"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Chahed dos au mur
Le spectre d'une grève générale plane sur la Tunisie
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2018

L'UGTT annonce une grève générale pour le 17 janvier prochain, faute d'accord sur l'augmentation des salaires dans la Fonction publique. La Tunisie étouffe sous le poids d'une crise sociale, doublée d'une impasse économico-financière.
Des négociations sociales très difficiles opposent le gouvernement à l'UGTT, concernant la révision des salaires dans la Fonction publique. Les difficultés de trésorerie et les consignes du Fonds monétaire international (FMI) n'ont pas empêché le gouvernement Chahed de proposer des augmentations mensuelles allant de 150 à 240 dinars (45 à 72 euros), étalées sur trois ans.
Mais l'UGTT insiste sur une augmentation de 210 à 270 dinars (63 à 81 euros). Pour le gouvernement, la différence annuelle de 100 millions de dinars (30 millions d'euros) pourrait servir à aider les citoyens les plus démunis (180 000 foyers) et intégrer le dernier lot des ouvriers de chantier dans des établissements publics.
La centrale syndicale évoque la cherté de la vie et l'inflation insoutenable, reprochant au gouvernement les retards de sa réforme fiscale, «qui devrait ramener des milliards de dinars, si l'on s'attaque à la corruption», insiste l'universitaire Sami Aouadi, expert économique de l'UGTT, qui déplore «l'absence de volonté politique en la matière».
Aouadi considère que «les revendications de l'UGTT sont légitimes et raisonnables, puisque les salariés subissent le gros de la pression fiscale».
Le député Mustapha Ben Ahmed, président du bloc parlementaire L'Alliance nationale, proche du chef du gouvernement, demande, lui-aussi, à Chahed de «s'attaquer à la corruption et de mettre les mafieux en prison».
Bras de fer
En face, le gouvernement est obligé de gérer les grands équilibres budgétaires et, surtout, prendre en considération la situation de la population marginalisée.
«Ce n'est pas un hasard si le journaliste Abderrazek a lancé un appel de désobéissance aux plus démunis, ceux qui n'ont pas de quoi manger, avant de s'immoler par le feu. Ces marginalisés ne bénéficieront pas des augmentations», remarque-t-on du côté de la Kasbah.
La marge de divergence entre les demandes de l'UGTT et la proposition gouvernementale ne semble pas énorme. «Mais comme 80% des fonctionnaires sont en bas de l'échelle, une réponse positive à l'UGTT coûterait au Budget de l'Etat, 100 millions de dinars supplémentaires par an, qui pourraient mieux servir la cause des plus démunis», selon la présidence du gouvernement.
Toutefois, la réalité quotidienne a ses propres règles qui ne sont pas toujours rationnelles. «Le gouvernement ne devrait pas aller vers une grève générale dont personne ne pourrait assumer les conséquences», avertit Sami Aouadi.
La pression est d'autant plus terrible sur Chahed et son gouvernement qu'ils sont engagés auprès du FMI à réduire à 12%, en 2020, le poids salarial de la Fonction publique, actuellement de 14,2% du PIB. Le gouvernement tunisien se trouve donc entre deux feux.
D'un côté, c'est la vive tension sociale, sévissant dans le pays et une grève générale risque d'aggraver la situation, déjà très tendue. De l'autre, la Tunisie est engagée avec le FMI à faire des réformes, dont la réalisation traîne. Déjà, Les 3e et 4e tranches du prêt FMI, d'une valeur de 636 millions de dollars (presque 2 milliards de dinars), n'ont pas été débloquées, faute d'un avancement conséquent des réformes.
Le rapport 2017 de la Cour des comptes met l'accent sur ces retards, ayant privé le gouvernement de très importantes ressources financières et obligé le gouvernement à sortir, en octobre dernier, sur le marché financier international pour chercher 500 millions de dinars (160 millions d'euros) à des taux d'intérêts exorbitants, afin de clôturer le Budget 2017.
Le gouvernement Chahed subit, également, le poids de l'année électorale, puisque les partis politiques essaient de prendre de la distance par rapport au gouvernement. Même les partis au pouvoir, Ennahdha principalement, ne veulent pas assumer les choix du gouvernement qu'ils soutiennent. Une situation explosive et la solution n'est pas évidente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.