3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps de plus en plus compté
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Après-demain, le mouvement de révolution pacifique aura trois mois. Sans conteste, il a réalisé d'incroyables résultats. Ce n'est pas une mince affaire que de pousser vers la porte de sortie l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, qui s'apprêtait à faire un 5e mandat, et empêcher les manœuvres qui visaient à prolonger le 4e. Pas seulement, car la plus grande réalisation est de rendre inopérantes les tentatives de division ciblant le peuple algérien, qui a pris, définitivement, conscience de son destin collectif. Mais le plus compliqué reste à faire.
Et ce qui reste à accomplir dans cette période porteuse d'énormes risques, caractérisée déjà par le difficile passage de cette situation de blocage vers l'entame d'une nouvelle dynamique pour refonder l'Etat–nation relève exclusivement de ceux qui détiennent les commandes du pouvoir, en l'occurrence l'état-major et son chef, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah. Plus on accélère la cadence vers une sortie de crise dans les termes revendiqués par les Algériens, mieux on évitera les risques de pourrissement.
Car laisser traîner les choses en s'entêtant à laisser fermées les portes devant une période de transition, la plus courte possible pour aboutir rapidement à la «relégitimation» des institutions, est une attitude qui conduira forcément à l'enlisement et surtout à la disparition des solutions qui s'offrent au pays tant qu'il est encore temps. Avec la légitimité que leur offre le soutien massif des Algériens qui sortent par millions chaque vendredi dans les 48 wilayas, les mécanismes susceptibles de mener à une transition apaisée et à moindre coût sont, aujourd'hui, encore à portée de main.
Les acteurs de la vie politique et les décideurs ne doivent plus attendre. Quand les solutions sont simples, pourquoi se mettre dans la difficulté ? En allant plus vite, on évitera assurément presque tous les risques capables de conduire au pourrissement de la situation politique dans le pays, et on limitera, un tant soit peu, les dégâts d'un probable dangereux affaissement de l'économie nationale, déglinguée par des années de mauvaise gouvernance. Tous les indicateurs sont au rouge. L'économie de prédation et de rapine mise en place par l'ex-chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, à la tête d'un régime avec son armée de sinécures et de prébendiers, est tombée comme un château de cartes. L'urgence est de relancer la machine économique nationale sur des bases saines.
Le temps presse, car si la crise perdure et les déficits persistent, dans une année et demie l'Algérie sera inévitablement au creux de la vague avec l'évaporation totale de ses réserves de change, sans compter les effets dévastateurs du recours au financement non conventionnel, la planche à billets, qui a fonctionné à plein régime pendant plus d'un an. Ce serait une grave erreur de laisser s'accoupler la crise politique et l'inextricable crise économique qui pointe à l'horizon. Les Algériens doivent faire vite pour sortir du tunnel noir du système infâme qui les a dirigés durant des décades, pour reconstruire leurs institutions dans la transparence et une économie saine et prospère. L'occasion qui se présente à eux est unique. Elle ne se renouvellera peut-être pas. Le temps joue contre le pays. C'est ou grandir ou sombrer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.