Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





H?lal alihoum, H?ram Alina
Cultiver la culture de la Culture
Publié dans La Voix de l'Oranie le 20 - 06 - 2006

Il semblerait que l?Etat policier s?installe doucettement ? l?om-bre de l?Etat de droit que le pr?sident de la R?publique s?est ?vertu? ? promouvoir depuis son ?lection ? la magistrature supr?me. Des voix s??l?vent, ici et l?, qui pour menacer de sanctions des contestataires qui r?clament des droits, qui pour contraindre d?autres ? d?clarer un patrimoine alors que ceux qui sont cens?s le faire, parce que la loi les y oblige, ne le font pas. Cultiver la culture de la Culture n?est pas un idiome. Un jeu de mots, non plus. Pour cultiver, il faut avoir un savoir-faire. La culture est un art et l?autre, la Culture, est un acquis. On ne cultive pas une Culture comme on cultiverait des l?gumes. A plus forte raison quand il s?agit de milieu universitaire et que le champ ? cultiver est compos? de sommit?s, un vivier, dont la culture surclasse celle du cultivateur.
Face ? la gr?ve des enseignants du Sup?rieur, certains responsables ne sont pas all?s de main morte: blocage ou gel des salaires, pas de r?mun?rations pour les mois de vacances, et suppression des stages scientifiques ? l??tranger. C?est ? dire le laminage de tout l?avenir et de ce ? quoi aspire le magister ou le docteur universitaire qui a choisi de rester, en d?pit de tout, en Alg?rie. Un orage d??t? qui s?abat sur un champ de bl? m?ri, n?aurait pas fait plus de d?g?ts sur les cultures. Le CNES a le m?rite de poser correctement l??quation du probl?me en identifiant toutes les inconnues. Au minist?re de tutelle de la r?soudre. M?thodiquement.
En utilisant les moyens scientifiques dont il est cens? d?tenir le monopole. Sans brutalit?. Que l?enseignant universitaire r?clame un logement, un statut et un salaire, fut-il d?une dizaine de millions de centimes -ou plus- c?est ? l?Etat de trouver la solution en acceptant ou en faisant des contre-propositions pour aboutir, non pas ? un compromis, mais ? un r?sultat qui fera que l?enseignant soit l?Universitaire et l?universit?, une Institution qui gagnera ses titres de noblesse. A la tutelle de placer les passerelles qui permettront ? tout le monde d?aller dans un sens ou dans l?autre, sans qu?il n?y ait d?embouteillage qui bloquerait, au beau milieu de la chauss?e, l??tudiant en fin de cursus.
Si la formation professionnelle -ou celle cens?e l??tre- du cancre exclu du syst?me scolaire co?te ? l?Etat la moyenne de 50 millions de centimes, ? combien s??l?ve celle d?un ?tudiant qui a surmont? tous les obstacles et auquel il ne reste qu?un ultime examen pour qu?il puisse ?tre rentable et rembourser sa dette ? l?Etat qui a consenti tant de sacrifices? Un pays ne vit que par ses ?lites, c?est-?-dire ses universitaires. Si ces derniers sont brim?s, si on ne discute avec eux qu?? travers la menace, il vaut mieux renoncer au Savoir et ? la Culture et se consacrer ? l?agriculture. Et attendre que le Ciel soit cl?ment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.