Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Le constat amer du FJL    Le niet de Ghoul    Les gesticulations d'un gouvernement en partance    L'ex-P-DG d'Algérie Télécom devant le procureur jeudi    Le ministre de l'énergie inaugure le 6e Symposium de l'AIG    Premiers incidents post-congrès    "Ça n'a plus de sens que Bensalah propose quoi que ce soit"    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Erdogan perd définitivement la municipalité d'Istanbul    L'Iran fait état d'un incident précédent avec un drone américain    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    Au rythme des surprises    Karim Ziani, le fils du peuple !    Large vague de dénonciation    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Plus de 6 quintaux de drogue saisis au niveau de l'autoroute Est-Ouest    Vers l'annulation de 6 zones d'expansion touristique    Vers le durcissement des sanctions    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Nouvelles de l'Ouest    Annoncée pour cet été à la Casbah : Où en est l'opération d'ouverture d'espaces pour l'artisanat ?    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI    CRB Abdelmalek Ramdane: La présidente du club dénonce un complot    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde
Publié dans Le Maghreb le 12 - 11 - 2018

Des eurodéputés ont dénoncé la "partialité" et les "incohérences" du rapport de mission au Sahara occidental occupé présenté mardi par le rapporteur de la Commission du Commerce international du Parlement européen (INTA), l'eurodéputée française Patricia Lalonde, soulignant qu'il existe une "volonté manifeste" de contourner les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) en passant outre le consentement du peuple du Sahara occidental.

Présentant lundi son rapport de mission au Sahara occidental occupé qui s'est déroulé les 3 et 4 septembre 2018, Patricia Lalonde a fait face aux interpellations de ses pairs parlementaires, qui ont dénoncé la "partialité" de son rapport et les "incohérences" de la Commission et sa "volonté manifeste" de contourner les arrêts de la CJUE, en passant outre le consentement du peuple sahraoui. Mme Lalonde, qui n'a pas hésité à qualifier "d'impressionnant" le développement dans les régions qu'elle a eu à visiter au Sahara occidental occupé, s'est abritée derrière un nouvel artifice, à savoir la mise en place d'un mécanisme de "traçabilité" des produits originaires du Sahara occidental préalablement à la ratification de l'accord UE-Maroc.
Toutefois, elle a reconnu la persistance "d'incertitudes" s'agissant notamment de la question du consentement du peuple sahraoui, rejoignant ainsi l'avis du service juridique du Parlement européen qui a émis récemment des doutes sur la conformité de la proposition d'amendement de l'accord d'association UE-Maroc aux exigences de l'arrêt de la CJUE. Prise à partie par l'eurodéputée Heidi Hautala, membre de la délégation qui s'est également rendue au Sahara occidental occupé dans le cadre de cette même mission, Patricia Lalonde n'a pas pu se défendre et avancer des arguments pour défendre sa thèse.
Tout en se démarquant dudit rapport, qu'elle a qualifié de "partial" et "d'unilatéral", Heidi Hautala a ajouté que les ONG qui défendent le droit à l'autodétermination, qu'elle a pu rencontrer, subissent une persécution permanente de la part des autorités marocaines. Replaçant la problématique dans sa globalité, Mme Hautala a indiqué que les positions de l'UE et du Parlement doivent découler de l'arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016 qui avait statué que le Maroc n'est pas souverain sur le Sahara occidental. Mettant en garde contre la ratification de l'accord Maroc-UE, qui signifierait, selon elle, "la perte de la dernière carte de pression sur le Royaume", Mme Hautala a annoncé que son groupe politique (Vert/ALE) s'y opposera et que si jamais l'accord venait à être ratifié, des poursuites en justice seront engagées.

Unanimité sur l'impéRAtif de consulter le peuple sahraoui
De son côté, l'eurodéputée Anne-Marie Mineur a affirmé que l'arrêt de la CJUE énonce clairement l'impératif du consentement du peuple du Sahara occidental à travers son représentant légitime, le Front Polisario, en ajoutant que la Commission européenne se perd dans la "sémantique", en remplaçant "peuple" par "population" et en procédant à des "sondages" au lieu de chercher "le consentement" comme l'exige la Cour de justice. "La CJUE doit être consultée sur la conformité de la proposition de la Commission", a-t-elle réclamé tout en plaidant pour le report du vote de la recommandation prévue au niveau de la Commission INTA, le 3 décembre qui coïncidera avec le lancement des négociations entre le Maroc et le Front Polisario à Genève prévues les 5 et 6 décembre 2018.
La députée Maria Arena a rappelé, pour sa part, que l'arrêt de la CJUE a statué que l'accord Maroc-UE dans sa forme actuelle était "illégal" et qu'il s'agit de se mettre en conformité avec la loi en respectant les exigences de la justice, notamment la nécessité d'obtenir le "consentement" du peuple sahraoui. Mme Arena a plaidé aussi pour la mise en place d'un mécanisme de traçabilité "fiable", qui doit comprendre y compris des codes postaux, tout en rappelant que le parlement européen a été déjà "berné" sur cette question. L'eurodéputé allemand, Klaus Buchner, a rappelé, quant à lui, que la question est celle de "la main mise par le Maroc sur un territoire indépendant" et que l'arrêt de la CJUE subordonne la conclusion de tout accord incluant ce territoire au consentement du peuple du Sahara occidental.
Dans ce contexte, il a dénoncé le contournement par la Commission de cette exigence de la Cour en la substituant par un procédé qu'elle a dénommé "consultation de la population locale", composée de colons marocains et non pas de sahraouis, a-t-il signalé.
De son côté, son compatriote, Joachim Schuster a exprimé des doutes quant à la possibilité d'avoir une réponse claire sur la mise en place d'un mécanisme de traçabilité avant le vote au niveau de la Commission INTA, le 3 décembre 2018, vote qu'il estime prématuré.
Il a plaidé, à cet effet, pour le report du vote à une date ultérieure, au risque d'entraver les efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, M. Horst Kholer en "jetant de l'huile sur le feu" juste avant la relance des négociations prévue à Genève.
Il a, par ailleurs, remis en cause la démarche de la Commission, qui recourt à de la "rhétorique diplomatique" en réduisant la problématique a une simple question technique alors que les accords commerciaux ne sont pas, par définition, "apolitiques". Aleksander Gabelic a rappelé que le Sahara occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc et que le Front Polisario et la société civile sahraouie sont opposés à l'accord alors que le député Helmut Scholz a indiqué que "l'UE doit négocier avec le Front Polisario qui représente le peuple du Sahara occidental, en appelant ses pairs du Parlement européen, qui est le co-législateur, à prendre une décision claire, qui y va de leur crédibilité et de celle de l'UE".
Les eurodéputés qui se sont exprimés à cette occasion ont tous réclamé davantage de clarté avant de devoir se prononcer sur la proposition de la Commission INTA sur l'accord UE-Maroc, prévu le 3 décembre 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.