Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Ouargla/Covid-19 : initiative d'un groupe de jeunes au profit de la polyclinique de Sidi-Khouiled    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les délits de presse dépénalisés dans le projet de loi modifiant le code pénal
Parlement-presse-loi-projet
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 05 - 2011

ALGER - Le projet de loi modifiant l'ordonnance 66-156 du 8 juin 1966, portant code pénal, a été enregistré lundi au bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN), en vue de la dépénalisation des délits de presse à travers la modification des dispositions relatives aux outrages et violences à fonctionnaires et institutions de l'Etat.
Il s'agit en premier lieu, de l'abrogation de l'article 144 bis du code pénal qui punit les infractions d'outrage, injure ou diffamation commise par l'intermédiaire d'une publication quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou autre.
Cela concerne également la suppression des peines d'emprisonnement prévues par les articles 144 bis et 146 et le maintien de l'amende, en conformité avec la pratique en vigueur dans les pays démocratiques.
Le maintien des peines d'amende vise à protéger les victimes des actes prévues aux dits articles, de tout abus de la part des médias et vise à garantir l'équilibre entre l'exercice de la liberté de presse et la protection des droits et libertés, énonce le projet.
Les dispositions du projet ont aussi pour finalité de faciliter l'exercice par les médias de leur profession et méritent d'être renforcées par des codes de déontologie qui garantissent l'exercice objectif de cette noble profession.
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, avait annoncé, lors de son récent discours à la nation, que la nouvelle loi sur l'information complétera la législation actuelle, notamment à travers la dépénalisation du délit de presse.
La loi sur l'information "introduira les repères d'une charte déontologique et complètera la législation actuelle, notamment à travers la dépénalisation du délit de presse", avait-il déclaré. Outre les nouvelles garanties juridiques sur la liberté de la presse que cette future loi consolidera, "nous travaillerons à une modernisation de l'espace médiatique national pour le porter au niveau de notre pluralisme démocratique et des ambitions de notre population, et pour conforter le professionnalisme et l'éthique", avait notamment souligné le chef de l'Etat lors du dernier Conseil des ministres début mai.
Il avait annoncé, dans ce cadre, qu'une commission indépendante d'experts nationaux dans le domaine des médias audiovisuels, de la communication et de l'information sera mise sur pied. Celle-ci aura pour mandat "de proposer les voies et les moyens d'améliorer le paysage audiovisuel, de promouvoir la communication par le biais des nouvelles technologies de l'information, et d'identifier les domaines à travers lesquels l'aide publique contribuera à l'épanouissement de la presse écrite", avait-il précisé.
De son côté, le ministre de la Communication, Nacer Mehal, a indiqué que la dépénalisation du délit de presse, constituait l'une des "aspirations" de la corporation auxquelles les pouvoirs publics vont s'employer à donner un contenu pratique.
Il avait insisté, à l'occasion, sur la nécessité d'accorder l'importance qu'il faut aux aspects relatifs à l'éthique et à la déontologie afin, avait-il souligné, de "préserver la profession et l'honneur des gens".
Même si elle est jugée "tardive", l'annonce d'une dépénalisation prochaine du délit de presse, avait été accueillie avec "optimisme" par des professionnels de la presse, des universitaires spécialisés dans les sciences de l'information et des spécialistes du droit.
L'abrogation éventuelle de l'article 144 bis du Code pénal "vient en réponse à une revendication de l'ensemble de la famille de la presse", a précisé le Pr Brahim Brahimi, directeur général de l'Ecole nationale supérieure du journalisme et des sciences de l'information (ENSJI).
Pour le Pr Brahimi, la nouvelle "vient confirmer une réalité" que les hommes de la presse n'ont eu de cesse de dénoncer, à savoir la pénalisation du délit de presse qui constitue, estime-t-il, une restriction majeure à la liberté d'expression.
Les autorités du pays "ont mis du temps mais ont fini par répondre aux doléances des professionnels de la presse et celles des experts lesquels ont souvent attiré l'attention sur les dangers de l'article 144 bis", a-t-il dit.
Pour sa part, l'universitaire Ahcène Djaballah, également enseignant à l'ENSJI, a souligné que même si l'intention du chef de l'Etat de dépénaliser le délit de presse "arrive avec du retard", il n'en demeure pas moins qu'elle sera "utile" pour l'avenir de cette profession en Algérie.
Pour le Pr Abdeslam Benzaoui, directeur adjoint à l'ENSJI, ces annonces "n'ont pas surpris ni déçu" les professionnels de la presse nationale, qui s'attendaient à ce genre d'ouverture. "La décision de dépénaliser le délit de presse est importante, dans la mesure où elle va remettre le train du pluralisme médiatique en marche", a-t-il expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.