«La détermination des populations, seule voie pour en finir avec un système»    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Real Madrid : Un énorme coup dur pour Zidane dans le dossier Hazard ?    Programme de classification et de restauration    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pôle pédiatrique du chu de Sétif : L'hôpital pour enfants prend forme
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2019

L'ex-hôpital Mère et enfant de Kaâboub, baptisé au nom du Dr Derradji Bouattoura, change de vocation. Il est devenu un pôle pédiatrique depuis le 5 juillet 2018. Néanmoins, la transformation juridique de l'espace doit être suivie d'aménagements pour en faire un véritable hôpital pour enfants.
Même si elle n'est pas facile à réaliser, la «mue» des lieux fait son chemin. Réalisés par de bonnes volontés, ayant permis au Trésor public de réaliser de grandes économies, les urgences pédiatriques et l'hôpital du jour, en charge quotidiennement de plus de 200 patients, ont boosté l'action de la structure, qui vient de bénéficier d'une unité d'oncologie, flambant neuve.
Celle-ci est à mettre à l'actif des bonnes volontés. Réalisée avec le concours des Mains solidaires, une association fondée par de jeunes médecins, la nouvelle unité permet une meilleure hospitalisation des jeunes cancéreux.
En plus, de l'aménagement des chambres, dotées d'un meilleur confort, les bonnes volontés ont mis à la disposition des malades hospitalisés un centre de loisirs, où ils vont devoir s'évader et oublier un tant soit peu leurs souffrances. Contacté, le professeur Belkacem Bioud, responsable du pôle, a bien voulu parler à El Watan des projets et des problèmes rencontrés par la nouvelle structure, appelée à devenir, un pôle pédiatrique d'envergure régionale. «La transformation de la structure en pôle pédiatrique, constitué de nombreuses unités dédiées à la prise en charge de l'enfant, est le fruit d'un travail de toute une équipe.
Nous sommes à la fois fiers et heureux du chemin parcouru, même si le plus dur reste à faire. La réalisation des urgences, de l'hôpital du jour et l'aménagement de l'unité d'oncologie nous obligent à aller de l'avant et à finaliser les autres unités, notamment celles de pneumologie, de gastrologie, d'endocrinologie, de neurologie et polyhandicapés, de réanimation et de néphrologie. Un plan des nouvelles structures a été proposé à M. le wali, qui nous a promis de faire le nécessaire pour qu'on puisse concrétiser le projet dans les meilleurs délais, d'autant que l'hôpital vient d'être renforcé par des pneumologues, des endocrinologues-diabétologues, des neurologues, des oncologues, des gastroentérologues, des cardiologues et infectiologues pédiatriques», souligne notre interlocuteur.
Et d'enchaîner: «Avec l'appui du directeur général du CHU, ne ménageant aucun effort pour répondre à nos sollicitations et aux besoins du pôle doté de bon nombre d'équipements, nous comptons ouvrir un service de cardiologie interventionnelle. Rien que pour faciliter la tâche à des patients obligés d'aller jusqu'à Bou Ismaïl pour y subir une intervention chirurgicale. Pour la concrétisation de cet ambitieux projet, qui va désengorger Bou Ismaïl, nous avons les compétences nécessaires.» Interrogé sur l'évolution de certaines maladies rares, telles la mucoviscidose, et les problèmes rencontrés, le premier responsable de la structure tire la sonnette d'alarme. «Pour les malades atteints de mucoviscidose, on risque à court terme de manquer de Tobramycine en nébulisations et de compléments alimentaires. Le stock des consommables (les réactifs, les bandelettes et les électrodes), indispensables pour le test de la sueur, a atteint le pic.
Avec la réception des malades d'Oran et d'Alger, où on ne fait plus de tests de sueur, faute de consommables, la situation se complique un peu plus. Pour le bien-être des malades, on attend avec impatience les médicaments précités. Pour le renforcement du travail des urgences pédiatriques, on a en outre besoin d'une radiologie numérique», conclut le professeur Bioud, dans l'attente d'une réaction des responsables concernés, lesquels devront parer au plus urgent, à savoir venir au secours des malades atteints de mucoviscidose.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.