3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des militants dénoncent un «comportement indécent»
Des femmes auraient été déshabillées dans des locaux de la police à Baraki
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2019

Des militants ont dénoncé une volonté de la police d'«humilier» leurs camarades et les «dissuader» de prendre part aux actions de protestation.
Des militants politiques et associatifs du Mouvement démocratique et social (MDS) et du Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ), arrêtés samedi lors d'un rassemblement à la Grande-Poste et transférés dans un commissariat de Baraki, dénoncent «un comportement indécent» de policiers. En effet, des jeunes filles malmenées lors du sit-in avorté affirment avoir été contraintes de se déshabiller à l'intérieur des locaux du commissariat situé à la périphérie de la capitale.
«On nous a transférées au commissariat de Baraki. Une fois sur place, on nous a séparées. Chacune de nous était dans un bureau. Un officier femme en tenue civile est entré dans le bureau. Elle a exigé que je me déshabille. J'ai d'abord résisté, d'autant que cette femme ne portait pas d'uniforme. Devant mon insistance, la policière m'a dit que c'est la procédure.
Elle a commencé à me déshabiller et m'a touché les seins. Je lui ai dit d'arrêter. J'ai préféré enlever moi-même mes vêtements vu qu'elle ne portait pas de gants… Elle a fouillé mes vêtements, mes chaussettes et chaussures. Elle a fouillé mes cheveux et m'a demandé d'écarter les jambes… Qu'espérait-elle trouver ? Il y a une volonté manifeste de nous humilier», raconte une des jeunes filles, qui a requis l'anonymat.
La fouille a duré une quinzaine de minutes. Les policiers ont pris des photos et les empreintes digitales des militantes, mais sans leur faire signer de PV. Elles ont par la suite été regroupées dans la salle d'attente où elles resteront une partie de la nuit. «La police nous a retiré nos téléphones. Nous n'avions pas pu passer de coup de fil.
On ne nous a pas donné à manger. Mais, il n'y a pas eu de maltraitance physique», précise la jeune fille. Les personnes interpellées, deux militants du MDS et deux autres travaillant pour Radio Raj, ont été relâchées dans la nuit de samedi à dimanche (1h). Des militants ont dénoncé une volonté de la police d'«humilier» leurs camarades et les «dissuader» de prendre part aux actions de protestation. «Le plus dégradant, c'est que les éléments de la police ont dénudé les militantes…
Ils voulaient les humilier, leur faire peur et les dissuader de rejoindre les manifestations. C'est un comportement que n'accepte pas la raison. C'est une forme de dégradation contre l'être humain. Nous dénonçons ces pratiques intolérables. Nous exigeons qu'elles cessent», a alerté Samir Larbi, militant du PST, dans une vidéo postée sur sa page Facebook.
«Entrave à la liberté de manifester»
Une source à la DGSN dément les accusations portées contre ses éléments et précise que la fouille corporelle qu'ont subie les militantes arrêtées «obéit à une procédure légale». «Les personnes arrêtées sont prises en charge séparément par un personnel féminin et masculin. Les policiers qui veillent à cette procédure ont rang de lieutenant et donc rang d'officier de police judiciaire», signale notre source.
Interpellé lors du rassemblement, Hakim Addad, militant politique et membre de RAJ, dénonce dans un post sur sa page Facebook les «entraves» à la liberté de manifester : «Nous voulions (juste) tenir un rassemblement pacifique. Dire non à la répression et oui à faire vivre nos libertés dans les espaces publics. Le pouvoir, par sa main policière violente, en a décidé autrement. Loin de nous faire plier, ils ne font que nous renforcer dans nos convictions. Ce pouvoir qui gère la société par la violence, de quelque nature qu'elle soit, doit et va partir. Nous sommes venu(e)s, nous reviendrons et nous vaincrons.»
Le député FFS de Bouira, Djamel Baloul, qui s'est déplacé dans les commissariats de la capitale pour s'enquérir de la situation des militants arrêtés, a dénoncé les agissements de la police. «C'est une atteinte aux droits de se rassembler pacifiquement et d'expression reconnus aux Algériens par la Constitution. Le transfert des militants vers une autre circonscription est un abus. Un PV ou des empreintes nécessitent-ils 8 heures ?
Les personnes interpellées ne sont pas des terroristes, mais des militants. Raj est une association qui ne menace pas l'ordre public. Les militants n'entravent pas la voie publique puisqu'ils s'installent sur les escaliers de la Grande-Poste. L'objectif des policiers est clair : atteindre le moral des militants», estime M. Baloul.
Le député du FFS signale que le pouvoir veut favoriser une «alternance clanique» qui permet la résurgence du régime. Des militants politiques et associatifs, parmi lesquels ceux qui ont été arrêtés samedi, se sont rassemblés place Emir Abdelkader. La police est intervenue et les a, encore une fois, interpellés pour les relâcher juste après.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.