PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des robinets trop souvent à sec
Publié dans El Watan le 31 - 08 - 2009

«Depuis le 28 juin dernier, aucune goutte d'eau n'a coulé des robinets du 4e étage des bâtiments 16, 26, 28, 30, 31 et 32. Espérant remplir quelques jerricans d'eau, nous laissons les compteurs tourner à vide, en vain», nous dit un habitant de cette cité. Les deuxièmes et troisièmes étages des immeubles, «sont alimentés en eau deux fois par semaine, à raison d'une heure par jour et avec un très faible débit, alors que l'alimentation en eau pour le rez-de-chaussée, avec la même fréquence hebdomadaire, peut aller de trois à quatre heures, mais toujours avec un débit dérisoire», poursuit notre interlocuteur. La question du faible quota, qui serait éventuellement imparti à cette cité, a été évoquée par les habitants du quatrième étage, arguant du fait que la pression de l'air sortant des robinets de ces étages est quand même très importante au moment où les étages inférieurs sont desservis par le réseau d'AEP. Des citoyens qui se sont adressés à maintes reprises au centre d'accueil (CATO) de Beni Mered (destiné au dépôt de réclamations) déplorent le fait qu'aucune explication convaincante n'ait été apportée à la requête des habitants privés d'eau en ce mois de Ramadhan. L'ADE envoie quotidiennement une citerne sur les lieux, mais les besoins sont loin d'être satisfaits, assurent encore nos interlocuteurs. Ils affirment en outre que leurs enfants, femmes et personnes âgées attendent parfois le camion citerne de l'ADE de 10h jusqu'à 15h pour espérer pouvoir remplir quelques récipients, dans une ambiance chargée de nervosité, de bousculades… Globalement, la wilaya de Blida a connu depuis le début de la saison estivale une multiplication des cas de dysfonctionnement de l'alimentation en eau potable, plongeant des quartiers entiers dans des pénuries récurrentes et prolongées, alors que d'autres secteurs ont droit à l'eau 24h/24. Contactée pour apporter des explications quant à l'origine de cette situation qui prévaut depuis le début de l'été et qui perdure encore, une source au fait de ce sujet nous a affirmé que la responsabilité de l'ADE est très restreinte dans cette situation, considérant que cette dernière a uniquement des «tuyaux» et un volume d'eau à répartir «équitablement» entre les citoyens.
Pour notre interlocuteur, le volume d'eau mobilisé est loin de satisfaire les besoins de la population, sans oublier que le réseau AEP est vétuste, ce qui présuppose un taux de fuites considérable du volume d'eau mobilisé. Et d'estimer : «S'il est vrai que la réhabilitation du réseau AEP est en cours, il n'en demeure pas moins que cette opération est encore loin, du moins pour l'instant, de couvrir toute l'étendue du système AEP dans toute la wilaya de Blida.» A souligner dans ce même contexte que la direction de l'hydraulique et l'Algérienne des eaux de la wilaya de Blida a organisé une rencontre «extraordinaire» avec la presse locale afin d'essayer d'apporter des explications quant à ces graves perturbations de l'alimentation en eau. «Depuis le début de la saison estivale, nous sommes à l'affût des gouttes», a déclaré lors de cette rencontre M. Saâdi directeur de l'hydraulique de la wilaya de Blida. Et d'ajouter : «Grâce à la clémence du ciel, cette année a été caractérisée par une forte pluviosité dépassant largement nos attentes.» Et de préciser : «Nous sommes passés de
43 000m3/jour en 2008 à 57 000 cette année. Nous avons plusieurs points de production, les plus importants sont ceux de Maramane, produisant entre 14 000 et 17 500m3 /jour, celui de Beni Tamou avec 12 000 à
14 000m3,, celui de Chiffa avec une production qui varie entre 9000 et
10 000m3/jour, Benachour avec 3500 et la source gravitaire de Sidi El Kebir avec 12 000m3/jour.» Si l'on tient compte de ces propos, la pénurie d'eau n'a pas lieu d'exister, pourtant la crise est bien là et la situation n'a guère évolué depuis l'année passée. Quoi qu'il en soit, selon le même responsable, la pénurie d'eau est due à plusieurs raisons, dont surtout les actions de déviations des eaux de sources comme celle de Sidi El Kebir pour l'irrigation, le gaspillage, ainsi que la vétusté du réseau. Il conclura ses propos en invitant les citoyens à s'armer de patience en attendant la réalisation de plusieurs projets de forages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.