CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délit de presse dépénalisé dans le projet de loi modifiant le code pénal
Publié dans Ennahar le 17 - 05 - 2011

ALGER - Le projet de loi modifiant l'ordonnance 66-156 du 8 juin 1966, portant code pénal, a été enregistré lundi au bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN), en vue de la dépénalisation des délits de presse à travers la modification des dispositions relatives aux outrages et violences à fonctionnaires et institutions de l'Etat. Il s'agit en premier lieu, de l'abrogation de l'article 144 bis du code pénal qui punit les infractions d'outrage, injure ou diffamation commise par l'intermédiaire d'une publication quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou autre.
Cela concerne également la suppression des peines d'emprisonnement prévues par les articles 144 bis et 146 et le maintien de l'amende, en conformité avec la pratique en vigueur dans les pays démocratiques.
Le maintien des peines d'amende vise à protéger les victimes des actes prévues aux dits articles, de tout abus de la part des médias et vise à garantir l'équilibre entre l'exercice de la liberté de presse et la protection des droits et libertés, énonce le projet.
Les dispositions du projet ont aussi pour finalité de faciliter l'exercice par les médias de leur profession et méritent d'être renforcées par des codes de déontologie qui garantissent l'exercice objectif de cette noble profession.
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, avait annoncé, lors de son récent discours à la nation, que la nouvelle loi sur l'information complétera la législation actuelle, notamment à travers la dépénalisation du délit de presse.
La loi sur l'information "introduira les repères d'une charte déontologique et complètera la législation actuelle, notamment à travers la dépénalisation du délit de presse", avait-il déclaré. Outre les nouvelles garanties juridiques sur la liberté de la presse que cette future loi consolidera, "nous travaillerons à une modernisation de l'espace médiatique national pour le porter au niveau de notre pluralisme démocratique et des ambitions de notre population, et pour conforter le professionnalisme et l'éthique", avait notamment souligné le chef de l'Etat lors du dernier Conseil des ministres début mai.
Il avait annoncé, dans ce cadre, qu'une commission indépendante d'experts nationaux dans le domaine des médias audiovisuels, de la communication et de l'information sera mise sur pied. Celle-ci aura pour mandat "de proposer les voies et les moyens d'améliorer le paysage audiovisuel, de promouvoir la communication par le biais des nouvelles technologies de l'information, et d'identifier les domaines à travers lesquels l'aide publique contribuera à l'épanouissement de la presse écrite", avait-il précisé.
De son côté, le ministre de la Communication, Nacer Mehal, a indiqué que la dépénalisation du délit de presse, constituait l'une des "aspirations" de la corporation auxquelles les pouvoirs publics vont s'employer à donner un contenu pratique.
Il avait insisté, à l'occasion, sur la nécessité d'accorder l'importance qu'il faut aux aspects relatifs à l'éthique et à la déontologie afin, avait-il souligné, de "préserver la profession et l'honneur des gens".
Même si elle est jugée "tardive", l'annonce d'une dépénalisation prochaine du délit de presse, avait été accueillie avec "optimisme" par des professionnels de la presse, des universitaires spécialisés dans les sciences de l'information et des spécialistes du droit.
L'abrogation éventuelle de l'article 144 bis du Code pénal "vient en réponse à une revendication de l'ensemble de la famille de la presse", a précisé le Pr Brahim Brahimi, directeur général de l'Ecole nationale supérieure du journalisme et des sciences de l'information (ENSJI).
Pour le Pr Brahimi, la nouvelle "vient confirmer une réalité" que les hommes de la presse n'ont eu de cesse de dénoncer, à savoir la pénalisation du délit de presse qui constitue, estime-t-il, une restriction majeure à la liberté d'expression.
Les autorités du pays "ont mis du temps mais ont fini par répondre aux doléances des professionnels de la presse et celles des experts lesquels ont souvent attiré l'attention sur les dangers de l'article 144 bis", a-t-il dit.
Pour sa part, l'universitaire Ahcène Djaballah, également enseignant à l'ENSJI, a souligné que même si l'intention du chef de l'Etat de dépénaliser le délit de presse "arrive avec du retard", il n'en demeure pas moins qu'elle sera "utile" pour l'avenir de cette profession en Algérie.
Pour le Pr Abdeslam Benzaoui, directeur adjoint à l'ENSJI, ces annonces "n'ont pas surpris ni déçu" les professionnels de la presse nationale, qui s'attendaient à ce genre d'ouverture. "La décision de dépénaliser le délit de presse est importante, dans la mesure où elle va remettre le train du pluralisme médiatique en marche", a-t-il expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.