Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestations devant le QG de l'armée
Soudan
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2019

Des manifestants soudanais ont à nouveau manifesté en masse jeudi devant le QG de l'armée à Khartoum, pour la 13e journée consécutive, exigeant l'instauration d'un pouvoir civil une semaine après la destitution du président Omar el-Béchir par les militaires, ont rapporté des médias.
Des manifestants soudanais ont à nouveau manifesté en masse jeudi devant le QG de l'armée à Khartoum, pour la 13e journée consécutive, exigeant l'instauration d'un pouvoir civil une semaine après la destitution du président Omar el-Béchir par les militaires, ont rapporté des médias.
Ce sit-in a connu un regain d'affluence jeudi. Toutes les routes menant au rassemblement sont bondées après l'afflux de manifestants venus de plusieurs secteurs de la capitale vers le quartier général de l'armée, selon les mêmes sources. "Il est extrêmement difficile d'avancer au plus près du lieu de rassemblement car il y a des centaines et des centaines de personnes sur les routes menant vers le QG", a indiqué un témoin cité par les médias.
Mardi, l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation qui secoue le pays depuis le 19 décembre, avait demandé pour la première fois que le Conseil militaire de transition soit dissout et remplacé par un conseil civil comprenant aussi des représentants de l'armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.
Des milliers de personnes ont répondu à l'appel de cette association à protéger la "révolution" et ont afflué devant le QG militaire avec un message clair: la destitution jeudi par l'armée du président Omar al-Bachir et les promesses du Conseil militaire d'instaurer un gouvernement civil, sans donner aucun calendrier, ne suffisent pas.
Au plan international, l'Union africaine (UA) a menacé lundi de suspendre le Soudan de l'organisation panafricaine si l'armée ne quittait pas le pouvoir au profit d'une "autorité politique civile" d'ici 15 jours. Plusieurs pays occidentaux ont aussi appelé les autorités en place à ne pas faire usage de la violence pour disperser les manifestations. Au moins 65 personnes sont mortes depuis le début de la contestation, selon un bilan officiel
Ce sit-in a connu un regain d'affluence jeudi. Toutes les routes menant au rassemblement sont bondées après l'afflux de manifestants venus de plusieurs secteurs de la capitale vers le quartier général de l'armée, selon les mêmes sources. "Il est extrêmement difficile d'avancer au plus près du lieu de rassemblement car il y a des centaines et des centaines de personnes sur les routes menant vers le QG", a indiqué un témoin cité par les médias.
Mardi, l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation qui secoue le pays depuis le 19 décembre, avait demandé pour la première fois que le Conseil militaire de transition soit dissout et remplacé par un conseil civil comprenant aussi des représentants de l'armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.
Des milliers de personnes ont répondu à l'appel de cette association à protéger la "révolution" et ont afflué devant le QG militaire avec un message clair: la destitution jeudi par l'armée du président Omar al-Bachir et les promesses du Conseil militaire d'instaurer un gouvernement civil, sans donner aucun calendrier, ne suffisent pas.
Au plan international, l'Union africaine (UA) a menacé lundi de suspendre le Soudan de l'organisation panafricaine si l'armée ne quittait pas le pouvoir au profit d'une "autorité politique civile" d'ici 15 jours. Plusieurs pays occidentaux ont aussi appelé les autorités en place à ne pas faire usage de la violence pour disperser les manifestations. Au moins 65 personnes sont mortes depuis le début de la contestation, selon un bilan officiel


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.