Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition doit rester fidèle au Hirak en aidant le régime à s'en aller
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2019

Après 14 vendredis de manifestations grandioses, sans compter les très nombreuses et remarquables mobilisations des étudiants et des membres de différentes professions dans la capitale mais aussi dans la majorité des villes, y compris à l'étranger, les Algériens ont imposé au pouvoir les premiers changements qui pourraient déboucher sur une nouvelle République.
Ainsi, nos concitoyens manifestent en masse tous les vendredis pour exprimer clairement :
– Leur refus de l'actuel régime politique et le système qui le sous-tend,
– Leur détermination à mettre en place un Etat de droit démocratique.
Cette « révolution du sourire » se réalise pacifiquement.
Il s'agit maintenant d'aborder concrètement la phase transitoire qui mènera le pays vers les grandes réformes.
Dès le 10 Mars, Jil Jadid avait préconisé une phase intermédiaire pour passer d'un régime politique à un autre. Toute la conception politique de cette phase a été réalisée en fonction de deux objectifs : le démantèlement du régime actuel et le retour à des élections démocratiques respectueuses des choix du peuple souverain.
L'application stricto sensu de l'article 102 de la Constitution constituait un verrou pour maintenir l'ancien système et qu'il fallait absolument lever.
Grâce à une mobilisation exceptionnelle du mouvement populaire, cet objectif stratégique a été atteint.
La pression a, par ailleurs, été si puissante, que le démantèlement du système Bouteflika a été mis en chantier. Les multiples dossiers judiciaires concernant les plus hauts responsables ainsi que les milieux d'affaires liés au précédent pouvoir ont été ouverts.
Avec l'annulation des élections présidentielles du 4 Juillet qui est certaine, le pays vient de basculer dans l'après régime de Bouteflika. Maintenant, tout peut advenir, le bon, comme le mauvais.
C'est là où le rôle d'une classe politique consciente des enjeux doit intervenir.
Emporté par la dynamique de la rue, une partie de l'opposition exige la victoire totale en un laps de temps très court. Une attitude radicale et impatiente peut cependant déstabiliser, cette fois-ci, l'Etat lui-même. Or, aucun Algérien ne souhaite faire subir au pays les dramatiques conséquences d'un chaos général.
L'institution militaire, qui s'est retrouvée au centre des rapports de force politique, subit de multiples pressions. La peur du changement, bien qu'inévitable, est probablement sa plus grande motivation à vouloir contrôler le processus de sortie de crise.
Après avoir tenté vainement de contenir le mouvement populaire, le Chef d'Etat-Major s'est engagé dans le processus électoral à l'ombre des dispositions constitutionnelles. Mal lui en a pris puisque le pays se trouve maintenant confronté, de fait, à un dépassement de la Constitution.
C'est dans ce cadre qu'il faut inscrire le discours du 28 Mai du Général Gaïd Salah.
Il n'y a maintenant plus que deux voies possibles : soit la prise de pouvoir directe par l'armée envers et contre tous, soit l'ouverture d'un dialogue avec la classe politique pour organiser une transition politique.
Si le pouvoir, à travers le Chef de l'Etat-Major, n'a plus de choix politiques sinon de céder sur l'essentiel, il reste que, conformément aux traditions du pays, il a besoin de garder la face.
C'est ainsi que l'utilisation des termes « transition » et « négociation », est rejetée dans la forme, alors que dans le réel, c'est bien de cela dont il s'agit.
L'armée, dont le rôle est nécessaire dans l'accompagnement du changement de régime, pose tout de même certaines balises : la période « hors Constitution » doit être courte, et devra aboutir à des élections présidentielles. Ensuite, c'est au Président légitimement élu qui aura à engager les grandes réformes institutionnelles.
L'opposition, quant à elle, est dans une position délicate. Prise en étau entre la radicalité et l'impatience des uns et la puissance d'action du pouvoir, elle doit trouver le juste milieu pour faire aboutir les revendications du Hirak tout en donnant à l'armée les assurances que le pays ne rentrera pas dans une phase de désordre.
L'opposition doit rester fidèle au Hirak en aidant le régime à s'en aller.
Une erreur de positionnement ou une méprise sur les intentions des uns et des autres ou sur les rapports de force, peuvent pousser l'Etat-Major vers des décisions extrêmes qui seront à l'évidence préjudiciables pour tous.
Dans les moments de crise profonde, la sagesse doit primer sur les intérêts partisans. Texte de Soufiane Djilali. 29 Mai 2019
* Président du parti Jil Djadid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.