Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    Préparation des Verts pour la CAN 2019 : Deux stages et deux matchs amicaux au programme    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Ferme soutien à l'ANP    Les étudiants toujours mobilisés    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    Toutes les conditions réunies, selon la tutelle    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Benfica : Joao Felix a fait son choix    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Les étudiants ne lâchent pas prise    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine : L'autre visage du mouvement populaire
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2019

Après un rendez-vous raté, dimanche dernier, en raison d'un mouvement de grève, les étudiants à Constantine se sont donné le mot pour une campagne de nettoiement. «Nous sommes en grève et la meilleure action après les marches et les rassemblements demeure celle d'utilité publique dont le nettoyage des sites universitaires», nous a déclaré Hamza, l'un des initiateurs de cette campagne.
L'idée d'assainir l'environnement immédiat des enceintes universitaires n'est pas nouvelle. Périodiquement, la sous-direction chargée des activités scientifiques, culturelles et sportives organise ce genre d'opération.
Dans la conjoncture actuelle, l'action prend un tout autre sens. «C'est un acte militant, c'est un prolongement du hirak ; si, d'une part, nous appelons au départ des résidus du pouvoir, et nous le faisons savoir par le biais de manifestations dans la rue, de l'autre, faire preuve de civisme n'est pas contradictoire à l'esprit de la dynamique populaire», explique Walid, étudiant en biologie à l'université Frères Mentouri (UFMC).
L'appel à cette opération de nettoyage est surtout relayé par les réseaux sociaux qui ont largement contribué à la mobilisation des étudiants.
Et comment peut-il en être autrement alors que 98% d'entre eux ne communiquent que via Facebook ? C'est d'ailleurs le résultat d'une enquête menée récemment par Nora Mansouri, responsable du Bureau de liaison entreprise-université (BLEU) de l'UFMC à l'effet de mesurer les effets des Technologies de l'information et communication (TIC) au sein de la communauté universitaire.
L'état des lieux a été ainsi dressé grâce à ce sondage électronique, composée de 21 questions formulées dans les deux langues, arabe et français, et ayant cumulé les réactions de 200 répondants. «L'analyse des résultats de ce sondage montre que les étudiants sont relativement habitués à l'utilisation d'internet. 35% y passent plus de 20h par semaine et se connectent aux réseaux sociaux sur lesquels 98 % d'entre eux sont présents», est-il indiqué.
Et partant, d'aucuns ne peuvent invoquer un défaut de communication pour justifier leur défection concernant les actions menées en dehors des marches hebdomadaires de mardi et vendredi. C'est du moins le message qui est véhiculé sur les forums estudiantins.
Et certains l'on bien saisi. Croisée lors de la marche de mardi dernier, Zeineb, étudiante en médecine, nous a affirmé qu'au niveau de sa faculté au Chalet des pins, plusieurs groupes d'étudiants ont entrepris une campagne d'embellissement. Joignant le geste à la parole, elle nous dévoile plusieurs photos prises avec son téléphone confirmant ses propos.
Outre le nettoyage des espaces et des alentours des bâtiments, certains ont laissé libre cours à leur sens artistique. «C'est un vent de liberté qui souffle depuis l'avènement du mouvement du 22 février…
Il a aussi révélé des vocations et un sens de la créativité. Partout, à Jijel, Sétif, Bordj Bou Arréridj, Alger… des jeunes s'attellent à redonner un nouveau visage à leurs quartiers ou aux espaces publics. Nous sommes aussi dans cette mouvance», dira notre interlocutrice.
Ces futurs médecins ont réalisé plusieurs fresques, où l'art s'allie à la science. Sur des toiles grandeur nature, des dessins à connotation médicale côtoient des paysages champêtres et des slogans «révolutionnaires». Une synergie entre le savoir, l'art et l'engagement est née.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.