Les algérois manifestent malgré la répression    Campagne de circoncision collective    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Man United prêt à proposer un salaire conséquent à De Ligt    Real : Les supporteurs veulent Mbappé plutôt que Neymar    Le Gabon nomme son nouveau sélectionneur    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Un élément de soutien aux groupes terroristes arrêté à Tlemcen    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Scrutin présidentiel : «Rejet populaire»    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Les députés FLN tentent la manière forte    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition met l'armée devant le fait accompli
Contestation antirégime au Soudan
Publié dans El Watan le 20 - 04 - 2019

Galvanisés par les concessions obtenues avec le départ d'El Béchir et d'autres responsables militaires,
les Soudanais apparaissent en effet plus déterminés que jamais. Pour le centre de réflexion International Crisis Group (ICG), «il est de plus en plus clair que la révolution reste inachevée». «La clique sécuritaire toujours au pouvoir résiste clairement aux exigences de la rue», ajoutent ses animateurs.
Des milliers de Soudanais sont rassemblés devant le QG de l'armée, dans le centre de la capitale Khartoum, pour le 14e jour consécutif afin d'exiger des militaires la remise du pouvoir aux civils.
Les chefs de la contestation au Soudan ont annoncé, de leur côté hier, la formation prochaine d'une autorité civile en charge des affaires du pays pour accroître la pression sur l'armée. L'Association des professionnels soudanais (SPA), groupe en première ligne de la contestation, a précisé dans un communiqué que «les noms des membres d'un Conseil civil en charge des affaires du pays seront annoncés lors d'une conférence de presse dimanche à 19h locales (17h GMT)» devant le QG de l'armée.
«Nous réclamons que ce Conseil civil, qui comprendra des représentants de l'armée, remplace le Conseil militaire», a déclaré, à la presse, Ahmed Al Rabia, un des leaders de la SPA. Les chefs de la contestation n'ont pas donné davantage de précisions sur leurs intentions. Aucune réaction de l'armée n'était disponible dans l'immédiat.
C'est un Conseil militaire de transition dirigé par le général Abdel Fattah al Burhane qui a pris le pouvoir depuis le renversement du président Omar El Béchir le 11 avril dernier. Ce conseil a résisté jusque-là aux appels des manifestants à le transférer à une administration civile.
Hier, les manifestants ont réitéré, quant à eux, leur intention de rester devant le QG de l'armée jusqu'au départ des militaires du pouvoir, quoi qu'il leur en coûte. Depuis le 19 décembre, la répression contre les manifestants a fait plus de 60 morts et des centaines de blessés.
Des milliers de personnes ont été emprisonnées. Galvanisés par les concessions obtenues avec le départ d'El Béchir et d'autres responsables militaires, les manifestants apparaissent en effet plus déterminés que jamais. Le centre de réflexion International Crisis Group (ICG) estime à ce propos qu'«il est de plus en plus clair que la révolution reste inachevée».
«La clique sécuritaire toujours au pouvoir résiste clairement aux exigences» de la rue, avertissent ses animateurs. Arrêté et détenu dans une prison de Khartoum, El Béchir, 75 ans, est pour sa part sous le coup de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), pour «génocide» et «crimes de guerre» au Darfour.
Les autorités actuelles refusent pour le moment son extradition. Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat soutenu par les islamistes le 30 juin 1989, El Béchir a dirigé d'une main de fer un pays en proie à des rébellions dans plusieurs régions et était accusé de violations des droits de l'homme par les ONG internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.