Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dépit des apparences, les harraga sont animés par un désir de vivre !
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2019

Le wali d'Oran avait déclaré que les passeurs seront combattus sans relâche. «Les réseaux impliqués dans ce commerce de la mort seront arrêtés et punis avec toute la sévérité de la loi», avait-il ajouté.
Ces dernières semaines, le phénomène de l'émigration clandestine était au cœur de l'actualité du pays. Les drames qui ont découlé de ces nombreuses tentatives d'émigration clandestine ont ému la société.
Ainsi, il y a 10 jours de cela, un groupe de 29 harraga, en partance d'Oran, a vu son embarcation prendre feu, alors qu'il était au large de la côte de Ténès, dans la wilaya de Chlef. Seuls 9 d'entre eux ont pu être sauvés in extrémis, alors que les 20 autres ont tous péri.
Jusqu'à jeudi dernier, la Protection civile a annoncé avoir retrouvé, après de laborieuses recherches, les corps de 7 d'entre eux. Aussi, 12 autres sont jusqu'à aujourd'hui portés disparus, et font l'objet d'intenses recherches. Les familles de ces disparus se sont rassemblées devant le siège de la wilaya pour réclamer des autorités locales de trouver les corps de leurs fils et filles. En prenant la parole, jeudi dernier, le wali d'Oran avait déclaré que les passeurs seront combattus sans relâche.
«Les réseaux impliqués dans ce commerce de la mort seront arrêtés et punis avec toute la sévérité de la loi», a-t-il ajouté. Les harraga qui ont pris la mer le jeudi 20 décembre étaient issus des bas quartiers de la ville Oran, notamment de la cité populaire d'Ekmül, mais aussi Cholet et Victor-Hugo.
Ce quartier était sous le choc le vendredi suivant ce terrible drame. «Tous mes voisins sont morts, je n'en reviens pas», s'est lamenté Mohamed sur les réseaux sociaux, un ancien habitant du quartier. Cela dit, ce terrible drame, qui a ému l'Algérie entière, n'a pas pour autant dissuadé d'autres futures candidats à l'émigration clandestine de tenter l'aventure.
On nous expliquera ainsi que beaucoup attendaient le 31 décembre pour mettre le cap sur les côtes ibériques. «Comme c'est la fête du Réveillon ce jour-là, ces harraga gagent sur le fait que les garde-côtes espagnols soient un tantinet éméchés et alors ils ne seront pas très pointilleux, surtout en nocturne. Ils pourront ainsi passer sans ambages», nous a déclaré un ancien habitant du quartier, sous couvert d'anonymat.
D'autres personnes, des spécialistes de ce phénomène, auprès de qui nous nous sommes approchés, affirment, pour leur part, que le phénomène de la harga, s'il est dramatique à plus d'un titre, renseigne sur une chose : l'idéologie islamiste en Algérie perd du terrain, et ce, de façon vertigineuse. «Ces jeunes, qui n'hésitent pas à braver les dangers de la mer dans l'espoir de rejoindre l'Europe, sont animés en fait par un désir de vivre.
S'ils sont prêts de mourir pour aller jusqu'en Espagne, c'est qu'ils sont capables, aussi, de vivre.» Et d'expliquer encore que quand on voit le profil de ceux qui tentent l'aventure, nombre d'entre eux ont une situation, un métier correctement rémunéré, parfois même un logement.
«Aussi, s'ils partent malgré cela, c'est qu'ils éprouvent ce besoin de vivre. De sortir, d'aller en boîte de nuit, de s'éclater. De vivre pleinement leur jeunesse, sans qu'on les juge. En somme, ce qu'ils veulent, c'est de ne pas mener une vie morose où la morale conservatrice a raison de tout !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.