«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La renégociation des accords UE-Maroc ne devrait pas lui porter préjudice
PROCESSUS DE PAIX AU SAHARA OCCIDENTAL
Publié dans L'Expression le 15 - 10 - 2017

La négociation d'un accord additionnel à l'accord d'association UE-Maroc afin de se conformer à l'arrêt de la Cjue sur le Sahara occidental «ne devrait en aucun cas porter préjudice au processus de paix» mené sous l'égide de l'ONU, a affirmé l'eurodéputée Patricia Lalonde citant le Service européen de l'action extérieure (Seae).
«(...) la renégociation de l'accord ne devrait en aucun cas porter préjudice au processus de paix», a-t-elle déclaré devant la commission commerce international (Inta) au Parlement européen, assurant que le «Seae va travailler avec le nouveau envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, Horst Kohler». La députée européenne, rapporteur du groupe de la Commission Inta en charge du suivi des accords et négociations de l'UE avec la région Maghreb, a fait savoir que son groupe s'était réuni le 25 septembre dernier, afin d'évaluer les progrès réalisés lors du second round des négociations entre la Commission européenne et les autorités marocaines, tenu à la mi-juillet en vue de «modifier l'accord d'association avec le Maroc à la suite de l'arrêt rendu par la Cour de justice de l'Union européenne (Cjue) le 21 décembre 2016, dans l'affaire qui a opposée le Conseil de l'UE au Front Polisario». L'accord recherché comporte, selon cette eurodéputée qui a cité la commission chargée des négociations, trois composantes: la première, relève de la nécessité de se mettre d'accord sur le texte et sur une formulation commune pour modifier l'accord et cela «prendrait la forme d'un échange de lettres», un volet sur lequel, les deux parties auraient bien progressé pour «conclure le plus tôt possible». La deuxième, a-t-elle poursuivi, concerne l'évaluation des bénéfices de cet accord pour «le peuple du Sahara occidental» et la troisième, est d'obtenir son consentement par rapport à ces mesures. Mais, le sujet serait «sensible pour le Maroc», a rappelé la députée européenne, Patricia Lalonde qui a cité le Seae. Le rapport présenté jeudi par l'eurodéputée française, Patricia Lalonde devant la Commission Inta a «mis à nu le double langage de la Commission européenne» dans le processus de négociation en cours entre l'UE et le Maroc sur l'adaptation des accords commerciaux entre les deux parties, enclenché suite à larrêt de la Cjue, a estimé une source diplomatique. «Tout en feignant de respecter dans ses exposés devant le parlement européen la terminologie onusienne et le droit international, en parlant du Peuple du Sahara occidental'', la Commission agit dans l'ombre et en catimini, sous la pression du Maroc et de ses lobbies au sein de la Commission européenne, pour contourner l'arrêt de la Cjue, en mettant en avant le concept de population locale'', qui renvoie en fait aux colons marocains, en vue de passer outre le consentement du peuple du territoire du Sahara occidental occupé», a ajouté la même source. L'intergroupe sur le Sahara occidental au Parlement européen a déjà mis la Commission en garde contre toute manoeuvre visant à confondre le «peuple» du Sahara occidental avec la «population» du Sahara occidental, constituée pour une énorme majorité de colons marocains incités à s'installer dans les territoires occupés, soulignant, à ce titre, que la Cjue se réfère explicitement au consentement du «peuple du Sahara occidental». L'intergroupe avait exprimé ses craintes de voir la Commission européenne aller demander le consentement d'une institution ou d'un organe marocain, alors que la Cjue a déclaré que le Maroc et le Sahara occidental sont des territoires distincts et séparés. Par ailleurs, l'eurodéputée Patricia Lalonde a indiqué que, d'après la Commission européenne, le Commerce avec le Sahara occidental «était relativement limité» mais «ils ont besoin d'avoir des informations plus précises sur le flux». La Commissaire européenne en charge du Commerce, Cecilia Malmstroëm a indiqué dans une correspondance adressée récemment au président de la commission Inta qui sollicitait des données statistiques sur les échanges de l'UE avec le Sahara occidental, que la valeur des produits transformés de la pêche est estimé à 122 millions d'euros pour 2016, et que le reste des produits couverts par le marché équivaudrait à 7.000 euros. Pour l'observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (Wsrw), L'estimation du flux commercial du Sahara occidental vers l'UE à «seulement 7 000 euros» pour toute l'année de 2016 «défie l'entendement».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.