Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    Réunion sur la Libye: rejet de l'ingérence étrangère et insistance sur la prohibition des armes    Entrevue du Président de la République accordée aux médias nationaux    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    ConsumerLab d'Ericsson Forte croissance de l'utilisation de l'internet en Algérie    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Dans leur confort lointain, ils pensent !    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Agenda sportif du week-end    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Sensibilisation à la formation professionnelle    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    LA FAUSSE DEFINITION DE LA RENTE    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





la Bourse d'Alger à l'état stationnaire
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2013

Le plan de modernisation lancé pour donner un coup de starter au marché financier n'est pas encore mis en marche. Ce ne sont pas les propositions qui manquent puisqu'un travail a été fait dans ce sens, mais qui reste toutefois à compléter à travers, notamment, la mise en œuvre effective des recommandations requises dans ce cadre. Cependant, les entreprises algériennes, qu'elles soient du secteur privé ou public, sont appelées à se préparer à l'introduction en Bourse en adoptant les principes de bonne gouvernance et en donnant la priorité à la transparence. Une condition à laquelle ne répondent pas les EPE cotées en Bourse.
L'annonce de l'ouverture d'une partie du capital de l'opérateur historique de la téléphonie mobile, Mobilis, par la Bourse et l'aval donné par la Commission de surveillance des opérations boursières (COSOB) à l'entreprise NCA Rouiba pour son entrée en Bourse, le 3 juin prochain, marquent-ils une nouvelle étape dans le marché financier algérien ? Un marché toujours en phase de démarrage vingt ans après la création de la Bourse d'Alger.
Avec une taille réduite, (trois titres seulement cotés en Bourse) ce marché n'a pas connu l'essor souhaité. D'où la mise en œuvre d'un plan de relance en 2011, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Un plan en deux phases (dont la première dotée d'une enveloppe de 1,4 milliard de dollars) qui devait aboutir cette année à la diversification du système de financement de l'économie nationale. Ce qui n'est pas encore le cas. Mais le gouvernement semble aujourd'hui décidé à remettre sur rail un marché qui a perdu jusque-là assez de temps dans un environnement économique où la transparence et les pratiques de bonne gouvernance font défaut. C'est justement dans de telles conditions que le gouvernement travaille pour introduire les entreprises en Bourse.
L'Exécutif mise en effet sur le public pour réussir son projet de relance du marché boursier. Or, c'est connu, le secteur public connaît d'énormes déficits en matière de gestion. Même les entreprises publiques actuellement cotées en Bourse n'ont pas changé leur mode de gestion. Comme le soulignent les experts en la matière, les principes et les pratiques de bonne gouvernance ne sont pas appliqués par les entreprises introduites à la Bourse d'Alger autant que celles qui le seront prochainement. Car, globalement, le secteur public continue à être géré de manière archaïque.
Absence de transparence
Ce qui explique, entre autres, son absence sur le marché de l'exportation hors hydrocarbures ainsi que son manque de compétitivité. Ces lacunes risquent de compromettre les résultats escomptés. Il est donc nécessaire aujourd'hui à ces entreprises de revoir leur système de gouvernance avant de s'introduire sur le marché financier. De même que la phase d'identification de ces entités économiques à introduire en Bourse semble difficile, eu égard à leur situation sur le plan managérial. Ce dossier est, faut-il le rappeler, actuellement entre les mains de certains départements ministériels, en application d'une instruction du Premier ministre.
Les ministères saisis à cet effet ont déjà remis au département des Finances (et continuent à le faire) les listes des entreprises publiques pouvant réunir les conditions requises pour l'ouverture d'une partie de leur capital. Une fois cette étape achevée, l'étude commencera par voir si elles répondent aux conditions. Et ce, avant de présenter le dossier au Conseil des participations de l'Etat (CPE) qui tranchera sur la question pour enfin arriver à mettre en œuvre le plan de relance, lequel se concrétisera par la création de trois blocs dont un marché principal réservé aux grandes entreprises, un marché dédié aux PME et un troisième marché destiné à la négociation des obligations assimilables du Trésor (OAT).
Mais, là aussi, il faudrait que le secteur privé adopte les principes de bonne gouvernance, via la transparence particulièrement. Une condition absente, il faut le reconnaître, chez les opérateurs économiques algériens, notamment les entreprises à caractère familial. Il est en effet difficile de convaincre une entreprise nationale familiale d'ouvrir une partie de son capital par le biais de la Bourse. En finalité, la réussite du plan de relance du marché financier dépend essentiellement de la réussite du programme de mise à niveau dont les résultats restent mitigés. D'un autre côté, les pouvoirs publics sont appelés à lever les obstacles bureaucratiques et les blocages administratifs auxquels sont confrontées les entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.