L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Alimentation saine et exercice, la combinaison parfaite    Euro 2020 : Le programme du jour    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 10 - 2020

Les participants à une journée d'étude sur "le droit des peuples en lutte à l'indépendance: l'exemple du peuple sahraoui", organisée jeudi à Tindouf, ont réaffirmé l'impératif de coordonner les efforts de l'ensemble des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression.
La journée d'étude a été organisée par le Comité des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui, à l'occasion de la Journée nationale de la presse.
Les intervenants ont affirmé unanimement que la question sahraouie pâtissait d'un "terrible blackout de la part de l'occupant marocain, et nécessite la création de nouveaux mécanismes de nature à freiner la machine propagandiste de l'occupant marocain dans la région".
Le coordonnateur national du Comité des journalistes algériens, Mustapha Aït Mouhoub, a déclaré dans un message lu en son nom durant les travaux de cette rencontre, que le Comité se transformera en une organisation nationale durant les mois à venir.
"Déterminé à organiser davantage ses rangs au sein d'une organisation non gouvernementale, le Comité des journalistes algériens solidaires de la lutte du peuple sahraoui ouvrira de nouveaux ateliers, dont un portera le nom du front de publication", a affirmé M. Aït Mouhoub.
Il a évoqué le livre blanc sur les tortures, la répression, les disparitions forcées, l'homicide volontaire, les simulacres de procès, les victimes de mines et de bombardements et autres depuis 1975 à ce jour, un livre qui a mobilisé un nombre de journalistes de renommée en Algérie.
Le membre du Comité, Kefsi Ali a, quant à lui, précisé que les médias marocains sont "fortement alignés" à la partie marocaine, appelant à revoir la contribution de l'ensemble des militants sahraouis dans l'opération médiatique pour se dresser en rempart contre la propagande marocaine.
Egalement membre du Comité des journalistes algériens, M. Ait Ali Faouzi a plaidé pour l'impératif d'une mutation du citoyen sahraoui à un citoyen médiatique à l'effet de transmettre les vérités relatives aux violations des droits de l'homme dans les territoires occupés à destination de l'opinion publique internationale, outre le changement de la méthode de médiatisation de la question sahraouie.
"Après avoir relayé une image stéréotypée du réfugié sahraoui souffrant de l'exode, du manque de moyens et d'aides, nous devons aujourd'hui concentrer nos efforts pour la prochaine étape, sur les médias et focaliser sur la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en tant qu'Etat qui a ses institutions et sa présence active dans l'Union africaine", a-t-il dit.
Pour sa part, le directeur de la RASD TV, Mohamed Salem Ahmed Labaeid a abordé les étapes du développement de l'institution médiatique sahraouie, particulièrement la télévision, s'attardant sur les grands obstacles, en tête desquels figure l'ampleur de la machine médiatique marocaine soutenue par des parties arabes et d'autres en France et en Espagne.
Il a mis l'accent sur l'importance d'intensifier les efforts et de renforcer les relations en vue de faire face à la propagande de l'occupant marocain et d'identifier de nouveaux mécanismes de la lutte juste du peuple sahraoui pour la liberté et l'indépendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.