GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    A quelles nouveautés s'attendre ?    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    2021 : l'année de tous les dangers    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Le MCO recroise Cherif El-Ouazzani    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    "LE SERMENT"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 06 - 2021

La présidente de l'Instance sahraouie contre l'occupation marocaine (ISACOM), Aminatou Haidar a salué, vendredi, la décision du Parlement européen condamnant à l'unanimité le Maroc en raison du chantage exercé contre l'Espagne par l'exploitation des mineurs dans "une migration collective purement inhumaine et immorale".
Dans une déclaration à l'APS, la militante sahraouie a affirmé qu'en dépit de cette décision, "celle-ci n'a pas jeté la lumière sur les véritables raisons derrière l'obstination marocaine", dues, a-t-elle dit, "du laisser-aller et de la complicité de l'UE avec le régime de l'occupant marocain".
L'Union européenne, poursuit Aminatou Haidar, apparait "indulgente" envers le Maroc à plus d'un titre, "d'abord considéré comme partenaire stratégique, jusqu'à la complicité flagrante dans le pillage des richesses du Sahara occidental et la poursuite de l'occupation de ses terres", ajoutant que "cela encouragera le Maroc à violer les lois et la légalité internationales".
Elle a appelé le Parlement et l'union européens à exercer "une pression sur le régime marocain" pour mettre un terme à l'occupation de la République sahraouie.
Le Parlement européen avait adopté, jeudi, une résolution dans laquelle il a rappelé au Maroc que la question migratoire ne pouvait être utilisée à des fins politiques, à plus forte raison lorsque les migrants sont des mineurs.
Il s'agissait aussi, pour le Parlement, de signaler à Rabat que l'adoption de ce genre de méthodes pouvait être considéré comme un geste hostile, pas seulement par l'Espagne, pays ciblé directement, mais par l'Union européenne dans sa globalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.