Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dépit des apparences, les harraga sont animés par un désir de vivre !
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2019

Le wali d'Oran avait déclaré que les passeurs seront combattus sans relâche. «Les réseaux impliqués dans ce commerce de la mort seront arrêtés et punis avec toute la sévérité de la loi», avait-il ajouté.
Ces dernières semaines, le phénomène de l'émigration clandestine était au cœur de l'actualité du pays. Les drames qui ont découlé de ces nombreuses tentatives d'émigration clandestine ont ému la société.
Ainsi, il y a 10 jours de cela, un groupe de 29 harraga, en partance d'Oran, a vu son embarcation prendre feu, alors qu'il était au large de la côte de Ténès, dans la wilaya de Chlef. Seuls 9 d'entre eux ont pu être sauvés in extrémis, alors que les 20 autres ont tous péri.
Jusqu'à jeudi dernier, la Protection civile a annoncé avoir retrouvé, après de laborieuses recherches, les corps de 7 d'entre eux. Aussi, 12 autres sont jusqu'à aujourd'hui portés disparus, et font l'objet d'intenses recherches. Les familles de ces disparus se sont rassemblées devant le siège de la wilaya pour réclamer des autorités locales de trouver les corps de leurs fils et filles. En prenant la parole, jeudi dernier, le wali d'Oran avait déclaré que les passeurs seront combattus sans relâche.
«Les réseaux impliqués dans ce commerce de la mort seront arrêtés et punis avec toute la sévérité de la loi», a-t-il ajouté. Les harraga qui ont pris la mer le jeudi 20 décembre étaient issus des bas quartiers de la ville Oran, notamment de la cité populaire d'Ekmül, mais aussi Cholet et Victor-Hugo.
Ce quartier était sous le choc le vendredi suivant ce terrible drame. «Tous mes voisins sont morts, je n'en reviens pas», s'est lamenté Mohamed sur les réseaux sociaux, un ancien habitant du quartier. Cela dit, ce terrible drame, qui a ému l'Algérie entière, n'a pas pour autant dissuadé d'autres futures candidats à l'émigration clandestine de tenter l'aventure.
On nous expliquera ainsi que beaucoup attendaient le 31 décembre pour mettre le cap sur les côtes ibériques. «Comme c'est la fête du Réveillon ce jour-là, ces harraga gagent sur le fait que les garde-côtes espagnols soient un tantinet éméchés et alors ils ne seront pas très pointilleux, surtout en nocturne. Ils pourront ainsi passer sans ambages», nous a déclaré un ancien habitant du quartier, sous couvert d'anonymat.
D'autres personnes, des spécialistes de ce phénomène, auprès de qui nous nous sommes approchés, affirment, pour leur part, que le phénomène de la harga, s'il est dramatique à plus d'un titre, renseigne sur une chose : l'idéologie islamiste en Algérie perd du terrain, et ce, de façon vertigineuse. «Ces jeunes, qui n'hésitent pas à braver les dangers de la mer dans l'espoir de rejoindre l'Europe, sont animés en fait par un désir de vivre.
S'ils sont prêts de mourir pour aller jusqu'en Espagne, c'est qu'ils sont capables, aussi, de vivre.» Et d'expliquer encore que quand on voit le profil de ceux qui tentent l'aventure, nombre d'entre eux ont une situation, un métier correctement rémunéré, parfois même un logement.
«Aussi, s'ils partent malgré cela, c'est qu'ils éprouvent ce besoin de vivre. De sortir, d'aller en boîte de nuit, de s'éclater. De vivre pleinement leur jeunesse, sans qu'on les juge. En somme, ce qu'ils veulent, c'est de ne pas mener une vie morose où la morale conservatrice a raison de tout !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.