Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition met l'armée devant le fait accompli
Contestation antirégime au Soudan
Publié dans El Watan le 20 - 04 - 2019

Galvanisés par les concessions obtenues avec le départ d'El Béchir et d'autres responsables militaires,
les Soudanais apparaissent en effet plus déterminés que jamais. Pour le centre de réflexion International Crisis Group (ICG), «il est de plus en plus clair que la révolution reste inachevée». «La clique sécuritaire toujours au pouvoir résiste clairement aux exigences de la rue», ajoutent ses animateurs.
Des milliers de Soudanais sont rassemblés devant le QG de l'armée, dans le centre de la capitale Khartoum, pour le 14e jour consécutif afin d'exiger des militaires la remise du pouvoir aux civils.
Les chefs de la contestation au Soudan ont annoncé, de leur côté hier, la formation prochaine d'une autorité civile en charge des affaires du pays pour accroître la pression sur l'armée. L'Association des professionnels soudanais (SPA), groupe en première ligne de la contestation, a précisé dans un communiqué que «les noms des membres d'un Conseil civil en charge des affaires du pays seront annoncés lors d'une conférence de presse dimanche à 19h locales (17h GMT)» devant le QG de l'armée.
«Nous réclamons que ce Conseil civil, qui comprendra des représentants de l'armée, remplace le Conseil militaire», a déclaré, à la presse, Ahmed Al Rabia, un des leaders de la SPA. Les chefs de la contestation n'ont pas donné davantage de précisions sur leurs intentions. Aucune réaction de l'armée n'était disponible dans l'immédiat.
C'est un Conseil militaire de transition dirigé par le général Abdel Fattah al Burhane qui a pris le pouvoir depuis le renversement du président Omar El Béchir le 11 avril dernier. Ce conseil a résisté jusque-là aux appels des manifestants à le transférer à une administration civile.
Hier, les manifestants ont réitéré, quant à eux, leur intention de rester devant le QG de l'armée jusqu'au départ des militaires du pouvoir, quoi qu'il leur en coûte. Depuis le 19 décembre, la répression contre les manifestants a fait plus de 60 morts et des centaines de blessés.
Des milliers de personnes ont été emprisonnées. Galvanisés par les concessions obtenues avec le départ d'El Béchir et d'autres responsables militaires, les manifestants apparaissent en effet plus déterminés que jamais. Le centre de réflexion International Crisis Group (ICG) estime à ce propos qu'«il est de plus en plus clair que la révolution reste inachevée».
«La clique sécuritaire toujours au pouvoir résiste clairement aux exigences» de la rue, avertissent ses animateurs. Arrêté et détenu dans une prison de Khartoum, El Béchir, 75 ans, est pour sa part sous le coup de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), pour «génocide» et «crimes de guerre» au Darfour.
Les autorités actuelles refusent pour le moment son extradition. Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat soutenu par les islamistes le 30 juin 1989, El Béchir a dirigé d'une main de fer un pays en proie à des rébellions dans plusieurs régions et était accusé de violations des droits de l'homme par les ONG internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.