«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde
Publié dans Le Maghreb le 12 - 11 - 2018

Des eurodéputés ont dénoncé la "partialité" et les "incohérences" du rapport de mission au Sahara occidental occupé présenté mardi par le rapporteur de la Commission du Commerce international du Parlement européen (INTA), l'eurodéputée française Patricia Lalonde, soulignant qu'il existe une "volonté manifeste" de contourner les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) en passant outre le consentement du peuple du Sahara occidental.

Présentant lundi son rapport de mission au Sahara occidental occupé qui s'est déroulé les 3 et 4 septembre 2018, Patricia Lalonde a fait face aux interpellations de ses pairs parlementaires, qui ont dénoncé la "partialité" de son rapport et les "incohérences" de la Commission et sa "volonté manifeste" de contourner les arrêts de la CJUE, en passant outre le consentement du peuple sahraoui. Mme Lalonde, qui n'a pas hésité à qualifier "d'impressionnant" le développement dans les régions qu'elle a eu à visiter au Sahara occidental occupé, s'est abritée derrière un nouvel artifice, à savoir la mise en place d'un mécanisme de "traçabilité" des produits originaires du Sahara occidental préalablement à la ratification de l'accord UE-Maroc.
Toutefois, elle a reconnu la persistance "d'incertitudes" s'agissant notamment de la question du consentement du peuple sahraoui, rejoignant ainsi l'avis du service juridique du Parlement européen qui a émis récemment des doutes sur la conformité de la proposition d'amendement de l'accord d'association UE-Maroc aux exigences de l'arrêt de la CJUE. Prise à partie par l'eurodéputée Heidi Hautala, membre de la délégation qui s'est également rendue au Sahara occidental occupé dans le cadre de cette même mission, Patricia Lalonde n'a pas pu se défendre et avancer des arguments pour défendre sa thèse.
Tout en se démarquant dudit rapport, qu'elle a qualifié de "partial" et "d'unilatéral", Heidi Hautala a ajouté que les ONG qui défendent le droit à l'autodétermination, qu'elle a pu rencontrer, subissent une persécution permanente de la part des autorités marocaines. Replaçant la problématique dans sa globalité, Mme Hautala a indiqué que les positions de l'UE et du Parlement doivent découler de l'arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016 qui avait statué que le Maroc n'est pas souverain sur le Sahara occidental. Mettant en garde contre la ratification de l'accord Maroc-UE, qui signifierait, selon elle, "la perte de la dernière carte de pression sur le Royaume", Mme Hautala a annoncé que son groupe politique (Vert/ALE) s'y opposera et que si jamais l'accord venait à être ratifié, des poursuites en justice seront engagées.

Unanimité sur l'impéRAtif de consulter le peuple sahraoui
De son côté, l'eurodéputée Anne-Marie Mineur a affirmé que l'arrêt de la CJUE énonce clairement l'impératif du consentement du peuple du Sahara occidental à travers son représentant légitime, le Front Polisario, en ajoutant que la Commission européenne se perd dans la "sémantique", en remplaçant "peuple" par "population" et en procédant à des "sondages" au lieu de chercher "le consentement" comme l'exige la Cour de justice. "La CJUE doit être consultée sur la conformité de la proposition de la Commission", a-t-elle réclamé tout en plaidant pour le report du vote de la recommandation prévue au niveau de la Commission INTA, le 3 décembre qui coïncidera avec le lancement des négociations entre le Maroc et le Front Polisario à Genève prévues les 5 et 6 décembre 2018.
La députée Maria Arena a rappelé, pour sa part, que l'arrêt de la CJUE a statué que l'accord Maroc-UE dans sa forme actuelle était "illégal" et qu'il s'agit de se mettre en conformité avec la loi en respectant les exigences de la justice, notamment la nécessité d'obtenir le "consentement" du peuple sahraoui. Mme Arena a plaidé aussi pour la mise en place d'un mécanisme de traçabilité "fiable", qui doit comprendre y compris des codes postaux, tout en rappelant que le parlement européen a été déjà "berné" sur cette question. L'eurodéputé allemand, Klaus Buchner, a rappelé, quant à lui, que la question est celle de "la main mise par le Maroc sur un territoire indépendant" et que l'arrêt de la CJUE subordonne la conclusion de tout accord incluant ce territoire au consentement du peuple du Sahara occidental.
Dans ce contexte, il a dénoncé le contournement par la Commission de cette exigence de la Cour en la substituant par un procédé qu'elle a dénommé "consultation de la population locale", composée de colons marocains et non pas de sahraouis, a-t-il signalé.
De son côté, son compatriote, Joachim Schuster a exprimé des doutes quant à la possibilité d'avoir une réponse claire sur la mise en place d'un mécanisme de traçabilité avant le vote au niveau de la Commission INTA, le 3 décembre 2018, vote qu'il estime prématuré.
Il a plaidé, à cet effet, pour le report du vote à une date ultérieure, au risque d'entraver les efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, M. Horst Kholer en "jetant de l'huile sur le feu" juste avant la relance des négociations prévue à Genève.
Il a, par ailleurs, remis en cause la démarche de la Commission, qui recourt à de la "rhétorique diplomatique" en réduisant la problématique a une simple question technique alors que les accords commerciaux ne sont pas, par définition, "apolitiques". Aleksander Gabelic a rappelé que le Sahara occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc et que le Front Polisario et la société civile sahraouie sont opposés à l'accord alors que le député Helmut Scholz a indiqué que "l'UE doit négocier avec le Front Polisario qui représente le peuple du Sahara occidental, en appelant ses pairs du Parlement européen, qui est le co-législateur, à prendre une décision claire, qui y va de leur crédibilité et de celle de l'UE".
Les eurodéputés qui se sont exprimés à cette occasion ont tous réclamé davantage de clarté avant de devoir se prononcer sur la proposition de la Commission INTA sur l'accord UE-Maroc, prévu le 3 décembre 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.