L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Euro 2020 : Sonné, le Danemark chute face à la Finlande    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Un vendredi calme sans Hirak    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental: l'inaction du Conseil de sécurité "laisse la porte ouverte à l'escalade de la guerre"
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 04 - 2021

Le représentant du Front Polisario auprès des Nations unies (ONU), Sidi Mohamed Omar, a averti mercredi que l'inaction du Conseil de sécurité de l'ONU vis-à-vis de la grave situation qui prévaut au Sahara occidental "compromet les perspectives d'une solution pacifique" au conflit et "laisse la porte ouverte à l'escalade de la guerre" en cours dans les territoires occupés par le Maroc.
"Le Conseil de sécurité des Nations unies a tenu aujourd'hui des consultations à huis clos sur la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), ce qui a donné au Conseil une autre occasion de démontrer son engagement effectif en faveur d'une solution durable à la décolonisation du Sahara occidental et traduire cet engagement en mesures concrètes", a indiqué Sidi Mohamed Omar dans un communiqué de presse.
Cependant, a-t-il déploré, le Conseil de sécurité "a opté pour l'inaction et n'a réalisé aucun résultat tangible".
"Compte tenu de la gravité de la situation actuelle, il est regrettable que le Conseil de sécurité ait raté une autre occasion de remettre les pendules à l'heure et de tenir l'Etat occupant marocain pleinement responsable des graves conséquences de sa violation de l'accord de cessez-le-feu de 1991 et de l'Accord militaire numéro 1, à la suite de son agression menée le 13 novembre 2020, à El-Guerguerat contre des manifestants sahraouis pacifiques", a noté le diplomate sahraoui.
"Le Conseil de sécurité n'a pas non plus abordé la détérioration alarmante de la situation au Sahara occidental occupé, où les autorités d'occupation marocaines persistent dans leurs tentatives d'imposer par la force un fait accompli dans le territoire, tout en intensifiant leurs pratiques répressives et de représailles contre les civils sahraouis sous les yeux de la MINURSO", a-t-il également regretté.
Lire aussi: Le règlement du conflit sahraoui ne se résume pas à la désignation d'un émissaire onusien
"Le fait que le Conseil de sécurité n'a pas pris de mesures concrètes pour faire face aux graves conséquences de la violation par le Maroc du cessez-le-feu de 1991 et de sa nouvelle agression contre le territoire sahraoui libéré, ainsi que ses actions illégales au Sahara occidental occupé, mine non seulement les perspectives de relancer le processus de paix, mais laisse également la porte ouverte à l'escalade de la guerre en cours", a mis en garde Sidi Mohamed Omar.
A cet effet, "le Front Polisario reste déterminé à coopérer avec l'Union africaine (UA) et les Nations Unies en vue de parvenir à une solution pacifique, juste et durable pour la décolonisation du Sahara occidental fondée sur l'exercice libre et démocratique par le peuple sahraoui de son droit inaliénable et non négociable à l'autodétermination et à l'indépendance", a-t-il encore souligné.
Par ailleurs, le Front Polisario a souligné dans son communiqué que "la nomination d'un nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental n'est pas une fin en soi. Ce n'est qu'un moyen de faciliter un processus de paix vigoureux et limité dans le temps qui conduit à l'exercice libre et démocratique par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance".
A cette fin, le Front Polisario a précisé que l'"impartialité, l'indépendance, la compétence et l'intégrité sont des conditions indispensables pour que tout futur Envoyé personnel puisse restaurer la confiance dans le processus de paix et mener à bien sa mission".
Face à la poursuite de l'agression marocaine au Sahara occidental et à l'inaction des Nations unies, "le peuple sahraoui n'a d'autre choix que d'exercer son droit légitime à la légitime défense et de poursuivre sa lutte de libération pour défendre sa souveraineté et réaliser ses aspirations nationales à la liberté et l'indépendance", a conclu le représentant du Front Polisario auprès de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.