Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et la Chine s'éveilla !
Publié dans El Watan le 02 - 11 - 2006

L'écrivain, sans se poser en visionnaire, avait estimé que la Chine, en dépit des apparences, était dès cette époque un pays qui ne restera pas en marge de la communauté internationale. Il s'appuyait alors de manière documentée sur l'état d'esprit des cercles dirigeants chinois, qui entendaient rompre l'isolement dans lequel se trouvait le pays pour des raisons idéologiques. En fait, la Chine devait retrouver sa place dans le concert des nations et peser sur les arbitrages internationaux dans un monde encore marqué par la bipolarisation et le quasi-partage du monde entre les USA et l'URSS. La Chine disposait de tous les arguments pour accomplir ce retour et, selon le mot d'Alain Peyrefitte, ce réveil. Il ne pouvait pas en être autrement en fait pour un si immense pays par la superficie et les effectifs de sa population.
La Chine, avec 1,3 milliard d'habitants, est aujourd'hui le pays le plus peuplé du monde. Il partage des frontières avec pas moins de 14 pays, ce qui donne une indication de sa taille. Il n'y a que le Canada, la Russie et les Etats-Unis pour le dépasser en superficie. En écrivant Quand la Chine s'éveillera, Alain Peyrefitte avait certainement à l'esprit l'image d'un colosse endormi, dont le réveil ne va pas sans faire de bruit. Cette vitalité avait été bridée par des barrières idéologiques durant l'ère de MaoTsé-toung, père fondateur de la Chine communiste. L'après-MaoTsé-toung a permis une transition radicale de la Chine vers la voie du pragmatisme à l'échelle politique et économique. Un choix dicté par la nécessité vitale de permettre au pays d'exister par lui-même et par les liens tissés avec le reste du monde, l'enjeu étant de permettre de donner du travail, de nourrir, d'éduquer et de soigner plus d'un milliard de Chinois. Peyrefitte, récemment disparu, a pu assister au come-back de la Chine dans les grandes institutions nationales, son entrée dans le club restreint des puissances atomiques, il avait pu mesurer aussi le poids diplomatique de la Chine sans laquelle l'ONU fonctionnait sur l'équilibre du compromis.
Il n'a pas été surpris que la Chine soit devenue, en un laps de temps historiquement court, la quatrième puissance économique mondiale après les USA, le Japon et l'Allemagne, surclassant du même coup la France. Est-ce un paradoxe ? En fait le miracle chinois tient dans cette formule de l'économie socialiste de marché mise en œuvre par les dirigeants du pays. La question qui se pose est celle de savoir si la Chine ne va pas se hisser au niveau des USA et les dépasser en termes de taux de croissance. Pour la Chine, les indicateurs sont au vert et le pays a conforté son expansion par une adhésion particulièrement significative à l'Organisation mondiale du commerce en 2001. Le défi majeur, pour ce pays immense, est celui de gagner la bataille de l'autosuffisance alimentaire sans laquelle l'économie socialiste de marché n'aurait pas un visage humain proportionnel au nombre de bouches à nourrir. A une telle échelle de grandeur, c'est un défi pharaonique, ce qui justifie la forte séduction qu'exerce la Chine sur des investisseurs qui n'ignorent plus que le formidable bond en avant du pays, s'il l'a remis en perspective, lui impose dans le même temps d'engager des réformes tous azimuts et le lancement de chantiers colossaux dans lesquels il y a des parts à prendre. Le modèle chinois actuel est alors une résonance spectaculaire du titre prémonitoire qu'Alain Peyrefitte avait donné à son ouvrage. Il y a plus de 30 ans maintenant, l'auteur suggérait avec une perspicacité aiguë que Quand la Chine s'éveillera, elle ne pouvait être que debout. Son livre, ce n'était pas de la politique-fiction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.