Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conflit du FLN se déplace à l'APN
Publié dans El Watan le 04 - 12 - 2014

Selon des députés, le secrétaire général de l'ancien parti unique met la pression sur le président de l'APN, Mohamed Larbi Ould Khelifa pour limoger le vice-président de la Chambre basse du Parlement, Mouaâd Bouchareb, exclu du groupe parlementaire par Saadani. Le président de l'APN et son vice-président ont déjà eu un premier échange lors de la réunion, mardi, du bureau de l'Assemblée. M. Ould Khelifa a demandé à son adjoint de «ne pas assister à la rencontre en attendant de régler le litige au sein du parti». Mouaâd Bouchareb a refusé, arguant qu'il est «élu par les députés» au même titre que le président lui-même.
Une source proche du président de l'instance parlementaire ajoute que Ould Khelifa songe à trouver un moyen juridique lui permettant d'exaucer le vœu du secrétaire général du parti. «Le statut du député ne prévoit pas ce cas de figure», précise-t-on du côté de l'APN. Cette loi ne prévoit pas non plus la mise à l'écart d'un député par le chef d'un parti politique. Pourtant, Saadani a exclu deux députés du groupe parlementaire de son parti, dont Mouaâd Bouchareb, élu vice-président de la Chambre basse en septembre dernier.
Des députés contestataires estiment que la volonté de Saadani de mettre à l'écart le député de Sétif vise à permettre à Mohamed Djemaï, élu de Tébessa, de retrouver son poste de vice-président, perdu par les urnes devant Bouchareb. Tous ces problèmes expliquent, en effet, le mouvement de protestation organisé par un groupe de députés la semaine dernière. Selon Youcef Nahat, député de Chlef, Amar Saadani a une grande responsabilité dans la crise que vit le groupe parlementaire. «C'est lui qui a nommé le chef du groupe. C'est à lui d'assumer ses responsabilités», ajoute le parlementaire, également membre du comité central.
Nouvelle protestation des députés
Parmi les problèmes que vit le groupe parlementaire du FLN, Youcef Nahat cite l'incorporation, puis la promotion de députés élus sur d'autres listes que celles du FLN. «Je ne suis pas contre la venue de députés élus sur d'autres listes. Mais qu'ils soient promus rapidement, cela pose problème», dit-il. Il accuse même le chef du groupe parlementaire, Tahar Khaoua, d'utiliser des critères non définis dans le choix des députés qui représentent le parti dans des instances parlementaires internationales. «Saadani et Khaoua utilisent ainsi ces avantages pour gagner la confiance de certains députés», accuse-t-il. Pis, Youcef Nahat indique qu'en dehors de Khaoua, le groupe parlementaire «ne dispose même pas de bureau».
Ce sont en somme des préoccupations déjà exprimées lors de la rencontre de la semaine dernière entre Saadani et les parlementaires de son parti. Comme seule réponse aux préoccupations des députés qui ont exprimé parfois des positions virulentes, le secrétaire général du FLN les a sommés de «régler ces problèmes entre vous». Une manière de signifier qu'il ne va pas s'en mêler, lui qui dispose de la prérogative de nommer le chef du groupe.
Les députés contestataires ne comptent pas s'arrêter là. Ils vont organiser une nouvelle manifestation publique avant le 15 décembre à Alger. Ils n'ont pas encore défini la forme de cette protestation, mais ils promettent, cette fois-ci, d'afficher publiquement les noms des députés qui signeront un document contre le secrétaire général. Une manière de «mettre tout un chacun devant ses responsabilités», résume Mouad Bouchareb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.