Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps de plus en plus compté
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Après-demain, le mouvement de révolution pacifique aura trois mois. Sans conteste, il a réalisé d'incroyables résultats. Ce n'est pas une mince affaire que de pousser vers la porte de sortie l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, qui s'apprêtait à faire un 5e mandat, et empêcher les manœuvres qui visaient à prolonger le 4e. Pas seulement, car la plus grande réalisation est de rendre inopérantes les tentatives de division ciblant le peuple algérien, qui a pris, définitivement, conscience de son destin collectif. Mais le plus compliqué reste à faire.
Et ce qui reste à accomplir dans cette période porteuse d'énormes risques, caractérisée déjà par le difficile passage de cette situation de blocage vers l'entame d'une nouvelle dynamique pour refonder l'Etat–nation relève exclusivement de ceux qui détiennent les commandes du pouvoir, en l'occurrence l'état-major et son chef, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah. Plus on accélère la cadence vers une sortie de crise dans les termes revendiqués par les Algériens, mieux on évitera les risques de pourrissement.
Car laisser traîner les choses en s'entêtant à laisser fermées les portes devant une période de transition, la plus courte possible pour aboutir rapidement à la «relégitimation» des institutions, est une attitude qui conduira forcément à l'enlisement et surtout à la disparition des solutions qui s'offrent au pays tant qu'il est encore temps. Avec la légitimité que leur offre le soutien massif des Algériens qui sortent par millions chaque vendredi dans les 48 wilayas, les mécanismes susceptibles de mener à une transition apaisée et à moindre coût sont, aujourd'hui, encore à portée de main.
Les acteurs de la vie politique et les décideurs ne doivent plus attendre. Quand les solutions sont simples, pourquoi se mettre dans la difficulté ? En allant plus vite, on évitera assurément presque tous les risques capables de conduire au pourrissement de la situation politique dans le pays, et on limitera, un tant soit peu, les dégâts d'un probable dangereux affaissement de l'économie nationale, déglinguée par des années de mauvaise gouvernance. Tous les indicateurs sont au rouge. L'économie de prédation et de rapine mise en place par l'ex-chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, à la tête d'un régime avec son armée de sinécures et de prébendiers, est tombée comme un château de cartes. L'urgence est de relancer la machine économique nationale sur des bases saines.
Le temps presse, car si la crise perdure et les déficits persistent, dans une année et demie l'Algérie sera inévitablement au creux de la vague avec l'évaporation totale de ses réserves de change, sans compter les effets dévastateurs du recours au financement non conventionnel, la planche à billets, qui a fonctionné à plein régime pendant plus d'un an. Ce serait une grave erreur de laisser s'accoupler la crise politique et l'inextricable crise économique qui pointe à l'horizon. Les Algériens doivent faire vite pour sortir du tunnel noir du système infâme qui les a dirigés durant des décades, pour reconstruire leurs institutions dans la transparence et une économie saine et prospère. L'occasion qui se présente à eux est unique. Elle ne se renouvellera peut-être pas. Le temps joue contre le pays. C'est ou grandir ou sombrer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.