La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tipasa : production du 1er catamaran de Bouharoun
Publié dans El Watan le 17 - 12 - 2016

L'embarcation en aluminium, d'une longueur de 17m et d'une largeur de 6,20 m, est équipée d'une grue d'une capacité de levage de 1,3 tonne avec une prise d'une longueur de 15 m. Le prix de cette catégorie de catamaran varie entre 60 à 65 millions de dinars. Le partenaire français Piriou s'est servi des plans des catamarans produits par ses chantiers à travers le monde, avant de concevoir un design adapté à l'aquaculture en mer en Algérie.
Selon Christol Eric, directeur général du chantier de construction navale de Bouharoun, le groupe français Piriou construit aussi les catamarans « Wind-Farm », un engin destiné pour l'entretien des éoliennes en mer et les catamarans pour le transport des voyageurs, y compris pour les activités touristiques.
Ce 1er catamaran se réalisera en 06 mois. Certes la technologie est complexe mais la construction du catamaran se réalise suivant le souhait de l'investisseur. Les universitaires et les ouvriers algériens à Bouharoun avaient démontré leurs aptitudes dans ce domaine. « Il suffit de maintenir le rythme de travail et les objectifs de production seront dépassés, les salariés viennent de le prouver », reconnaît le gestionnaire français.
Dans l'attente de l'extension du chantier de Bouharoun (Tipasa), la capacité du groupe Ecorep/Piriou se limite pour l'instant à construire au maximum trois catamarans par année, après le recrutement de 20 autres ouvriers. La production des embarcations petits métiers de 12 m à l'unité de Bouharoun est passée de 14 en 2014 pour atteindre en 2016 un nombre de 50 embarcations, « toutes livrées », précise Eric Christol.
A présent, l'entreprise algéro-française est en mesure de doter les fermes aquacoles en mer du catamaran de Bouharoun. C'est un outil qui s'inscrit dans le processus du développement de l'aquaculture en mer, d'autant plus que la maintenance et la réparation des catamarans sont assurées par le groupe Ecorep/Piriou. L'idée d'alchimie engagée par ce partenariat algéro-français vient de donner ses fruits.
Le programme de l'aquaculture en Algérie s'annonce prometteur. C'est un créneau créateur de réelles richesses, si les actes suivront les engagements verbaux. Un investisseur algérien en aquaculture issu de la ville de Ténès (Chlef) vient de passer une commande d'un catamaran en aluminium pour l'aquaculture en mer d'une longueur de 17 m et d'un bateau support pour l'aquaculture d'une longueur de 07,5 m, auprès de l'entreprise. C'est un précurseur qui s'est engagé avec ses propres fonds. Sera-t-il encouragé par les pouvoirs publics ?
Un autre point qui demeure énigmatique. Il s'agit de l'acquisition, par le biais d'un avis d'appel d'offres international, d'un remorqueur de 70 tonnes par une entreprise publique auprès d'un constructeur naval français. Grâce à son expérience, sa technologie, ses compétences et ses produits de qualité, Piriou, constructeur naval de notoriété internationale, avait livré quatre remorqueurs qui sont opérationnels au niveau des ports algériens. Ecorep/Piriou avait participé au dernier appel d'offre dans le but de construire en Algérie le 1er remorqueur de qualité similaire que ceux construits en France et livrés déjà par Piriou, avec un coût moindre, notamment en ces moments de crise économique.
L'opérateur algéro-français a été éliminé de la « course » par la société nationale. La construction du remorqueur en Algérie aura permis au moins, le recrutement, la formation et le transfert technologique au profit de notre pays. Patriotisme économique et défense des intérêts nationaux, où êtes-vous ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.