prochain. Dans un texte portant ses propositions remises au président de la République, il appelle à la suppression du Conseil de la nation, qu'il qualifie d'«institution budgétivore et inutile, créée pour répondre à un besoin ponctuel en rapport avec la crise politico-sécuritaire des années quatre-vingt-dix». Son maintien, estime-t-il, «ne semble pas participer d'un esprit d'équilibre des pouvoirs, ni de rationalisation des dépenses budgétaires». «Le système bicaméral adossé à un régime semi-présidentiel rigide reproduira à terme les réflexes qui ont fait la fragilité de l'ordre institutionnel algérien qui a pris les réflexes qui ont fait la fragilité de l'ordre institutionnel algérien qui a cédé au mimétisme et qui n'a tiré que la forme du modèle des nations avancées», prévient-il. Sur la nouvelle doctrine militaire, Rahabi estime qu'il est important que les choses se fassent dans la transparence et sous le contrôle du peuple. Pour lui, il y a une nouvelle réalité géopolitique du pays qui confère, certes, des atouts mais réclame notamment, en raison du caractère transfrontalier des nouvelles menaces, une adaptation à de nouvelles missions de participation des troupes militaires dans des opérations humanitaires, d'observation et de paix qui ne sont pas prévues explicitement dans notre ordre constitutionnel. «Ces opérations, du fait d'être soumises à la satisfaction au préalable institutionnel interne contraignant et à un mandat de l'Organisation des Nations unies, de l'Union africaine ou de la Ligue des Etats arabes, consacrent le principe du contrôle populaire sur les actions des forces armées hors des frontières nationales», soutient-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.