Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une road-documentaire qui détonne d'émotion
Fais soin de toi, de Mohamed Lakhdar Tati
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2018

Le film permet aux spectateurs de voyager, allant d'Alger à Saïda, en passant par Béjaïa ou Biskra et jusqu'aux tréfonds de l'Algérie rurale.
La semaine dernière, à Oran, dans la foulée des films projetés dans le cadre des rencontres internationales du cinéma, au siège de l'association Graine de paix (quartier de St-Eugène), le public oranais a découvert un film pour le moins détonnant d'originalité.
Il s'agit de Fais soin de toi, un film documentaire de Mohamed Lakhdar Tati, tourné en mode road movie, un peu partout dans l'Algérie de 2014. Le pitch est bien simple : le réalisateur prend sa caméra et va à la rencontre des Algériens, qu'ils soient du Sud ou du Nord, citadins ou ruraux, en leur posant à toutes et à tous la même question :
«Que pensent-ils du sentiment de tomber amoureux ? Quelle est leur définition de l'amour ?» Le film se veut original, car c'est sans doute la première fois qu'un cinéaste demande, de but en blanc, aux Algériens de s'exprimer sur ce thème, sans tabou ni complexe.
Tour à tour, d'une drôlerie désopilante, faisant s'esclaffer toute l'assistance, et tour à tour prenant un ton grave et empli d'émotion, le film ne laisse certainement pas indifférent.
En tentant de répondre à ces questions, les gens filmés par Mohamed Lakhdar Tati se sont ainsi peu à peu dévoilés, et à mesure qu'ils décortiquaient le thème du film, à grands renforts de témoignages personnels, le spectateur averti pouvait apercevoir, çà et là, quelques contradictions dans leurs propos, mais des contradictions qui ne gênaient pas, tant ils semblaient couler de source, sincères.
D'ailleurs, le réalisateur s'est contenté de les laisser parler, sans qu'à aucun moment, il émît son opinion, ou s'érigeât en juge, pointant du doigt tel ou tel propos contradictoire. Le film permet aux spectateurs de voyager, allant d'Alger à Saïda, en passant par Béjaïa ou Biskra et jusqu'au tréfonds de l'Algérie rurale.
On peut ainsi suivre les péripéties d'un habitant de Béjaïa, qui fait le trajet, en compagnie du cinéaste, jusqu'à Saïda, là où sa bien-aimée habite.
Dans un bus de voyageurs, un vieux retraité de Biskra, poète à ses heures, raconte son amour contrarié pour une dulcinée lors de sa prime jeunesse, quand lui-même exerçait le métier de chauffeur. Son amour était tellement incommensurable que lorsqu'il conduisait le gros car, pour peu qu'il vît, de par la vitre, une femme ressemblant peu ou prou à sa bien-aimée, il freinait aussi sec, faisant tomber tous les voyageurs de leurs sièges.
Le témoignage de cet homme s'arrêtera brusquement un moment, lorsqu'il fut submergé par l'émotion. Fais soin de toi est aussi une bonne occasion de découvrir, par des images resplendissantes, une Algérie paisible, celle des routes nationales, de la plénitude du paysage et des petites gens, le plus souvent loin des feux des projecteurs.
Le film met aussi en exergue, par des exemples édifiants, quelques fléaux qui prévalent encore dans la société, celui de la violence faite aux femmes, ou encore celui du racisme primaire dont souffrent encore une catégorie de la population, notamment celle qui habite le Sud.
Ainsi, une des intervenantes, originaire de Biskra, fait part des hostilités de sa belle-famille de la voir épouser leur fils, sous le prétexte qu'elle a la peau noire. Le film a aussi le mérite de faire réfléchir et de susciter le débat, car, bien entendu, il n'est pas question de dire que le spectateur adhère, du début jusqu'à la fin, tout ce qui a été déclaré par les différents antagonistes.
Il n'empêche : personne n'en reste indifférent. Après la projection, un débat a été ouvert, et comme le réalisateur n'était pas présent, on fit appel à lui par voie téléphonique afin qu'il réponde aux questions des spectateurs. On peut affirmer que l'assistance présente à la projection a aimé le film à l'unanimité, car il s'était agi, selon l'avis de beaucoup, d'un film qui donne la parole libre aux citoyens, et qu'il brise pas mal de tabous qui ont la peau dure.
Le seul reproche, émis par quelques personnes, est le fait qu'il soit trop long, dure plus de deux heures. Pour l'anecdote, Fais soin de toi, un titre paraissant au départ saugrenu, est en fait tiré d'une réplique du documentaire, lorsqu'un jeune de Béjaïa lit face à la caméra un texto envoyé par sa copine, et qui se termine par cette «injonction» : «Fais soin de toi.»
A celles et ceux qui ne l'ont pas encore vu, rappelons qu'il sortira dans les salles algériennes en janvier 2019. Enfin, soulignons aussi que le réalisateur a dédié son œuvre, au générique de fin, à la mémoire de notre collègue Nesrine Sellal, disparue l'été 2014, et qui avait un rôle important dans ce road-documentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.