Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Industrie pharmaceutique: appel à une production locale innovante    Lettre ouverte à un frère de l'Armée Nationale Populaire    Rezig reçoit des experts en agriculture membres de la communauté établie au Canada    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'oiseau n'est peut-être pas si nuisible que ça
Publié dans El Watan le 27 - 11 - 2010

Votre voiture est noircie par des déjections ? Vous avez remarqué les odeurs nauséabondes dans les parcs et les jardins ? Et oui, les étourneaux sont de retour en Algérie. Depuis octobre, ils sillonnent le ciel et sont reconnaissables par les bandes noires qui évoluent de façon saccadées mais organisées. Accusés de porter atteinte à l'environnement, les étourneaux ont très mauvaise réputation. En Algérie, ils pourraient être utiles…
L'allée des ficus du Jardin d'essai à Alger s'est recouverte d'une couche de deux centimètres d'excréments d'étourneaux, la chaussée est devenue glissante et la marche en devient dangereuse. Les bancs de granito sont aussi recouverts de ces crottes d'oiseaux. Taches noires à l'odeur pestilentielle, les déjections des passereaux laissent planer dans l'allée une odeur de poulailler. Les arbres aux racines aériennes sont recouverts. Les acanthes qui ont sorti leurs larges feuilles vertes et brillantes sont cramoisies par ces billes noires. Des agents d'entretien du jardin viennent de finir de nettoyer un banc de granito. «Au karcher», précise A. Ziriat, directeur du Jardin d'essai. Cela ne se voit pas, le banc est encore plein de ces salissures. «Il faut opter pour des bancs en fonte, les crottes ne tiennent pas dessus», ajoute le directeur. Les couloirs aménagés pour l'écoulement des eaux de pluie sont remplis d'un liquide noir : l'eau s'est mélangée aux fèces. L'odeur est tenace malgré la fraîcheur matinale. Bizarrement, la statue de Ouled Naïl n'est pas trop touchée. Quelques brachages font barrière. «Il y a trois ans, un canon nous avait été prêté par les services de protection des végétaux. On a tiré trois coups et ils sont partis. Mais ils sont revenus le lendemain», raconte A. Ziriat. Les branches des ficus ont la particularité de pousser loin du tronc et de s'étendre.
Pour progresser, l'arbre soutient ses branches par les racines aériennes, mais lorsque les racines ne sont pas encore solides, les branches cassent sous le poids des étourneaux. Car des étourneaux, il y en a des centaines de milliers au Jardin d'essai. «Peut-être plus d'un million», déclare Akli Slyemi, animateur en ornithologie à l'école de l'environnement du jardin. Mais pour ce passionné d'oiseaux, la présence des étourneaux est une bénédiction.
La fin des insectes
«C'est vrai qu'il y a des excréments partout et qu'ils font du bruit, c'est vrai qu'ils cassent des branches, mais à côté de tous les avantages qu'ils donnent à la nature, il faut au contraire défendre leur présence en Algérie», défend A. Slyemi. «D'ailleurs, si la branche casse, c'est qu'elle devait casser, et vu que les étourneaux élisent domicile au jardin la nuit, la branche ne risque de tomber que le soir, lorsque les visiteurs sont absents», déclare en substance l'animateur. Les étourneaux sansonnets hivernent en Algérie. Dans toute l'Algérie. Ces oiseaux de 21 cm ne nichent pas ici, et lorsqu'ils occupent des espaces comme le Jardin d'essai, ce n'est que pour dormir. La journée, dès 6h30 du matin, les oiseaux partent pour manger dans les campagnes avoisinantes. Ils rentrent vers
16h30 par petits groupes au début puis par nuages entiers. Dans leur vol chaotique et vu leur nombre, certains meurent écrasés dans la bousculade. Une famille d'étourneaux mange jusqu'à 350 insectes par jour. En Russie, par exemple, des nichoirs sont aménagés dans les forêts pour attirer les étourneaux susceptibles de venir manger dans les campagnes avoisinantes. Le but est de se débarrasser d'une prolifération importante d'insectes. Mieux, ces fientes montrées du doigt seraient un important engrais.
«Le pouvoir germinatif des graines mangées par l'oiseau serait augmenté dès lors que la graine passe par le tube digestif de l'oiseau», soutient A. Slyemi. Le jeune homme maintient qu'il faut cesser de prétendre que cet oiseau est nuisible et qu'au contraire, il faut apprécier tous les avantages qu'il procure à la nature. «S'il est tué dans certaines régions de la planète, c'est d'abord parce qu'il est nicheur là-bas. La chasse de cet oiseau est réglementée aux Etats-Unis et au Canada. En Algérie, il n'est là qu'un temps et procure de l'engrais à nos campagnes et nos forêts. Il mange des quantités d'insectes nuisibles. Le plus nuisible, donc, ce n'est pas l'étourneau», insiste A. Slyemi. Et de proposer de faire comme en Russie : exploiter le sansonnet pour lutter contre le criquet par exemple, qui peut faire des ravages sur des productions.
De son côté, A. Ziriat, directeur du jardin, soucieux de préserver les végétaux centenaires en bon état, envisage d'introduire des rapaces dressés. Grand prédateur des étourneaux, cela diminuerait leur nombre en quantité. Mais il est difficile de trouver des dresseurs en Algérie. Reste peut-être une machine qui imiterait le bruit des rapaces. «Elle coûte environ 40 millions de centimes», selon le directeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.