Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus
Publié dans El Watan le 20 - 10 - 2018

«La reconnaissance est la mémoire du cœur.» Hans Christian Andelssen
C'est avec une profonde affliction que nous avons appris la disparition brutale, à Ouargla, de Messaoud Boulifa, le 2 octobre courant à l'âge de 78 ans.
Le défunt, proche voisin de quartier de l'ex-Rampe Valée, actuellement Rampe Louni Arezki, et ami d'enfance de l'icône Amar Ezzahi, a aussi été son compagnon dans l'univers de la chanson chaâbie dès l'année 1961, époque d'initiation du futur grand maître de la guitare que Messaoud Boulifa a commencé à accompagner en tambourinant sur le corps même de l'instrument pour devenir plus tard son premier percussionniste, membre de l'orchestre naissant à l'indépendance de l'Algérie.
Lors d'un récent et vibrant témoignage radiophonique en direct de son domicile de Ouargla à l'émission «Voix d'Algérie» de la Chaîne 3 animée et realisée par Camila et Nadjib Bouteldja le 21 juin 2018 et consacrée à l'immense Cheikh Amar Ezzahi, le regretté disparu, Messaoud Boulifa a, avec un ravissement de bonheur, développé cette étape captivante et partagée de l'avènement à l'ex-Rampe Vallée, plus exactement sur l'asphalte de l'impasse attenante à l'historique médersa Chabiba de ce mythe de légende zahienne sur lequel nous reviendrons un jour et en temps opportun, pour revisiter cette matrice féconde d'innovation patrimoniale de la chanson chaâbie, dont le vaste univers de créativité et le corpus lyrique et musical restent entièrement à redécouvrir dans la richesse de ses multiples facettes et de son incommensurable dimension de subjugation et de popularité juvénile, tant en Algérie qu'au- delà de ses frontières.
A ce propos, nous évoquerons également le retour du regretté Boulifa Messaoud en 1966 à Ouargla, sa ville natale, où malheureusement, atteint de cécité en 1978, il revint à Alger au cours de l'été de l'année 2015 pour une visite qui fut hélas la première et la dernière d'un ultime adieu à El Bahdja, terroir de couvée affective du chérubin d'antan en souvenir des lieux témoins de ses premier pas. Ceci au luxuriant parc du jardin ex-Marengo, présentement jardin de Prague, reconverti des années durant en havre édénique de méditation et d'inspiration de son ami Amar Ezzahi, également proche compagnon d'une prime jeunesse vécue ensemble à la rime de la prose et au rythme mélodique de la chanson chaâbie.
Ainsi, il a exhaussé un vœu ardent pour accomplir en la circonstance un véritable pèlerinage de la mémoire en se rendant à son quartier adoptif pour retrouver dans l'émotion ses amis d'enfance, parmi lesquels l'auteur de ces lignes, informé de sa présence au café-kiosque de l'ex-Rampe Vallée qui, de ce fait d'aubaine, est allé à sa rencontre, suivi un moment après d'une entrevue de grande effusion émotionnelle avec Cheikh Amar Ezzahi et d'autres camarades de jeunesse au jardin de Prague, tous heureux des chaleureuses retrouvailles d'un demi- siècle, mais très peinés de l'infirmité de celui qu'ils ont jadis connu doté d'une corpulence athlétique et doué d'une dextérité exceptionnelle d'artiste de la derbouka. Un événement mémoriel qui a fortement marqué le regretté disparu, Messaoud Boulifa, lequel n'a cessé de conter inlassablement les péripéties de déroulement à sa famille.
Ce dont le fils aîné, Sahbi, a tenu a nous évoquer à l'annonce du décès de son père, avec l'intense joie vécue par celui-ci dans la symbiose du sentiment et de l'affection d'avoir pu dans ces instants furtifs de bonheur ressusciter les rêves d'une enfance, d'une jeunesse et de tout un cher passé.
A sa famille, ses enfants et ses proches, les membres de l'association des Amis de la Rampe Louni Arezki-Casbah et ses nombreux sympathisants tiennent en cette douloureuse épreuve à leur exprimer leurs condoléances attristées, appuyées de leur sympathie et de leur indéfectible soutien de fraternité.
Qu'Allah Le Tout-Puissant puisse accueillir le défunt dans la Clémence de son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
Lounis Aït Aoudia
Président de l'association des Amis
de la Rampe Louni Arezki-Casbah


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.