Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Chahed dos au mur
Le spectre d'une grève générale plane sur la Tunisie
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2018

L'UGTT annonce une grève générale pour le 17 janvier prochain, faute d'accord sur l'augmentation des salaires dans la Fonction publique. La Tunisie étouffe sous le poids d'une crise sociale, doublée d'une impasse économico-financière.
Des négociations sociales très difficiles opposent le gouvernement à l'UGTT, concernant la révision des salaires dans la Fonction publique. Les difficultés de trésorerie et les consignes du Fonds monétaire international (FMI) n'ont pas empêché le gouvernement Chahed de proposer des augmentations mensuelles allant de 150 à 240 dinars (45 à 72 euros), étalées sur trois ans.
Mais l'UGTT insiste sur une augmentation de 210 à 270 dinars (63 à 81 euros). Pour le gouvernement, la différence annuelle de 100 millions de dinars (30 millions d'euros) pourrait servir à aider les citoyens les plus démunis (180 000 foyers) et intégrer le dernier lot des ouvriers de chantier dans des établissements publics.
La centrale syndicale évoque la cherté de la vie et l'inflation insoutenable, reprochant au gouvernement les retards de sa réforme fiscale, «qui devrait ramener des milliards de dinars, si l'on s'attaque à la corruption», insiste l'universitaire Sami Aouadi, expert économique de l'UGTT, qui déplore «l'absence de volonté politique en la matière».
Aouadi considère que «les revendications de l'UGTT sont légitimes et raisonnables, puisque les salariés subissent le gros de la pression fiscale».
Le député Mustapha Ben Ahmed, président du bloc parlementaire L'Alliance nationale, proche du chef du gouvernement, demande, lui-aussi, à Chahed de «s'attaquer à la corruption et de mettre les mafieux en prison».
Bras de fer
En face, le gouvernement est obligé de gérer les grands équilibres budgétaires et, surtout, prendre en considération la situation de la population marginalisée.
«Ce n'est pas un hasard si le journaliste Abderrazek a lancé un appel de désobéissance aux plus démunis, ceux qui n'ont pas de quoi manger, avant de s'immoler par le feu. Ces marginalisés ne bénéficieront pas des augmentations», remarque-t-on du côté de la Kasbah.
La marge de divergence entre les demandes de l'UGTT et la proposition gouvernementale ne semble pas énorme. «Mais comme 80% des fonctionnaires sont en bas de l'échelle, une réponse positive à l'UGTT coûterait au Budget de l'Etat, 100 millions de dinars supplémentaires par an, qui pourraient mieux servir la cause des plus démunis», selon la présidence du gouvernement.
Toutefois, la réalité quotidienne a ses propres règles qui ne sont pas toujours rationnelles. «Le gouvernement ne devrait pas aller vers une grève générale dont personne ne pourrait assumer les conséquences», avertit Sami Aouadi.
La pression est d'autant plus terrible sur Chahed et son gouvernement qu'ils sont engagés auprès du FMI à réduire à 12%, en 2020, le poids salarial de la Fonction publique, actuellement de 14,2% du PIB. Le gouvernement tunisien se trouve donc entre deux feux.
D'un côté, c'est la vive tension sociale, sévissant dans le pays et une grève générale risque d'aggraver la situation, déjà très tendue. De l'autre, la Tunisie est engagée avec le FMI à faire des réformes, dont la réalisation traîne. Déjà, Les 3e et 4e tranches du prêt FMI, d'une valeur de 636 millions de dollars (presque 2 milliards de dinars), n'ont pas été débloquées, faute d'un avancement conséquent des réformes.
Le rapport 2017 de la Cour des comptes met l'accent sur ces retards, ayant privé le gouvernement de très importantes ressources financières et obligé le gouvernement à sortir, en octobre dernier, sur le marché financier international pour chercher 500 millions de dinars (160 millions d'euros) à des taux d'intérêts exorbitants, afin de clôturer le Budget 2017.
Le gouvernement Chahed subit, également, le poids de l'année électorale, puisque les partis politiques essaient de prendre de la distance par rapport au gouvernement. Même les partis au pouvoir, Ennahdha principalement, ne veulent pas assumer les choix du gouvernement qu'ils soutiennent. Une situation explosive et la solution n'est pas évidente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.