Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi 2019 n'est plus écrite dans la loi de finances pour l'Algérie
La semaine éco
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2018

Les éléments de cadrage macroéconomique de la loi de finances pour 2019 que vient de signer le président Bouteflika sont-ils réalistes ? Ils pouvaient paraître ainsi au moment de la présentation de l'avant-projet de loi devant le conseil des ministres il y a près de trois mois. Un pétrole qui ne soit en dessous des 50 dollars le baril, une croissance qui reste soutenue au dessus des 3% et une inflation contenue sous les 5% pouvaient être des objectifs et des références défendables par le gouvernement dans le contexte de la fin de l'été 2018. Depuis rien ou presque n'est plus pareil.
Le prix du baril de brut, après avoir continué sa hausse pendant le débat parlementaire sur le projet de loi, a dévissé et menace de poursuivre sa baisse sous les 50 dollars dans les prochaines semaines, de sorte que la moyenne annuelle choisie pour le prix de référence n'est plus du tout aussi prudente qu'elle n'y paraissait au début. La prévision de croissance, portée par l'investissement public et privé, ne peut pas s'en ressentir.
Déjà les impayés dans le secteur du BTPH sont revenus empoisonner le climat des affaires au second semestre 2018. L'incertitude politique sur le sort des présidentielles d'avril prochain, et donc du pays, s'est aggravée au dernier trimestre, entraînant des reports en cascade de décisions d'investissements dans des secteurs fortement exposés à la réglementation.
Enfin, la prétention de contenir la hausse des prix en dessous des 5% devient, dans un tel contexte, encore plus suspecte. Le déficit du budget va continuer à se creuser, et avec lui le recours à la planche à billets, qui a déjà largement dépassé son plafond suggéré en 2017, de 2000 milliards de dinars. Les tensions inflationnistes déjà relancées par la dépréciation du dinar et la rareté de certains produits régulés par les importations, menacent d'impacter plus lourdement l'activité en 2019.
Avec peut-être un train de mesures d'ajustement des prix subventionnés dans une LFC pour 2019 une fois passée, si elle est passée, l'échéance des présidentielles. De tous les points de vue observés, le document signé par le président de la République jeudi dernier paraît très fragile dans ses présupposés et sa trajectoire. 2019 n'est pas écrite dans la loi de finances pour l'économique algérienne. Elle est écrite ailleurs.
Il y a dix années, l'économie mondiale abordait en 2009 son annus horribilis du siècle. Les perspectives de croissance mondiale pour 2009-2020 n'ont, bien sûr, rien à voir avec celle de la crise financière 2008-2010. Mais elles ne rassurent personne. La croissance restaurée grâce à un triptyque détonant de déficits publics croissants, de politique du crédit accommodante et d'expansion soutenue des échanges mondiaux s'essouffle.
Elle va ralentir en 2019 et en 2020. Rien de très grave au niveau de sa courbe. De 3,7% à 3,5% au niveau mondial, passage sous les 2% dans la zone OCDE, et «décélération» de 7% à 6% en Chine. Ce qui fait problème est ailleurs. La croissance de l'économie mondiale va ralentir sans avoir permis de retrouver les rythmes de croissance des niveaux de vie des grands pays d'avant la crise financière.
Les moteurs de la croissance contra-cyclique du début de la décennie passée se sont grippés, arrêtés ou inversés. La tendance est à moins de déficits publics, des taux d'intérêt directeurs en hausse et des restrictions au commerce mondial. La séquence tension est en train de se mettre en place, alors que les objectifs ne sont pas atteints pour effacer les dégâts sociaux de la destruction de valeur de 2008-2010.
La tension qui s'insinue dans la conjoncture économique mondiale en devient d'autant plus pesante que les peuples des grands pays industrialisés ont décidé de sanctionner électoralement et civiquement les politiques mondialistes qui ont changé la géographie de la prospérité à leur détriment. Ils ont amené Trump au pouvoir aux Etats-Unis, engagé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne et multiplié les succès électoraux des partis xénophobes dans de nombreux pays, y compris lors de la présidentielle brésilienne.
La marge de manœuvre des politiques de croissance s'est démocratiquement resserrée, au moment même où la demande sociale explose dans les grands centres de l'OCDE, comme l'a montré le mouvement des gilets jaunes en France ce dernier mois. L'économie mondiale va au devant de nouveaux risques alors qu'elle n'a pas réussi à effacer les séquelles de la crise précédente.
Plus préoccupant, les moteurs de la croissance qui ont porté la relance mondiale de l'après-crise des subprimes ont multiplié les bulles financières, dont on connaît désormais l'effet dévastateur sur les marchés lorsqu'elles finissent par exploser : bulle des actifs boursiers aux Etats-Unis, bulle de l'émission souveraine (obligations d'Etat) dans le G7, bulle de la dette publique dans l'OCDE, bulle de la dette privée dans les grands pays consommateurs, etc.
Accepter que 2019 soit une année de ralentissement de la croissance mondiale n'est finalement pas le pire. Elle pourrait aussi être celle de la déflagration d'une de ces nombreuses bulles. Et donc du début d'une nouvelle crise mondiale, après 9 années de croissance.
Le scénario type de la gestion de la conjoncture tendue dans laquelle entre lentement l'économie mondiale est celui de la confrontation entre Trump et son environnement. Le président américain veut à la fois de l'argent bon marché pour soutenir l'investissement, du pétrole pas trop cher pour bloquer l'inflation, des produits chinois taxés à l'entrée pour encourager le made in USA, un mur à la frontière du Mexique pour bloquer l'immigration clandestine et une poursuite de la baisse des impôts pour retenir son électorat en 2020.
Il est bien sûr impossible d'atteindre autant d'objectifs contradictoires en même temps. La Fed (institution d'émission fédérale) est indépendante. Elle a poursuivi cette semaine la remontée de son taux directeur et annoncé qu'elle le ferait au moins deux fois encore durant l'année 2019. L'argent coûtera plus cher aux Etats-Unis. Et la désaffection pour le papier américain (émission de bons) a déjà débuté.
Le financement du déficit fédéral par ce mécanisme a atteint de nouvelles limites. Ce qui explique le bras de fer sur le financement de la dépense pour la construction du mur avec le Mexique. De même le prix du pétrole en baissant soulage l'industrie américaine, mais menace celle du gaz et du pétrole de schiste s'il venait à poursuive sa baisse sous les 50 dollars durablement.
La taxation des produits chinois est une source d'inflation interne assurée, alors qu'elle ne garantit pas une issue favorable sur le plan industriel, les donneurs d'ordre ne viendront pas tous produire aux Etats-Unis s'il ne peuvent plus le faire en Chine. Trump incarne le risque entropique du monde. Chaos des mesures contre et pour la même chose.
Dans les perspectives macroéconomiques pour le monde publiées par la Banque mondiale, les deux ralentissements les plus préoccupants sur la tendance de moyen terme sont celui des investissements et celui des échanges commerciaux mondiaux. Le premier indique que la profondeur de la demande solvable et sa répartition sont en repli (inégalités, crise des revenus).
Le second montre que les entraves à la concurrence mondiale vont devenir aussi des entraves à l'innovation et à l'avancée de la productivité. Sur les cycles longs, la croissance forte de la productivité dans l'économie mondiale finit toujours par produire plus de prospérité pour les populations, pourtant en hausse démographique.
Le monde chaotique de Trump est politiquement anxiogène et économiquement mal orienté. La preuve pour l'Algérie, par le prix du pétrole. Jamais à de tels sommets de volatilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.