«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les déclarations de Borell confirment l'évidence historique de la non souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 07 - 2020

Les dernières déclarations du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell sur le Sahara occidental, confirment l'"évidence historique" de "la non souveraineté" du Maroc sur ce territoire occupé, a déclaré dimanche le Délégué du Front Polisario en Espagne, Abdullah Arabi.
"Les déclarations de Borrell n'ont fait que confirmer ce qui est une évidence historique, et un fait réel, à savoir la non souveraineté du Maroc sur les territoires sahraouis" occupés, a indiqué le diplomate sahraoui dans une déclaration à l'APS.
Joseph Borell, a affirmé récemment que la position de l'UE sur le Sahara Occidental est guidée par les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui considèrent le Sahara occidental comme un territoire non autonome, dont le statut final reste à déterminer par les résultats des processus dirigés par l'ONU, que l'UE soutient pleinement.
Le délégué du Front Polisario a rappelé qu'"aucun pays ne reconnaît la prétendue souveraineté du Maroc sur la partie du Sahara occidental" occupé, soulignant que les récentes déclarations de Josep Borrell à ce sujet confortaient également " l'action diplomatique sahraouie pour contrer les
visées marocaines (sur ce territoire) en imposant un fait accompli contraire au droit international".
M.Arabi s'est référé, à ce titre, au rapport du Conseiller juridique de l'ONU, Hans Corell, qui avait en 2002 adressé ses conclusions au Conseil de sécurité dans le contexte des recours introduits par le Front Polisario devant la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) contre les accords commerciaux entre l'UE et le Maroc, incluant illégalement le territoire du Sahara occidental.
L'avis juridique de l'ancien secrétaire général adjoint de l'ONU, a porté sur la question de la légalité de la conclusion par le Maroc de deux contrats en octobre 2001 portant sur des activités de reconnaissance pétrolière et d'évaluation au large des côtes du Sahara occidental.
L'Avis a affirmé que toute exploitation des ressources naturelles au Sahara occidental est une violation du droit international, étant donné que cette activité n'est pas en accord avec la volonté et l'intérêt du peuple sahraoui.
Evoquant la "responsabilité historique et juridique" de l'Espagne dans ce conflit, M. Arabi a fait remarquer que "les accords tripartites de Madrid de 1975 qui n'ont pas été approuvés par les tribunaux espagnols restent, à ce jour, une hypothèque de la politique étrangère espagnole tant que cette erreur n'est pas corrigée".
Ces accords "illégaux", souligne le diplomate sahraoui, n'ont pas transféré la souveraineté des territoires sahraouis au Maroc étant car "le peuple sahraoui ne s'est pas encore prononcé librement sur son avenir".
C'est la raison pour laquelle "les Nations Unies continuent de considérer l'Espagne comme la puissance administrante du territoire, comme le précise clairement la liste des 17 territoires non autonomes de l'ONU", Rappelant les positions de l'Espagne qui sont proches et complices des revendications annexionnistes du Maroc durant les quatre dernières décennies, le diplomate sahraoui, a exhorté Madrid à "relever le défi qu'exige la question du Sahara occidental" en appelant le Maroc à se "conformer à la légalité internationale".
Il s'agit de la seule "option cohérente" qui s'offre à Madrid pour corriger cet erreur qui était à l'origine de "la condamnation de tout un peuple à l'exil, au refuge et à l'attente" a-t-il expliqué.
Pou autant, le diplomate sahraoui a salué "l'engagement solidaire et généreux" de la société civile espagnole, regrettant que cet effort n'ait pas réussi à infléchir la position des différents gouvernements espagnols du fait de "la politique de pression, de chantage et de manipulation exercé par le Maroc sur l'Espagne.
L'ampleur de la manipulation marocaine explique ce divorce entre la société espagnole solidaire avec la question sahraouie et les gouvernements successifs en Espagne, a-t-il expliqué.
Abordant, par ailleurs, les disparitions forcées et les violations des droits de l'Homme durant la période d'occupation espagnole, le représentant sahraoui a plaidé pour " le lancement d'un processus de vérité historique de mémoriel".
Plus de 10 formations politiques espagnoles ont présenté le 17 juin dernier, une motion au Congrès des Députés espagnol pour l'exhorter à agir dans ce sens.
La motion a été déposée à l'occasion du 50eme anniversaire de la disparition du leader sahraoui Mohamed Sidi Brahim Bassiri en 1970, lors d'une manifestation sahraouie contre l'administration coloniale espagnole .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.