PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conflit du FLN se déplace à l'APN
Publié dans El Watan le 04 - 12 - 2014

Selon des députés, le secrétaire général de l'ancien parti unique met la pression sur le président de l'APN, Mohamed Larbi Ould Khelifa pour limoger le vice-président de la Chambre basse du Parlement, Mouaâd Bouchareb, exclu du groupe parlementaire par Saadani. Le président de l'APN et son vice-président ont déjà eu un premier échange lors de la réunion, mardi, du bureau de l'Assemblée. M. Ould Khelifa a demandé à son adjoint de «ne pas assister à la rencontre en attendant de régler le litige au sein du parti». Mouaâd Bouchareb a refusé, arguant qu'il est «élu par les députés» au même titre que le président lui-même.
Une source proche du président de l'instance parlementaire ajoute que Ould Khelifa songe à trouver un moyen juridique lui permettant d'exaucer le vœu du secrétaire général du parti. «Le statut du député ne prévoit pas ce cas de figure», précise-t-on du côté de l'APN. Cette loi ne prévoit pas non plus la mise à l'écart d'un député par le chef d'un parti politique. Pourtant, Saadani a exclu deux députés du groupe parlementaire de son parti, dont Mouaâd Bouchareb, élu vice-président de la Chambre basse en septembre dernier.
Des députés contestataires estiment que la volonté de Saadani de mettre à l'écart le député de Sétif vise à permettre à Mohamed Djemaï, élu de Tébessa, de retrouver son poste de vice-président, perdu par les urnes devant Bouchareb. Tous ces problèmes expliquent, en effet, le mouvement de protestation organisé par un groupe de députés la semaine dernière. Selon Youcef Nahat, député de Chlef, Amar Saadani a une grande responsabilité dans la crise que vit le groupe parlementaire. «C'est lui qui a nommé le chef du groupe. C'est à lui d'assumer ses responsabilités», ajoute le parlementaire, également membre du comité central.
Nouvelle protestation des députés
Parmi les problèmes que vit le groupe parlementaire du FLN, Youcef Nahat cite l'incorporation, puis la promotion de députés élus sur d'autres listes que celles du FLN. «Je ne suis pas contre la venue de députés élus sur d'autres listes. Mais qu'ils soient promus rapidement, cela pose problème», dit-il. Il accuse même le chef du groupe parlementaire, Tahar Khaoua, d'utiliser des critères non définis dans le choix des députés qui représentent le parti dans des instances parlementaires internationales. «Saadani et Khaoua utilisent ainsi ces avantages pour gagner la confiance de certains députés», accuse-t-il. Pis, Youcef Nahat indique qu'en dehors de Khaoua, le groupe parlementaire «ne dispose même pas de bureau».
Ce sont en somme des préoccupations déjà exprimées lors de la rencontre de la semaine dernière entre Saadani et les parlementaires de son parti. Comme seule réponse aux préoccupations des députés qui ont exprimé parfois des positions virulentes, le secrétaire général du FLN les a sommés de «régler ces problèmes entre vous». Une manière de signifier qu'il ne va pas s'en mêler, lui qui dispose de la prérogative de nommer le chef du groupe.
Les députés contestataires ne comptent pas s'arrêter là. Ils vont organiser une nouvelle manifestation publique avant le 15 décembre à Alger. Ils n'ont pas encore défini la forme de cette protestation, mais ils promettent, cette fois-ci, d'afficher publiquement les noms des députés qui signeront un document contre le secrétaire général. Une manière de «mettre tout un chacun devant ses responsabilités», résume Mouad Bouchareb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.