Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cité les Dunes à Mohammadia : Travaux de réhabilitation de deux barres d'immeubles
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2015

Les travaux de réhabilitation portant sur les deux barres d'immeubles du quartier les Dunes, dans la commune de Mohammadia, ont été lancés. D'après le président de cette APC, Kheloui Belaïd, «ces travaux consistent en la réfection de l'étanchéité, la réparation des ascenseurs, des vide-ordures, des cages d'escalier et le ravalement des façades. L'enveloppe budgétaire a été dégagée sur fonds de wilaya.
Trois entreprises ont été retenues et sont d'ores et déjà à pied d'œuvre», ajoute-t-il. S'agissant de l'intervention des services de l'APC dans le projet, M. Kheloui dira : «Nous avons pris l'initiative d'évacuer tous les débris et les gravats qui se trouvaient sur les terrasses, et ce, afin de faciliter l'intervention des entreprises.» Ces gravats entreposés sur les terrasses et les espaces communs proviennent des travaux effectués par les habitants et qui ont été laissés sur place. «Nous avons réquisitionné des moyens matériels et du personnel pour l'évacuation de ces gravats.
Cela permettra aux intervenants de mieux aborder les travaux», soutient-il. Signalons que ces deux immeubles, construits dans les années cinquante, sont actuellement très endommagés. Les entrées des cages d'escalier sont affaissées par endroits. Les vide-ordures sont obstrués par de grandes quantités de déchets et l'étanchéité laisse à désirer. Quant aux ascenseurs, les locataires affirment qu'ils ne fonctionnent pas depuis 30 ans. «Nous attendons ces travaux depuis fort longtemps. Maintenant qu'ils ont été lancés, nous espérons qu'ils seront accomplis dans les règles de l'art», affirme un locataire.
Ces logements, de types F3 et F4, ont été occupés juste après l'indépendance par des familles qui s'y sont confortablement installées.La superficie de 66 m2 suffisait alors à contenir tous les membres d'une même famille. «Maintenant que les enfants ont grandi, nous sommes obligés de dormir à tour de rôle», déclare un père de famille, dont l'un des fils occupe une chambre avec femme et enfants. «Nous étions obligés de marier l'aîné de mes enfants parce qu'il a atteint l'âge limite. Ses autres frères doivent la plupart du temps dormir dans la voiture ou se relayer sur les trois matelas installés dans le salon», raconte-t-il.
La situation de ces habitants a complètement changé. La vétusté des logements et leur exiguïté les ont plongés dans une misère affligeante. Même les vide-ordures dont les résidants se vantaient ne fonctionnent que par intermittence, car la plupart du temps ils sont bouchés. «Les agents de l'OPGI arrivaient par le passé à les déboucher, mais maintenant que certains de ces travailleurs sont vieux et proches de la retraite, ils ne peuvent plus assumer une telle tâche», ironisent les occupants des lieux. L'insalubrité qui règne dans les cages d'escalier est déconcertante. «En dépit du nettoyage effectué périodiquement par les concierges, l'insalubrité dans les cages d'escalier est quasi permanente», dira un habitant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.