Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Création d'un comité de surveillance    Vendredi puissance 14    Facebook supprime trois milliards de comptes    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Une balle de match pour un titre    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A 20 jours de la date butoir de dépôt des dossiers.. L'opposition cherche toujours son candidat
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 02 - 2019

C'est une véritable course contre la montre. Après avoir perdu beaucoup de temps dans des initiatives sans issue, l'opposition se cherche toujours une solution commune pour affronter l'élection présidentielle du 18 avril prochain. A seulement 20 jours de la date butoir pour le dépôt des dossiers de candidature, l'opposition est toujours divisée. Les tractations s'accélèrent depuis l'annonce de la candidature du chef de l'Etat pour un cinquième mandat. L'initiateur de la démarche, à savoir le président du FJD, Abdellah Djaballah, a multiplié ses rencontres avec les chefs des partis de l'opposition dans l'objectif de présenter un candidat unique de l'opposition à ce rendez-vous. Le leader islamiste a rencontré le président de Talai El Houriyyet et candidat Ali Benflis, le président du MSP, Abderrazak Makri, le président du RCD, Mohcine Belabbas, le général à la retraite et candidat Ali Ghediri, l'ancien ministre de la communication, Abdelaziz Rahabi, le président de l'UDS, Karim Tabou et d'autres personnalités. «Globalement, l'initiative a été bien accueillie par ces personnalités.
À partir de la semaine prochaine, nous allons organiser des rencontres collectives pour débattre d'un candidat unique à la présidentielle et de son programme électoral», a déclaré à la presse Lakhdar Benkhellaf, chargé de communication du FJD. Même les partis qui ont décidé de boycotter l'élection, en l'occurrence le RCD, le FFS et Jil Jadid, sont contactés dans le cadre de ces tractations. L'option d'un boycott collectif de la présidentielle n'est pas à écarter, surtout avec la candidature de Bouteflika qui est considérée comme un acte qui ferme le jeu électoral. Mais il sera difficile pour l'opposition d'adopter une position commune. Pour le principe d'un candidat unique de l'opposition, ils sont tous d'accord. Mais chacun tire la couverture vers soi et souhaite être ce candidat qui fédère toute l'opposition. Peut-on imaginer un Ali Benflis, ancien chef du gouvernement, ancien secrétaire général du FLN, deux fois candidat à la présidentielle (2004 et 2014) soutenir un autre candidat de l'opposition ? En attendant la réunion du comité central de son parti, le retrait pur et simple de Benflis de la course est évoqué. Le MSP dont le président Abderrazak Makri avait menacé de se retirer en cas de candidature de Bouteflika a fini par changer de position : il est candidat malgré cette candidature.
Le bureau exécutif du MSP s'est réuni au lendemain de l'annonce de la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat. Il a exprimé son accord de principe avec l'initiative de Djaballah, tout en exprimant son attachement à la décision du Conseil consultatif de participer à l'élection. Le MSP a appelé les candidats opposants à se concerter et à dégager une vision commune sur «comment faire face aux dangers qui menacent l'élection et garantir sa transparence». Et dans une réponse à une détractrice «progressiste» sur sa page facebbok, Abderrazak Makri lance : «En ce qui nous concerne, nous nous sommes de nouveau engagés à combattre le 5e mandat rationnellement, mais cette fois-ci pas avec cette élite intellectuellement paresseuse et de surcroît complexée ; nous allons le faire avec le peuple».
Un tel candidat peut-il accepter de soutenir un autre candidat, lui a déjà affirmé qu'il était le candidat du consensus ? Le général-major à la retraite, Ali Ghediri, a affirmé, lui aussi, qu'il maintient sa candidature malgré celle de Bouteflika. Il affirme que cette candidature ne le décourage pas, soutenant qu'il est le candidat du peuple. Ali Ghediri qui n'envisage pas la défaite n'est certainement pas près de sacrifier sa candidature au profit d'un autre. Chacun souhaitant donc être le candidat du consensus de l'opposition, il sera impossible pour cette opposition de trouver un consensus sur un candidat unique. Surtout que le temps ne joue pas en leur faveur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.