Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine : L'autre visage du mouvement populaire
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2019

Après un rendez-vous raté, dimanche dernier, en raison d'un mouvement de grève, les étudiants à Constantine se sont donné le mot pour une campagne de nettoiement. «Nous sommes en grève et la meilleure action après les marches et les rassemblements demeure celle d'utilité publique dont le nettoyage des sites universitaires», nous a déclaré Hamza, l'un des initiateurs de cette campagne.
L'idée d'assainir l'environnement immédiat des enceintes universitaires n'est pas nouvelle. Périodiquement, la sous-direction chargée des activités scientifiques, culturelles et sportives organise ce genre d'opération.
Dans la conjoncture actuelle, l'action prend un tout autre sens. «C'est un acte militant, c'est un prolongement du hirak ; si, d'une part, nous appelons au départ des résidus du pouvoir, et nous le faisons savoir par le biais de manifestations dans la rue, de l'autre, faire preuve de civisme n'est pas contradictoire à l'esprit de la dynamique populaire», explique Walid, étudiant en biologie à l'université Frères Mentouri (UFMC).
L'appel à cette opération de nettoyage est surtout relayé par les réseaux sociaux qui ont largement contribué à la mobilisation des étudiants.
Et comment peut-il en être autrement alors que 98% d'entre eux ne communiquent que via Facebook ? C'est d'ailleurs le résultat d'une enquête menée récemment par Nora Mansouri, responsable du Bureau de liaison entreprise-université (BLEU) de l'UFMC à l'effet de mesurer les effets des Technologies de l'information et communication (TIC) au sein de la communauté universitaire.
L'état des lieux a été ainsi dressé grâce à ce sondage électronique, composée de 21 questions formulées dans les deux langues, arabe et français, et ayant cumulé les réactions de 200 répondants. «L'analyse des résultats de ce sondage montre que les étudiants sont relativement habitués à l'utilisation d'internet. 35% y passent plus de 20h par semaine et se connectent aux réseaux sociaux sur lesquels 98 % d'entre eux sont présents», est-il indiqué.
Et partant, d'aucuns ne peuvent invoquer un défaut de communication pour justifier leur défection concernant les actions menées en dehors des marches hebdomadaires de mardi et vendredi. C'est du moins le message qui est véhiculé sur les forums estudiantins.
Et certains l'on bien saisi. Croisée lors de la marche de mardi dernier, Zeineb, étudiante en médecine, nous a affirmé qu'au niveau de sa faculté au Chalet des pins, plusieurs groupes d'étudiants ont entrepris une campagne d'embellissement. Joignant le geste à la parole, elle nous dévoile plusieurs photos prises avec son téléphone confirmant ses propos.
Outre le nettoyage des espaces et des alentours des bâtiments, certains ont laissé libre cours à leur sens artistique. «C'est un vent de liberté qui souffle depuis l'avènement du mouvement du 22 février…
Il a aussi révélé des vocations et un sens de la créativité. Partout, à Jijel, Sétif, Bordj Bou Arréridj, Alger… des jeunes s'attellent à redonner un nouveau visage à leurs quartiers ou aux espaces publics. Nous sommes aussi dans cette mouvance», dira notre interlocutrice.
Ces futurs médecins ont réalisé plusieurs fresques, où l'art s'allie à la science. Sur des toiles grandeur nature, des dessins à connotation médicale côtoient des paysages champêtres et des slogans «révolutionnaires». Une synergie entre le savoir, l'art et l'engagement est née.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.