Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Face à la pression fiscale, des Algériens portent le gilet jaune depuis plusieurs décennies
La semaine éco
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2018

L'état algérien peut-il subir dans un proche avenir une insurrection de ses citoyens contre l'injustice fiscale ? C'est bien sûr la question qui s'insinue à l'esprit lorsqu'on observe le mouvement des Gilets Jaunes, qui, en un mois, a changé le climat politique en France. La réponse est non.
Les Algériens n'ont pas, en règle générale, le sentiment de subir un prélèvement obligatoire injuste. Au regard des classements mondiaux, ils pourraient pourtant avoir ce sentiment.
Avec un taux d'imposition de 65,5% en 2017 et une 155e place sur 189 pays dans le monde par niveau de pression du plus faible au plus fort, l'Algérie est l'inverse d'un paradis fiscal. Encore en 2015, le pays détenait la distinction d'être le pays au taux d'imposition le plus fort en Afrique. Bien sûr, il faut toujours mettre en face de ces taux le niveau des prestations sociales que l'Etat assure en retour de ces prélèvements.
Sur ce plan, l'Algérie se situe plutôt en haut de l'échelle continentale. En témoigne un Indicateur de développement humain (IDH), le second le plus élevé d'Afrique et le 85e mondial. Mais tout le monde sait que c'est plutôt la fiscalité pétrolière qui permet cette performance, qui d'ailleurs aurait dû se situer bien au-dessus si l'exploitation des ressources fiscales de l'Etat était plus optimale.
La pression fiscale en Algérie n'est donc extrêmement forte – 15 points de plus qu'au Maroc, 13 de plus qu'en Tunisie qui ne disposent pas de fiscalité pétrolière – mais ne produit pas mécaniquement d'Intifada populaire lorsqu'une taxe de plus alourdit la barque. Deux raisons à cela. Ce sont les Algériens salariés formels et les Algériens entreprenants formels qui concèdent l'essentiel à cette pression fiscale.
C'est-à-dire un volant à peine supérieur à 60% du périmètre de création de la valeur ajoutée domestique. Les Algériens sont, pour une forte minorité, en résistance au long cours à la pression fiscale. Par l'informalisation de leur activités. Des gilets jaunes permanents. En grève illimitée contre le prélèvement obligatoire. Les dégâts n'en sont pas aussi spectaculaires que les voitures brûlées et les devantures éventrées sur les belles avenues de Paris. Ils sont d'une autre échelle.
La fiscalité ordinaire n'assure plus depuis plusieurs années les dépenses du budget de fonctionnement en Algérie.
Elle est essentiellement alimentée par les impôts indirects, en particulier la taxation des douanes. Un cache-misère. Plusieurs think tank ont déjà invité à une mise à plat du système fiscal algérien qui rende l'investissement, l'emploi et les transactions moins captifs du train de vie de l'Etat afin de réduire la taille du sous-continent informel de l'économie algérienne. En l'absence d'une telle réforme, la propension à prélever plus sur une population de contribuables captifs est la plus naturelle.
Elle aggrave l'évasion fiscale, la résistance incivique à l'impôt, le délitement de la solidarité nationale. Le gouvernement algérien se complaît dans cette situation depuis trop longtemps pour pouvoir s'envisager autrement que comme le racketteur en chef du secteur formel de l'économie.
Il ne voit pas ce qu'il peut aller chercher dans le gisement de l'économie qui ne reconnaît pas son statut de répartiteur de la richesse nationale. La baisse du taux d'imposition au niveau des autres pays du Maghreb pourrait déjà en changer le taux de recouvrement.
Et à terme en relancer le solde. Le dernier débat politique à visée électorale sur la fiscalité en Algérie date du FIS de Abassi Madani en 1990 (APC, APW). Est-ce un hasard s'il s'agit de la seule élection qui a donné lieu à une alternance du pouvoir, même s'il n'était que local ?
L'Algérie couvre à 62% ses besoins en médicaments par la production locale. Ce ratio, presque flatteur, est l'indicateur standard de la bonne performance de l'industrie pharmaceutique algérienne de ces dernières années. Plusieurs clés de succès.
Deux essentielles. La mesure de 2008 de protection du marché, qui interdit l'importation des molécules dont l'approvisionnement est garanti par une production domestique suffisante (par au moins deux producteurs), et la réglementation du système de couverture maladie qui donne la primauté au remboursement indexé sur le prix du générique.
Les Journées de l'industrie pharmaceutiques algériennes (JICA) qui se sont tenues ce week-end à Aïn Benian ont pourtant précisé les limites de cette rare expérience industrielle algérienne à succès ces dernières années. Des limites entrevues l'année dernière déjà à la même occasion et en ce même lieu de l'auditorium de l'ESHRA.
Les marges opérationnelles des laboratoires algériens de médicaments se sont rétrécis ces dernières années et entravent leur évolution en champions. Or, la poursuite de l'expérience à succès ne peut plus être assurée par la seule reproduction du modèle générique de molécules chimiques pour le marché domestique. Il faut soit être capable de produire des molécules innovantes (Biotech), soit être en mesure de gagner des parts de marché à l'international. De préférence les deux.
Cela nécessite l'émergence de champions capables d'engager des dépenses en recherche et développement, dupliquer les préceptes de biomédicaments et se diversifier dans d'autres marchés. Il n'y avait aucun champion algérien parmi les laboratoires des pays de la zone MENA et des pays émergents sur le slide embarrassant d'un des intervenants (vice-président de Jeffries).
La tendance de la régulation en cours ne va pas aider à cette émergence. Le pacte de développement proposé par la filière au ministère de la Santé est au point mort. Les délais d'enregistrement et les barrières bureaucratiques dans les procédures s'allongent ou se multiplient. L'administration des prix compressés au plus bas pour certaines molécules laminent le modèle en précarisant les laboratoires. Un modèle à succès, pour combien de temps ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.